Wytches – T01

Résumé: À travers la planète, siècle après siècle, des femmes et des hommes suspectés de sorcellerie furent brûlés vifs, noyés, pendus, torturés, emprisonnés, persécutés, assassinés. Si aucun de ces malheureux n’a jamais été sorciers ou sorcières, ils sont cependant morts en protégeant un terrible secret : celui de l’existence des véritables sorcières. Des entités ancestrales, sauvages et insatiables pour quiconque pactisera avec elles. De nos jours, après un épisode tragique durant lequel leur fille Sailor fut victime de harcèlement, Charlie et Lucie Rooks choisissent de déménager et de se reconstruire en paix, loin de cette pénible expérience. Leur proximité avec la forêt environnante va cependant les exposer à un mal plus ancien que l’humanité…


Wytches – Tome 1

Cover - WytchesFiche technique:
Scénario : Scott Snyder
Dessin : Jock
Coloriste : Matt Hollingsworth
Editeurs: Urban Comics (VF), Image Comics (VO)
Date de sortie: 13 novembre 2015
Pagination: 160 pages


A l’ombre de mon quotidien

C’est mon épouse qui revenant d’une promenade en ville me l’a tendu, encore enrobé de son bandeau rouge où Stephen King m’invitait à sa lecture. Je l’ai donc ouvert en un samedi après-midi avec les gazouillis de mon fiston en accompagnement. J’en suis sorti content de ma ballade mais sans étincelle et puis c’est lorsqu’on me demanda mon avis que je pris conscience que ce n’était pas seulement bon mais que j’avais adoré. C’est comme s’il avait fallu que je digère la masse dense narrative et la beauté insidieuse des dessins pour m’avouer conquis. Wytches n’est donc pas seulement bon mais, à mes yeux en tout cas, une vraie excellente surprise que je m’en vais vous raconter.

Title - Wytches ComicsUn trio de choc

Une promesse est une promesse

L’ouvrage va nous parler de sorcières, de bois denses et étouffants et d’une famille dont on sent déjà qu’ils sont réunis pour souffrir. Un père cartooniste, une mère en chaise roulante, une fille qui se reconstruit après des événements traumatisants, tous les ingrédients sont là pour un récit d’épouvante. L’introduction, elle-même, ne nous laisse d’ailleurs aucun doute ; une femme emprisonnée d’un arbre qui appelle à l’aide et cette sentence « Une promesse est une promesse » qui viendra hanter les 160 pages du récit.

Pledge - Wytches ComicsUne promesse n’est pas toujours facile à tenir…

Et pour couronner le tout, l’œuvre prend un tour personnel que Scott Snyder vient nourrir de ses propres souvenirs ; à ce titre je conseille vraiment de lire la postface où il nous raconte ses souvenirs d’enfance et ses premières chasses aux sorcières Il y parle aussi de ses craintes de père et les incarne dans Charlie qui va tout au long de l’histoire se battre contre des forces qui le dépasse pour sauver sa fille, une analogie sur les difficultés d’être père, de ne pas y arriver, autant de thèmes qui ont résonné chez moi. Je conseille plus que vivement d’ailleurs la lecture de la postface qui a été traduite par Urban et qui donne une seconde lecture à un comics qui le mérite amplement.

Les sombres recoins de la nature humaine

Si je suis dithyrambique sur le récit, les dessins ne sont pas en reste. Jock (qui a déjà œuvré avec Snyder sur Batman, dans Detective Comics) esquisse un univers flou mais lisible, sombre et envoutant, nous donnant parfois l’impression d’avoir vécu dans les forêts d’enfance de Snyder. Les protagonistes en sortent torturés dans leurs traits, touchant dans leurs vulnérabilités. Les décors eux sont oppressants, jamais des arbres ne m’avaient autant inquiété, et on ne sort qu’à la dernière page encore ensorcelé par son trait.

Trees - Wytches ComicsBouh!

Trait d’ailleurs magnifié par Matt Hollingsworth qui, après avoir fait mit une première couche de couleur, y rajoute des taches à l’aquarelle et à l’acrylique pour un rendu encore plus onirique. L’univers en ressort encore plus sombre grâce à ces dégradés de couleur qui densifient l’obscurité. Hollingsworth montre d’ailleurs une planche dans la postface et les différentes étapes de la colorisation que je vous conseille (pour ne pas changer) d’aller lire.

Et à la fin ?

A la fin je ne peux que vous conseiller son achat. 10 euros pour un ouvrage parfait sur tous les points ça ne se refuse pas. A mon sens c’est un de ces titres indépendants qui marquent l’année 2015 et qui fait la grandeur de ceux-ci. D’autant plus que pour les amoureux de Batman c’est l’occasion de patienter jusqu’au prochain numéro et de (re)découvrir Scott Snyder hors des sentiers de Gotham. Le seul risque, et il existe, c’est que comme moi, vous accrochiez et que vous vous retrouviez à attendre la suite qui a eu son premier teaser pour la seconde saison via Comicsbooksresources.com .

Eye - Wytches ComicsJe te vois…

Pour clôturer ma review, je finirais par une anecdote. Je venais de mettre au lit mon fils quand j’ai vu l’ombre d’une grosse branche flotter sur un des murs de sa chambre. J’ai fermé le rideau et je me suis replongé dans Wytches réalisant que l’œuvre allait m’accompagner encore quelques temps avant que je ne passe à autre chose.

Forest - Wytches ComicsPromenons-nous dans les bois…

Pour se procurer le tome:

Wytches – T01

1 Trackback / Pingback

  1. Birthright T01: Le Retour – Be Comics

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*