Birthright – T01: Le Retour

Image à la une - Birthright Tome 1

Résumé: Lorsqu’Aaron emmène Mikey jouer dans le parc en rentrant de l’école, il ne se doute pas un seul instant qu’en le perdant de vue quelques secondes, sa vie va être bouleversée. Mikey disparu, Aaron, rongé par le remords, sombre dans l’alcool et la famille entière se désintègre. Mais un an plus tard, une  sorte de Conan fait irruption dans leur vie et pourrait bien être leur fils perdu, Mikey.


Birthright Tome 1 : Le Retour

Couverture - Birthright Tome 1Fiche technique:
Scénario : Joshua Williamson
Dessin : Andrei Bressan
Coloriste : Adriano Lucas
Editeurs : Delcourt
Date de sortie : 25/11/15


Il était une fois un homme qui s’en allait chroniquer une histoire de robots

Au début donc il y avait moi. Moi en train de se dire que puisqu’il n’arrivait pas à mettre la main sur un coffret Secret Wars Marvel et donc de pouvoir le chroniquer correctement, j’allais me résoudre à parler de Avengers T05 (au demeurant fort sympathique). Ce moi, qui accompagnant Dydimus dans ses achats comics, me retrouve à remarquer un comics Delcourt maintes fois encensé par les critiques du nom de Birthright, qui pour ne rien gâcher est un comics Image (éditeur indépendant aux multiples pépites, Wytches par exemple). Ne voulant pas mourir plus idiot que je ne le suis, je l’achète donc et que je le lirais bien pendant ma pause de midi.

Birthright 1

Quand on cherche Mickey, il faut faire appel à Pluto…

La suite ressemble au synopsis de Birthright. Un héros digne de Conan Doyle est venu abattre son récit épique dans le coin de mon ventre et m’achever d’une seconde lecture tout aussi meurtrière. Bienvenue dans une histoire qui prouve qu’on peut aimer les noms en G et R et surprendre ses lecteurs.

On pourrait croire à un récit de Tolkien, plein d’abnégation, d’héros assombris par le destin….

L’histoire commence sur tout ce qu’il y a pourtant de plus convenu. Mikey disparait alors qu’il était parti faire du baseball avec son père. Un an plus tard, Mikey est toujours porté disparu et le noyau familial est en pleine perdition. La mère, Wendy, est en instance de divorce, le père, Aaron, est suspecté d’avoir voulu tuer son fils et a sombré dans l’alcoolisme ; le frère aîné, Brennan, est retrouvé en train de se battre avec des condisciples de classe. Ils sont finalement convoqués par le FBI qui a dans ses locaux un colosse qui prétend avoir vécu dans un autre monde et qui serait revenu dans notre monde  pour accomplir une sorte de prophétie… et surtout, il pourrait bien être leur fils.

Birthright 3

Une épée laser médiévale, yes we can!

En soit, on est dans de l’heroic fantasy classique. Un côté John Carter from Mars (Je sais c’est aussi un film mais le livre est bien meilleur)  pour ces héros de notre terre projetés dans d’autres univers. L’histoire ronronne d’ailleurs parfaitement, les flashbacks nous montrent l’enfant perdu qui doit faire face à son destin (Il doit même épouser une princesse), il a une amie enfant qui pourrait bien devenir sa copine et un mentor plutôt rude. De notre côté du miroir, le héros est heureux de retrouver les siens et tente de prouver sa bonne foi (Il a même une cicatrice qui prouve à son grand frère qui il est vraiment) sans pour autant oublier la suite de son périple. Rien n’est vraiment original tout en étant bien traité (Par exemple : l’alcoolisme d’Aaron et la séparation avec son épouse suite aux fausses accusations d’avoir tué son fils, sont décrits succinctement sans alourdir inutilement la narration. Le thème n’est donc pas oublié par l’auteur mais, n’étant pas le centre de l’histoire, ne vient pas parasiter la trame globale).

Là où notre héros devrait retrouver le mal antique qui se prépare à envahir notre terre et le vaincre, dans Birthright les dés ne sont pas jetés. Quelque chose ne va pas dans le récit de Mikey, entre ses débuts sur Terrenos et son retour sur Terre, il s’est passé des choses qui contredisent les prophéties. Qu’est ce qui peut ainsi changer quelqu’un au point de peut-être renier ce qui fait un héros ? Le récit évite de l’aborder directement mais le lecteur lui est en haleine. Définitivement les héros ne sont pas ce qu’ils semblent être et ceux qui l’entourent devront sans doute déchanter.

Birthright 4Notons qu’il peut paraître bizarre de se promener avec des armes blanches

C’est cela que j’ai aimé dans Birthright, nous faire croire à une histoire convenue et bien écrite pour nous faire prendre à revers dans une histoire qui doit encore être dévoilée. On a hâte d’avoir la suite des flashbacks pour mieux comprendre et surtout on voudrait savoir ce qui va se passer dans le présent pour voir jusqu’où tout cela nous mène. Sans spoiler, la dernière case est juste parfaite pour ça.

Rien ne vaut un beau dessin tant et bien qu’il sert un bon récit !

Une des critiques, élogieuse, qui m’avait marqué se portait sur le dessin de Bressan. Pour avoir lu maintenant Birthright, je ne peux qu’en être d’accord. Bressan arrive par ses dessins à compléter le récit par la vie qui anime ses personnages. Lorsqu’Aaron retrouve son fils et lorsqu’il décide de l’accompagne dans sa quête, son visage parle mieux que ses propres mots.

Et lorsque nous basculons dans l’autre monde, Bressan croque bien cet univers unique et le rend suffisamment réaliste. La faune et la flore ont quelque chose de presque palpable.

Birthright 2Bienvenue chez les canards qui parlent

Et enfin lorsqu’il s’agit de tirer sa lame, là aussi la magie de Bressan agit, et il en résulte quelque chose d’organique et de presque vivant dû toujours à ces visages expressifs qui ici sont animés d’une fureur guerrière.

Donc en conclusion, on retrouve Conan et on lui achète un livre ?

Exactement ! Si je ne peux prédire la trame du livre suivant (Et je me refuse à me spoiler), l’intrigue mise en place est vraiment prenante et l’achat se vaut en lui-même. Et si la suite est à la hauteur, il devrait figurer dans une bibliothèque de tout bon connaisseur.

Pour se procurer le tome:

Birthright – T01: Le Retour

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*