Superior Spiderman – T06: Goblin Nation

Résumé: Le soi-disant Spider-Man supérieur a échoué. Le Bouffon Vert a pris le contrôle de la pègre de New York, mais peut-être pas pour très longtemps, car Otto Octavius s’est fait un devoir de la battre. Prêts pour la plus grande bataille du Docteur Octopus ?


The Superior Spiderman – Tome 6

superior spiderman 6 cover

Fiche technique:
Scénario : Dan Slott et Christopher Gage
Dessin : Giuseppe Camuncoli
Pagination : 168 pages
Editeurs: Panini France (VF)/ Marvel (VO)
Date de sortie: 02 Mars 2016


L’ultime bataille du Superior Spiderman, une couverture qui en dit long

Superior Spiderman, je vous en avais déjà parlé en décembre ici à l’occasion du tome précédent. Ma critique évoquait déjà la nation gobeline qui attendait son heure dans l’ombre, des Avengers qui n’étaient pas des plus dégourdis et de la dualité Peter Parker/Otto Octavius. J’avais fini mon article sur un avis relativement tiède, trouvant le récit pas toujours heureux mais reconnaissant l’amour de Dan Slott pour la tête de toile. C’est donc légèrement réticent que j’ai acheté ce tome 06, plus d’ailleurs pour compléter ma collection que par envie de connaitre la suite. Me suis-je trompé ? Vais-je retirer Spidey de mes héros fétiches ? La suite sans plus attendre (et je préviens, je spoile)

superior spiderman 6 2

Spiderkick! Et à l’arrière les figurants profitent du spectacle

Mary Jane, Ana Maria, Carlie Cooper. Spidey cet homme à femme

Le Tome 6 commence donc sur un constat alarmant. Oui Otto a réussi à mettre la pègre à genoux, oui le crime n’a jamais été aussi faible, et oui Jonathan Jameson n’a jamais été autant à la merci d’un Spiderman, mais en faisant cela il a laissé la place à pire. Depuis le tome 01, on voit un Roi Gobelin (ce bon vieux Bouffon Vert a.k.a. Norman Osborn) qui attend dans l’ombre son triomphe. Car après avoir trafiqué les spiderbots de Spidey, tout homme portant le masque (ou étant muté en gobelin) n’apparait plus sur les radars. Résultat la pègre est morte pour laisser la place au Règne du Roi Gobelin. De l’autre côté, ce bon vieux Jonathan Jameson hait de plus en plus le Superior Spiderman et commence à prendre des décisions douteuses dont celle de lancer la construction d’une armée de robots. Une poudrière qui explose dans ce tome 06 dont l’objectif est de nous en mettre plein la vue.

Faire affronter Norman Osborn et le Superior Spiderman est une bonne idée. C’est un retour au source, c’est le premier et un des ennemis iconiques de la tête de toile et le récit d’ailleurs s’ouvre en page 3 (les deux premières pages nous montrent des gobelins en train de commettre des crimes) sur le pont où les deux adversaires se sont affrontés. Pour boucler le run, c’était parfait et rien à redire Dan Slott connait ses classiques.

superior spiderman 6 1

Deux Spiderman Spidermen pardon

Niveau protagoniste, on retrouve le Spiderman 2099 qui ne sera pas de trop pour aider Spidey, des Avengers en guest toujours autant à la ramasse (sérieusement, je me demande parfois si les auteurs ont été lire un seul tome des Avengers parce que Captain America est aussi réactif qu’un nonagénaire devant un épisode de Derrick) et le Spectre tentant de sauver New York. C’est donc bien fourni et à l’instar d’un Spider Island, New York continue d’attirer les foules en cas de problème.

Niveau récit, les références et les hommages à la vie de Peter Parker sont nombreux que ce soit dans la psyché d’Otto où les souvenirs de Spidey séjournent, le célèbre pont ou les différentes petites amies de Spidey (sauf Felicia Hardy) ont chacun leurs moments de gloire (Mary Jane prouve définitivement qu’elle peut se débrouiller toute seule, Carlie Cooper tente de survivre à sa mutation en bouffon et Ana Maria, ma préférée, est une femme forte devant l’adversité) et Jonathan Jameson brûle d’une haine iconique pour Spidey.

Dessine-moi une toile d’araignée !

Niveau dessin, ils sont relativement plaisants mais surtout plusieurs doubles pages viennent se rajouter agréablement au récit. Que ce soit pour illustrer la vie d’Otto Octavius, celle de la jubilation de Norman et celle du passage de flambeau entre Otto et Peter sont vraiment de très beaux « artworks » qui servent efficacement le récit.

superior spiderman 6 3

Peter Parker se jette sur le derrière de Doc’Oc… sensualité

Au final on est quand même tous un peu Peter

Au final, on est dans un récit canonique qui met en avant le Bouffon Vert, Superior Spidey et Peter Parker et qui marque l’histoire du tisseur de toile en général. Je resterai néanmoins en demi-teinte concernant cette confrontation finale qui n’arrive pas, à mes yeux, à justifier le retour de Peter Parker. Aucun des dangers rencontrés ne suffit à m’expliquer pourquoi Peter s’en sort mieux qu’Otto et ne justifie, complètement, le retour à la « normale ». Le récit n’est pas mauvais mais il aurait pu être meilleur, dirons-nous.

D’ailleurs, c’est le sentiment général du run à mes yeux. Il explore l’univers qu’il tente de réinviter le plus complètement possible pour le confronter au Superior Spidey, tout en s’y perdant au final. L’idée était excellente mais à trop en faire, elle s’y dilue. Peut être aurait-elle eue besoin de moins de tomes pour être traitée, évitant ainsi une lassitude et un détachement des événements, pourtant marquants la suite des aventures de Spidey.

superior spiderman 6 4

Le pont de Brooklyn, des souvenirs, un hommage 

Reste néanmoins un émouvant passage de flambeau d’Otto Octavius, qui parce qu’il s’est découvert un vrai héros est capable de se sacrifier pour quelqu’un d’autre (Ana Maria ici), à Peter Parker qui ne m’a pas laissé indifférent. Finalement Otto Octavius aura fini par être digne de porter le costume et de rejoindre le panthéon des têtes de toile (jusqu’à ce que Marvel nous le ressuscite en méchant et qu’on n’en parle plus).

En Juin, Panini publiera la suite des aventures du Tisseur avec « The Amazing Spiderman », toujours de Dan Slott, et je suis curieux de voir ce que nous réserve la suite de ses aventures et des conséquences sur Peter Parker. Peut-être qu’à ce moment je pourrai revenir sur cette critique et finalement dire que le run en valait la peine (et promis je le ferai) mais d’ici là, difficile de le conseiller les yeux fermés. Définitivement un récit pour fans du tisseur de toile.

Pour se procurer le tome:

Superior Spider-Man T06

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*