Les Grands Entretiens de la Bande Dessinée : Mark Buckingham

Image à la une - Buckingham

Résumé: Depuis ses premiers pas dans l’industrie du comic book, où Mark BUCKINGHAM officiait comme encreur pour plusieurs éditeurs, celui que l’on surnomme BUCKY est aujourd’hui devenu un artiste incontournable, aux facettes et aux talents multiples. Dans cette longue interview illustrée, Eric Nolen-WEATHINGTON revient sur la carrière de cet illustrateur, brossant en filigrane le portrait d’un encreur devenu dessinateur chevronné, dont on peut admirer le travail aussi bien sur la série DEATH (le spin-off de SANDMAN) que sur FABLES. Rivalisant de génie avec les plus grands artistes du genre, ce sont ses nombreux styles et sa capacité d’adaptation qui ont fait de lui un maître de l’image.


Les Grands Entretiens de la Bande Dessinée :
Mark Buckingham

Couverture - Modern Masters Mark BuckinghamFiche technique:
Interviewer : Eric Nolen-Weathington
Dessin : Mark Buckhingam
Editeurs : Urban Comics
Date de sortie : 15/01/16


Modern Masters

Modern Masters - Buckingham

Un beau mélange: la Mort, Sandman et Gobe-Mouche

Nous sommes ici en présence du 22e tome de Modern Masters, consacré au talentueux Mark Buckingham. Modern Masters, joliment traduit par les Grands Entretiens de la Bande Dessinée, est une série d’ouvrages reprenant des interviews de différents auteurs connus. On y retrouve, par exemple, Alan Davis, George Perez, John Romita Jr, Frank Cho et encore bien d’autres puisque 31 numéros sont sortis à ce jour, chez l’éditeur américain TwoMorrows. En ce qui nous concerne, on va retrouver dans ce livre une longue interview de Mark Buckingham, dessinateur attitré de Fables.

My Master?

Photo - Buckingham

Bonjour, moi c’est Mark

« D’emblée, l’art de MarkBuckingham m’a attiré par sa légèreté. Pour cette sensation que, derrière le dessin, il y avait un être réel, plein d’humour, et que le monde qu’il représentait n’avait rien de lourd. Tout ce que Mark dessinait semblait voler, comme en apesanteur. » – Neil Gaiman

Evidemment avec ce genre de livres, il faut être intéressé par l’auteur dont il est question. Je l’ai découvert comme beaucoup sur la série Fables, du scénariste Bill Willingham, et je suis tombé sous le charme de ses traits. Du coup, j’ai décidé de prendre l’ouvrage pour en apprendre plus sur cet artiste et je ne le regrette absolument pas. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a eu une vie bien remplie. Difficile de faire un résumé, mais on peut déjà dire de lui qu’il a eu une vie bien remplie. Il a commencé par travailler pour les studios Aardman (connus pour Wallace & Gromit, entre autre), il a eu le plaisir de fréquenter Neil Gaiman et de s’en faire un ami ce qui lui a valu de pouvoir oeuvrer sur Miracleman et Sandman, il a collaboré avec DC (Hellboy, Batman) et Marvel (Spiderman) et après avoir dessiné un premier numéro sur Fables, il fera la demande pour en devenir le dessinateur attitré et suivra la série jusqu’au 150e et dernier chapitre, publié en juillet 2015 chez Vertigo.

Fables - Buckingham

Le livre de la Jungle revu par Bucky!

Une petite question à poser

Je regrette un peu que les questions posées à Mark Buckingham soient aussi génériques, elles auraient pu être posées à presque tous les auteurs pour une grande partie. Quelques exemples: Où êtes-vous né? Avez-vous des frères et soeurs? Prenez-vous votre femme pour modèle? Heureusement, fort heureusement, il s’avère très vite que Buckingham excellent dans le rôle de l’interviewé et fourni des réponses riches en contenu et en anecdotes. Il nous raconte sa jeunesse, ce que signifiait être un dessinateur de comics à Londres, les gens qu’il a rencontré, le réseau de contacts qu’il s’est tissé. C’est passionnant. Bien entendu, il faut porter un intérêt au petit monde du comics, mais on en apprend beaucoup. Dommage cependant qu’on aborde peu le style du dessinateur, finalement on n’en sait pas beaucoup plus sur les raisons qui le poussent à dessiner de cette façon. Mais l’homme est un vrai passionné et ça se ressent, il nous explique par exemple son rêve depuis très jeune de pouvoir travailler sur Miracleman, rêve qui se concrétisera bien plus tard après de nombreux efforts grâce à Neil Gaiman et son talent. Un bel exemple qui nous prouve qu’un effort peut être récompensé et qu’il est important d’avoir des rêves. Il revient aussi sur la première fois qu’il a dû dessiner un groupe de super-héros (Titans) et sur la complexité que cela représente, il en a gardé un très mauvais souvenir et celui lui a presque valu de vouloir quitter l’industrie du comics. Au niveau du contenu, nous sommes bien servis.

Miracleman - Buckingham

Miracleman inspiration Andy Warhol 

We want more

J’apprécie grandement ce qu’Urban nous offre avec ce livre. Déjà parce qu’il traite de Mark Buckingham, un auteur que j’affectionne particulièrement. Puis parce que cela donne l’espoir que d’autres titres de la gamme Modern Masters voient le jour dans la langue de Molière. Le livre est illustré tout le long par des dessins de Buckingham, en noir et blanc pour la grande majorité, nous permettant d’apprécier la qualité de ses traits. Une bien belle édition donc, très soignée, bien traduite et parlant d’un auteur captivant, j’ai dévoré le livre une première fois et quelques jours après, je me suis pris à le relire pour me remémorer certaines anecdotes dont il était fait mention. Forcément, l’achat n’est à faire que si vous souhaitez en apprendre un peu plus sur ce qu’il se passe en coulisses, ou tout simplement si vous souhaitez connaître Mark Buckingham. J’ai hâte de voir si Urban va nous offrir d’autres numéros de cette qualité, j’en redemande bien volontiers.

Pour se procurer le tome:

Les Grands Entretiens de la Bande Dessinée : Mark Buckingham

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*