Bloodshot – T01 à T04

Résumé: « Tu t’appelles Raymond Garrison. Tu as quitté le terrain pour rester avec ta femme Ashley et ton fils John. Un homme est en danger, un homme qui t’a sauvé la vie autrefois. Tu dois lui porter secours. Mais tes souvenirs s’entremêlent et tu ne sais plus qui tu es… Tu es Bloodshot, une machine de guerre parfaite, destinée aux missions secrètes les plus risquées. Ton cerveau renferme des informations susceptibles de semer le chaos sur la planète entière. Et on vient de te capturer. »


Bloodshot Tome 1 à Tome 4bloodshot cover

Fiche technique:
Scénario : Duane Swierczynski
Dessin : Manuel Garcia, Arturo Lozzi, Barry Kitson
Editeurs: Valiant Comics (Vo) / Bliss Comics (Vf)
Date de sortie:  23/03/16


Du conspirationnisme militaire, des gosses avec du pouvoir et beaucoup de violence

En gros si je devais résumer ma première impression, c’est les mots que j’aurais utilisé mais vraiment pas dans un sens négatif. Mais commençons par le commencement

bloodshot 3

Bloodshot, mieux que tous les Expendables réunis

Niveau biographie Bloodshot c’est donc un héros Valiant crée en 1993, relancé en 2012 et publié en France en Octobre 2013. Enfin héros est un bien grand mot, car Bloodshot c’est avant tout une sacrée machine à tuer bourrée de nanites qui, en plus de le régénérer et d’améliorer ses prouesses physiques, lui permettent de hacker les machines. Une sorte de mercenaire parfait qui bosse pour l’armée. Si on n’est pas dans un pitch d’un bon film d’action, je ne m’y connais pas.

Ici je vais donc parler de l’ensemble des tomes disponible sur Comixology qui font partie des lots Valiant à gagner pour cette semaine. Je vais tenter de ne pas trop spoiler et de rester dans les impressions générales en espérant vous en donner un aperçu agréable. Si besoin de précisions, n’hésitez pas à nous contacter !

Ce n’est pas ma guerre mais s’il faut tuer, je n’y vois pas d’inconvénient

Rien que mes premières lignes soulignent le pourquoi je l’ai choisi dans le catalogue et je n’ai vraiment pas été déçu. Le comics est bourré d’une action violente où chaque personnage s’en donne à cœur joie et chaque combat déchaîne l’hémoglobine et la violence débridée. C’est certes régressif mais c’est jouissif et en plus ce n’est que la montagne qui cache le reste car Bloodshot m’a surpris par de nombreux autres points.

bloodshot 1

Une famille en or?

Tout d’abord le personnage en lui-même est vraiment intéressant (Et attention je vais spoiler un peu). Très vite on comprend qu’il n’a pas de mémoire personnelle et qu’il est « programmé » de souvenirs pour lui donner une « âme » (d’ailleurs le propos de l’épilogue du tome 4 est fort intéressant) donnant ainsi ce vernis de conspiration et faisant de Bloodshot un héros autant perdu que se cherchant une identité. Ensuite ses nanites développent une « volonté propre » et on peut voir plusieurs scènes ou Bloodshot se fait rafistoler tout en discutant avec une interface « graphique » de ses pouvoirs, l’idée est excellente et change de l’habitude.

bloodshot 2

La régénération, c’est pratique mais ça picote 

L’univers n’est pas en reste. L’Armée, prédominante dans le récit, et ses multiples expériences ont quelque chose de réaliste. Ici pas question de mutants mais d’implants dans le cerveau sur des victimes volontaires en en faisant des super-soldats modernes ; le patriotisme en prend un coup et me rappelle X-Files où la parano est de mise pour survivre. Les psiotiques (les individus dotés de pouvoir), eux, ont des pouvoirs passés au prisme Valiant dégageant tous la crasse que cet univers transpire. Quant aux méchants et gentils, difficile de pouvoir distinguer qui fait partie de quel camps. Les deux camps principaux, l’Armée et un Psiotique millionnaire, ont chacun leurs arguments et leurs dissensions internes, franchement une petite réussite.

bloodshot 4

Qui a la plus grosse? C’est Bloodshot

Je vais pas te faire un dessin mais ce n’est jamais beau une cervelle qui éclate

Niveau graphisme plusieurs dessinateurs se suivent dans un style cohérent et bien sûr, plus que violent. Perso j’ai adhéré à l’ambiance que le dessin retranscrit vraiment bien. Ce n’est pas transcendant non plus mais ça sert le propos et c’est déjà pas mal.

En conclusion de l’histoire, pas de bleusaille mais une balle dans les yeux et des nanites plein la tête !

En résumé, cela donne une histoire non linéaire avec son lot de twists bien sentis et de bonnes idées (sans rentrer trop dans les détails, la personnification des nanites vaut son pesant d’or  et leur évolution aussi) dans une ambiance plus que violente que les dessinateurs rendent bien.

bloodshot 5

Un Mississippi, deux Mississippi, … 

J’ai passé un excellent voyage en compagnie de notre brute au rond rouge sur le ventre (et l’épilogue à la fin du tome 4 vient vous dire le pourquoi du rond rouge) dans cet univers relativement réaliste (avec des super-pouvoirs hein, on est d’accord) et surtout agréablement sombre (et c’est peut être que j’ai été nourri à la télévision de militaires malveillants et d’expériences sur les soldats mais j’ai vraiment bien accroché) et à ceux qui me diraient qu’il y a déjà eu des Armes X chez Marvel, c’est vrai mais ce n’est pas une raison pour bouder son plaisir !

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Harbinger – T01 à T03 – Be Comics
  2. Fin de la semaine Bliss Comics – Be Comics

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*