Batman Eternal – T04

Résumé : Après une arrestation spectaculaire, l’impensable se produit lorsque l’incorruptible James Gordon se retrouve condamné pour bavure ! Le plus ancien allié de Batman se retrouve derrière les barreaux, alors que le mafieux Carmine Falcone réapparaît, bien décidé à débarrasser Gotham des « monstres » justiciers ou criminels. Tous ces événements convergent vers une machination tentaculaire… (Contenu : #40-52 + Batman #28)


Batman Eternal – Tome 4

batman-eternal-t04 coverFiche technique:
Scénario : Scott Snyder / Tim Seeley/ Ray Fawkes
Dessin : Dustin Nguyen / Joe Quinones / David Lafuente
Editeurs: Urban Comics / Dc Comics
Date de sortie: 29 Janvier 2016
Pagination : 329 pages


This is the Batman

Parmi les différentes séries du Batverse (on vous a déjà parlé de Grayson par exemple), Batman Eternal est la série qui fait avancer le Batverse dans son ensemble (au point d’ailleurs d’éclipser les autres séries liées à Batman, celles-ci ne pouvant pas faire avancer la timeline globale. Je pense à « Batman et Robin » qui même si agréable à la lecture, reste une série dispensable mais n’ayant peu ou pas d’impact sur les autres).

batman-eternal-t04 gordon

James Gordon, toujours prêt à aider son prochain et sauver le monde

Dans les précédents tomes James Gordon se retrouve en prison et la Batfamily, qui tente de l’aider, se retrouve mêlée dans un complot bien plus important. Bruce Wayne perd son manoir et ses entreprises, Julia la fille d’Alfred Pennyworth reprend le rôle de son père alors que celui-ci est diminué, Catwoman reprend la direction de la pègre après la chute du Pingouin et des Falcone… En gros les cartes changent de mains et les dorénavant le Batverse ne sera plus pareil. (c’est vous dire comme c’est dense) et ce n’est pas encore fini puisque aujourd’hui la critique se porte sur la conclusion du run, le tome 4.

This is the Silence

Tout d’abord je vais faire une très rapide rétrospective des tomes précédents. Ils sont globalement très agréables à la lecture, parfois un peu trop denses mais ils se tiennent et le scénario est vraiment bon pour le peu que vous aimiez Scott Snyder (il n’est pas seul à écrire dessus mais sa patte se ressent quand même). Je le précise parce qu’il est derrière toutes les séries de qualité du Batverse et que si cela permet aux séries de se parler entre elles, si on est un tant soit peu allergique au personnage (Snyder pas Batman sauf si vous lisez Batman et que vous ne l’aimez pas), cela peut devenir lassant. Pour ma part je l’aime beaucoup même si parfois je trouve qu’il bâcle des intrigues savamment installées (je pense à la Cour des hiboux, une conspiration centenaire qui dirige dans l’ombre de Gotham et qui finit massacrée au bout du tome 2 parce que bon il fallait conclure). Pour le reste il transpire l’amour pour Batman et c’est tout ce que je lui demande.

batman-eternal-t04 batfamily

Genre Batman allait laisser Gordon sauver le monde tout seul? Bah non

Je lui pardonne presque, d’ailleurs, de ne jamais mentionner Damian Wayne dans ses ouvrages ou à peine, à croire qu’il ne l’aime pas. Ce sont des rumeurs, Snyder n’a jamais rien dit dans un sens ou dans l’autre mais Damian brille par son absence durant Eternal sans que Snyder n’y apporte la moindre raison. Pourtant le fils de Bruce Wayne et de Talia al Ghul n’est quand même pas n’importe qui… Enfin les goûts et les couleurs).

This is the Nightwing

Le tome 4 vient donc conclure une solide saga et s’en sort honorablement. Il nous amène sur diverses pistes sur le vrai méchant de l’histoire, nous donne encore des moments de bravoures de la Batfamily avec ses instants qui prêtent à sourire (la nouvelle venue, Bluebird, est souvent mise à l’honneur et c’est tant mieux) et finit de manière épique sur une scène pleine de réflexion sur le rôle du Batman (je dis bien « du » et pas « de » puisqu’il y a quelque chose de divin dans le Batman de Snyder, comme si Gotham aurait toujours un protecteur quel que soit l’époque). De ce côté-là le contrat est rempli et plutôt bien. On aurait pu vouloir que l’équipe scénaristique prenne plus de temps pour développer son intrigue (le tome 4 me donne l’impression d’être un roller coaster où vous n’avez pas le temps d’hurler que c’est déjà fini) mais c’est vouloir pinailler.

batman-eternal-t04 batman bluebird

On sourit pour la photo s’il vous plait!

Au niveau des dessins, même idée que pour les scénarios puisque c’est une équipe et pas une personne unique derrière. De ce côté-là les dessinateurs se suivent et nous donnent des dessins très variés. Le côté agréable c’est que c’est varié, le côté négatif c’est que certains sont plus inspirés que d’autres. Après c’est dans le tome 01, chapitre 11, que mes yeux avaient fondu. Pour ce qui est du tome 4, il y a moins de disparités dans le style graphique des auteurs ce qui rend sa lecture plus facile sans être pour autant un point fort du comics.

This is the Conclusion

Alors doit-on l’acheter ? Oui mais alors achetez la gamme complète bien sûr. Sincèrement tout n’est pas à niveau mais je repense aux passages dans l’Asile d’Arkham, aux divers méchants apparus (Silence pour ne citer que lui), à cette conclusion relativement optimiste malgré les difficultés rencontrées et je me dis que oui, Batman est bien éternel !

Pour se procurer le tome:

Batman Eternal – T04

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*