La London Super Comic Con

Kerym vous parle de la LSCC:


La London Super Comic Con, moi et les joies de la découverte

Avant de parler de la convention elle-même, revenons sur mon parcours. Après une première approche dans les années 90 avec la période X-men Chris Claremont qui fait un peu office de madeleine chez moi, j’ai eu une pause d’à peu près 25 ans. J’ai repris les comics à la naissance de mon fils afin d’occuper mes longues premières nuits ; ça fait donc relativement huit mois pour le détail. Je n’avais jamais eu l’occasion de m’instruire sur les Conventions et ses subtilités comme les  « variant cover » et les « Sketch ».

lscc 3

Sara Pichelli aime les éditions Panini

J’étais donc totalement vierge de tout cela lorsque Sire Dydimus m’a proposé de l’accompagner à la London. J’ai accepté sans vraiment savoir dans quoi je m’embarquais mais la curiosité était plus forte.

Une valise pour les entasser tous, un portefeuille pour les acheter tous

Commençons par mon conseil du néophyte : la valise ! Cette année je n’avais que quatre comics à faire dédicacer. Oui je vous l’ai dit je suis débutant, le guerrier aguerri se déplace avec une bibliothèque pour le cas où, et pourtant mon dos à déjà souffert. Observant alors les dits guerriers, j’ai découvert l’existence de la valise à roulette. On ne m’y reprendra donc plus, la valise pour les files d’attente c’est plus de dédicaces et donc plus d’auteurs/dessinateurs à rencontrer. Par contre j’éviterais quand même de faire dédicacer genre dix comics par auteur, c’est personnel et c’est une affaire de scrupules, j’ai toujours l’impression d’abuser du temps de l’auteur et de ralentir la file derrière moi.

En parlant des dédicaces, c’est souvent trop court et en même temps bien sympathique. Typiquement j’ai été voir Cameron Stewart avec mon « Batgirl t01 » et je lui ai demandé une petite signature (Et il a été adorable, il a bien voulu me faire un petit sketch) et je lui dis que je viens de Belgique. Là il m’explique qu’il connait la Belgique et qu’il a été à Andenne (Pour les non belges, c’est une petite ville que je n’aurais jamais imaginé citer pour une première visite en Belgique) et qu’il a vu ses ours, c’est juste surprenant et drôle.

lscc 7

Cameron Stewart qui dédicace l’album de Kerym, c’est beau

Si on aime les comics, rien à faire, il faut prévoir. Entre des prints (Comptez une quinzaine d’euros), des sketch à la demande (Là les 50 livres pour le visage d’un héros, je trouve ça cher mais ce sont les prix à ce qu’il parait) ou les goodies (Malheureusement pas assez de figurines de super héros mais c’est mon péché mignon), il y a de quoi s’y perdre. J’ai apprécié d’ailleurs que la plupart des boutiques acceptent les cartes et qu’il y ait assez de distributeurs d’argent pour ceux qui ne prenaient que le liquide. Vu la tonne de choses achetées, c’était tout bénéfice (Pour eux et moi pour mon côté fanboy… Un jour je vous parlerai de ma passion pour Batwoman version Bombshell). De ce côté donc, comblé aussi.

Et alors on li.. Ah pardon on parle de conventions

En résumé donc un excellent moment passé avec l’équipe rédac à rencontrer des artistes, à tenter d’échanger en anglais avec eux (Merci Karlashrey) et à revenir les valises pleines (et pas que de goodies). D’ailleurs pour l’anecdote c’est après avoir rencontré Meredith et David Finch, et qu’ils ont été tous les deux fort sympathiques, que je me suis décidé à acheter les nouvelles aventures de Wonderwoman (Dont je ferai une petite chronique).

lscc 4

Il y a du beau monde dans les allées

Et enfin normalement on a même pu récupérer quelques adresses mails pour faire des articles. Sincèrement que demander de plus ? Ah je sais que Urban publie Dc Bombshell !

 

Sir Didymus vous parle de la LSCC:


Jamais deux sans trois?

Cette année, c’était la deuxième fois que j’avais décidé de me rendre à Londres pour la London Super Comic Con (LSCC). A l’affiche, plusieurs grands noms dont Frank Cho et David Finch, mais pas uniquement ceux-là, Umberto Ramos, Brian Bolland, Marv Wolfman, … bref pour autant que vous ne soyez pas allergique à l’anglais, cette convention était à ne pas rater.

lscc 2

Le précieux sésame 

On arrive le samedi matin au Excel Convention Center, bâtiment qui porte bien son nom puisqu’il est tout simplement gigantesque et accueille non seulement la LSCC mais aussi une exposition sur les vieilles voitures anglaises, une autre sur les bébés et encore une autre sur le bien-être. Ce qui m’intéressait bien entendu, c’est la LSCC donc en route pour la file d’attente. J’avais un ticket donnant un accès anticipé, on nous donne un badge et on nous demande de se mettre dans une file plutôt longue. Logique cela dit, on est là bien à l’avance et la convention n’a pas encore ouvert ses portes. L’heure arrivée, la file se met à avancer à un rythme effréné. On ne se bouscule pas, on est guidé tout au long par le staff, tout se déroule sans problème. Un parfait exemple de bonne gestion de la foule, ça commence bien.

La première à gauche en sortant du couloir

A l’intérieur, on vous donne un plan du lieu et le planning des activités. C’est très grand, les allées sont encore calmes mais c’est normal vu qu’on a pu rentrer un peu plus tôt que la majorité de la foule. Ça m’a donné le temps de visiter un peu les lieux et de faire dédicacer quelques comics. Comme d’habitude dans les conventions, chaque artiste est libre de pratiquer les tarifs qu’il veut. Donc en fonction de ce que vous voulez, vous pourrez vous en sortir pour une quinzaine d’euros pour un print, entre 25 et 30 euros pour un petit dessin et ça peut très vite grimper. Rien d’extraordinaire à ce niveau-là, c’est exactement pareil que dans les autres conventions, ni pire ni meilleur. A noter que certains auteurs pratiquent un taux de conversion étrange, en vendant leurs prints au même prix en livres sterling qu’en euros, il est donc préférable de les attendre sur le sol français ou belge pour aller faire des achats chez eux.

lscc 5

Une Miss Marvel qui parcoure les allées

Let’s go shopping

Il y avait également des boutiques et vous aviez de quoi y trouver plein de belles choses : des comics plus ou moins vieux, des figurines, des posters, des t-shirts, … Les vendeurs étaient là pour vous conseiller et vous aider dans vos recherches, ce qui était parfois indispensable tant il y avait de choix. J’ai pu faire l’acquisition d’un exemplaire de Spider Gwen avec une couverture de J. Scott Campbell. Vous retrouviez aussi votre lot de personnes en cosplay. Il y avait pas mal de Deadpool, logique, des Harley Quinn pour les dames, des Joker, … et chose amusante, si vous sortiez pour manger dans l’un des restaurants du complexe, vous pouviez tomber sur des tables contenant un couple de parents bien habillé qui revenait de leur exposition sur les voitures avec leur fille habillée en Supergirl. Tout ce petit monde se côtoie donc, sans que cela ne choque.

lscc 6

Ryan Stegman s’apprête à dédicacer Superior Spiderman

Jamais deux sans trois!

La LSCC fut une réussite à mes yeux, clairement orientée comics (pas d’acteurs à l’affiche, juste des auteurs-scénaristes-dessinateurs) qui trouve son public. C’est grand et aéré, on n’a pas l’impression que les gens se marchent les uns sur les autres, on n’étouffe pas et pour autant, on n’a pas l’impression que ce soit vide. Le personnel est présent et reste agréable malgré les conditions de travail plutôt difficile (ils sont présents de l’ouverture à la fermeture, debout pendant la majorité de leur journée) Au niveau des artistes, il y a beaucoup de choix et on peut difficilement être déçu. Même si certains se refusent à signer en dehors de leurs heures de signature, ils restent globalement accessibles. En faisant le bilan, une certitude est apparue : j’y retournerai l’année prochaine ! Ah et on a récupéré pas mal de contacts et on espère vous fournir quelques interviews dans les semaines à venir, parce qu’on a pas mal bossé pour le site quand on était sur place.

N’oubliez pas: be happy, be healthy, be comics!

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Wonder Woman, Déesse de la guerre – T01 – Be Comics
  2. Harley Quinn – T02 : Folle à lier – Be Comics

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*