Injustice: Les dieux sont parmi nous – Année 2 2ème partie

Image à la une - Injustice les dieux sont parmi nous Année 2 2ème partie

Résumé: Depuis la disparition de Batman, la poigne de fer de Superman ne cesse de se resserrer sur une Terre en perdition, désarmée de ses plus vaillants justiciers. Pour autant, certains, comme Black Canary, tiennent encore le coup face aux partisans du régime. Guy Gardner, de son côté, s’envole pour Oa dans le but d’en apprendre d’avantage sur les projets des Gardiens de l’Univers. L’invasion est imminente… (Contient : INJUSTICE: GODS AMONG US – Year Two vol.2 #7-12 + Annual #1)


Injustice: Les dieux sont parmi nous Année 2 2ème partie

Couverture - Injustice les dieux sont parmi nous Année 2 2ème partieFiche technique:
Scénario : Tom Taylor
Dessin : Mike S. Miller et Bruno Redondo
Editeurs: Urban Comics (Vf) Dc (Vo)
Date de sortie: 09/10/2015
Pagination : 176 pages


Injustice un jeu vidéo vendu à plus de 500.000 exemplaires

Injustice est donc à l’origine un jeu vidéo édité par Netherealm qui a été suivi d’un comics dont le tome 5 sort ce 06 Janvier chez Urban Comics. Pour ma part c’est la preview de ce tome (je ne le dirai jamais assez comme ces previews sont une excellente idée chez Urban) et l’apparition de Constantine qui m’ont fait plonger dans cette fresque d’une dystopie fort sombre. Cette review est donc là pour essayer de vous donner l’envie de découvrir la série et bien qu’étant libellé tome 4, sera plus une review de l’ensemble des tomes précédents. Si jamais vous ne voulez donc pas être spoilé et que je vous aurais convaincu avec mon premier paragraphe, ne lisez pas la suite.

Harley et compagnie - Injustice les dieux sont parmi nous Année 2 2ème partieGotham ne se laissera pas faire! Aux armes!

Aucune guerre n’est juste, aucune cause n’est innocente

Injustice, quelque part c’est le « Civil War » de Marvel. Nous avons un élément déclencheur qui va diviser les héros. Dans Marvel c’est (pour résumer) un super-vilain tue lors d’une altercation avec des supers-héros plus de six cent personnes. Dans Injustice, ce sera la mort de Lois Lane orchestrée par le Joker qui pousse l’homme d’acier à la tuer de ses propres mains (elle est enceinte pour noircir le tableau).

Mort de Lois Lane - Injustice les dieux sont parmi nous Année 2 2ème partieOk, il a de bonnes raisons de ne pas être de bonne humeur

Nous avons deux camps qui s’affrontent au nom d’une idéologie. Chez Marvel, on se demande s’il ne faut pas obliger les gens dotés de pouvoir à s’enregistrer et idéalement de travailler pour l’État. Le Conflit se polarise entre Iron Man fervent partisan de cette théorie et d’un Captain America aux abois qui défend le droit à l’anonymat. Chez DC, la question est plus de savoir jusqu’où doit on aller pour protéger la Terre. D’un côté le camp de Superman convaincu que pour être le protecteur de la Terre, il faut parfois en devenir le dictateur et le camp de Batman qui se refuse à cette voie, au nom de libertés individuelles.

Ces deux camps refusant de se ranger à l’avis de l’autre, le conflit s’envenime et une guerre enflamme le monde.

Première différence c’est que Marvel, dans Civil War, n’a pas réussi (selon moi) à rendre les camps au départ « équitable » ; Iron Man étant quand même un sacré dictateur sur ce coup et ce bon vieux Cap reste droit dans ses bottes du début jusqu’à la fin. Tom Taylor lui dépeint une fresque moins manichéenne. Superman est un parangon de vertu, leader naturel des supers héros mais sombrant doucement dans la tyrannie et Batman, bien que défendant une cause juste, reste un manipulateur paranoïaque desservant ainsi le message de sa cause.

Batman vs Superman - Injustice les dieux sont parmi nous Année 2 2ème partieCa me rappelle un film…

Autre différence c’est que le récit de Taylor est hors continuité. Là où Marvel doit réfléchir aux conséquences sur le long terme, DC se permet de sacrifier ses héros pour la cause et d’infliger des blessures qui ne pourront jamais être pardonnées. Pour exemple la mort de Nightwing tué, accidentellement, par Damian Wayne ou un gouvernement américain aux abois qui ordonne à Captain Atom de tuer Superman. Ces actes sont forts, sans retour possible, empêchant un peu plus toute conciliation entre les deux camps. D’ailleurs à chaque début de tome, on vous présente la liste des protagonistes qui se grisent de victimes de cette guerre fratricide ; un vrai mémorial.

Autre qualité que je trouve au récit c’est qu’aucune facette de l’univers DC n’est oubliée. Là où Civil War ne semble intéresser (pour une fois) que les terriens, Injustice dès la seconde année nous fait comprendre que les enjeux dépassent la sphère de la Voie lactée. On y voit la Green Corp et ses gardiens s’inquiéter des actes de l’homme d’acier, Lobo venir faire son fanfaron (je cite Lobo parce que je l’ai découvert grâce à Injustice et c’est quand même le plus awesome des mercenaires violents galactiques) et Darkseid profiter de la confusion pour tenter d’envahir la terre. Sachant qu’en plus l’année 3 marque l’arrivée de Constantine et des entités magiques, même la dimension mystique répond présent.

Aucun civil ne sera épargné, aucune larme n’aura été sauvée

Pour le reste, soyons quand même clair, le sujet n’est pas nouveau. Il a déjà été traité dans de nombreux comics (« The Red son » par exemple ou un Superman, déjà lui, communiste décide déjà de gouverner le monde ou « The Autority » et son équipe de héros qui influent la politique de leur monde) et en soit ici le récit n’innove pas. Parfois on sent même qu’on prend des raccourcis parce qu’on doit garder le lecteur en haleine (Wonderwoman, étant selon moi le parfait exemple, qui se rallie aveuglement à Superman sans se poser plus de questions).

Sinestro et Flash - Injustice les dieux sont parmi nous Année 2 2ème partieSinestro s’essaie à l’humour

Mais Taylor arrive à nous le faire oublier en parsèment un récit parfois convenu par les détails et certaines scènes qui viennent ponctuer les livres pour nous surprendre. Que ce soit la partie d’échec de Flash et de Superman où le premier tente de faire comprendre au second qu’il ne pourra pas empêcher les gens de mourir ponctuée de « Check mate », d’un Alfred qui doté de super-pouvoirs vient mettre une mandale bien sentie à Superman pour protéger sa famille, ou d’Harley Quin qui nous confesse une grossesse, on s’arrête à ces moments pour y retrouver ce qui fait les qualités d’une bonne histoire, les à-côtés d’un monde en pleine chute.

Au rapport, Soldat !

Agréable surprise donc pour ce qui devait être un support à un jeu vidéo et qui a réussi à trouver sa place dans la gamme DC et offrir un univers aussi prenant que dense (et cela malgré la présence de la Green Corp et de Sinestro avec qui j’ai beaucoup de mal).

Green Squirrel - Injustice les dieux sont parmi nous Année 2 2ème partie

Le Green Corp, le seul endroit où les écureuils peuvent devenir des héros

Pour se procurer le tome:

Injustice: Les dieux sont parmi nous – Année 2 2ème partie

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Jeu Concours – Injustice, les dieux sont parmi nous – Be Comics
  2. Injustice: Les dieux sont parmi nous – Année 3 1ère partie – Be Comics

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*