Harbinger – T01 à T03

Résumé : Hors-la-loi, télépathes : voici les renégats. Peter Stanchek, le jeune Harbinger aux fabuleux pouvoirs psychiques, est mal en point depuis qu’il a quitté la fondation Harbinger. Mais pour l’instant, il n’a d’autre choix que de continuer à fuir. En route à travers les États-Unis, il réunit un groupe d’individus dotés de super-pouvoirs, les Renégats. Leur mission : démanteler l’empire de Toyo Harada ! Voici un nouveau chapitre de l’épopée de Peter Stanchek, écrit par Joshua Dysart (Soldat Inconnu) et illustré notamment par le français Phil Briones (Superior Spider-Man, X-Men, Suicide Squad), Barry Kitson (Batman, Superman, Golgoth), Pere Perez (Archer & Armstrong, Batgirl) et Lee Garbett (Spider-Man, Loki, X-O Manowar).


harbinger-eveil-omega-cover

Harbinger – Tome 1 à Tome 3

Fiche technique :
Scénario : Joshua Dysart
Dessin : Phil Briones, Barry Kitson, Pere Perez et Lee Garbett
Editeurs : Valiant Comics (VO) / Bliss Comics (VF)
Date de sortie : 23/03/16

 

 

 


Comme les X-Men, en trash

Pour conclure notre semaine spéciale Bliss Comics, je vous parlerai aujourd’hui d’Harbinger. L’histoire est indépendante des autres publiées par Valiant, mais fait partie du même univers. Vous pouvez tout à fait commencer par celle-ci sans forcément avoir lu les autres (Bloodshot ou Harbinger Wars).

Les numéros que j’ai lus sont un reboot de l’histoire originale parue en 1992, originellement créée par Jim Shooter et David Lapham. Harbinger décrit les aventure d’un mutant psiotique (un humain doté de pouvoirs spéciaux), un jeune adolescent appelé Peter Stanchek, recruté par une école de surdoués multinationale mégalomane dirigée par le magnat Toyo Harada dont la mission secrète est de former des jeunes X-Men une armée de psiotiques à son service.

La comparaison avec X-Men est facile, mea culpa, mais ayant été initiée à l’univers des comics par la première trilogie des films X-Men sortie en 2000, je n’ai pu m’empêche de faire le parallèle. A vrai dire, c’est plutôt un compliment. Le tome 1 de la série est d’ailleurs assez significatif, mais c’est ce qu’il m’a plus : j’ai lu un récit initiatique classique, mais dévoyé par un univers plus cynique.

« Et si Dieu était l’un de nous ? »

Harbinger-T01-P34Le jeune Peter Stanchek, est un jeune vagabond de Pittsburgh qui a fini à la rue après quelques années d’internement psychiatrique, et qui squatte avec son junkie et schizophrène de copain, Joe. On sait qu’ils ont fui l’hôpital et qu’ils sont recherchés. Ils vivotent grâce aux pouvoirs de télépathe de Peter, qui « convainc » les gens de lui donner ce dont il a besoin pour vivre : argent, nourriture, et les précieux médicaments capables de faire taire les voix qu’il entend en permanence dans sa tête. Suite à une négligence de Joe, ils se retrouvent encerclés par une équipe d’intervention tactique dans la maison qu’ils squattent, et parviennent à s’enfuir grâce à Peter qui fait un usage sanglant de ses pouvoirs. Après un échange télépathique avec Toyo Harada, il le rejoint dans un de ses QG où il découvre qu’il y a d’autres psiotiques comme lui.

Sauf que l’ambiance est moins idyllique qu’à l’Institut Xavier, et Harada bien moins altruiste que notre célèbre chauve en chaise roulante.

Harada apprend à Peter qu’il est un psiotique extrêmement puissant, capable d’ « activer » les pouvoirs des psiotiques latents. Peter a l’occasion de tenter l’expérience sur une jeune fille appelée Faith, apparemment sans succès.

Lorsque Joe se fait froidement tuer par un des séides d’Harada, Peter décide de fuir l’institut et de monter sa propre équipe de psiotiques pour contrecarrer les plans maléfiques du Japonais.

Voilà en gros le résumé du tome 1. Le tome 2 est un road trip qui décrit les différentes rencontres de Peter avec d’autres jeunes psiotiques. Le tome 3 raconte leur affrontement avec les forces d’Harada.

hwars_001_full-interlockingUne réunion de famille plutôt explosive

Un scénario prenant et des dessins nerveux

Un scénario somme toute assez classique, mais plein de rebondissements qui tiennent le lecteur en haleine. Les différents membres de l’équipe sont assez sympathiques, malgré leur caractère assez caricatural : l’amie d’enfance non-psiotique, première de la classe cynique ; la bombasse rousse aux pouvoirs pyrokinétiques ; le jeune redneck handicapé capable de se transformer en brute musclée… et surtout Faith, la jeune fille du début, éternelle optimiste au grand cœur, qui finalement se découvre capable de voler. Le personnage a tellement marqué  les lecteurs que beaucoup ont réclamé un spin-off, finalement sorti en septembre 2015 et qui s’est notamment fait remarquer pour être le premier comics à avoir comme héroïne principale une jeune fille obèse.

HAR_023_VARIANT_EVANS-970x545Je vous laisse deviner qui fait quoi.

Rien que le personnage de Faith vaut le détour, et j’espère faire un article à son sujet lorsque la compilation des quatre premiers numéros sortiront en juillet (en VO).

Pour en revenir à Harbinger, les dessins sont très chouette, un style plus BD que comics, mais le trait est nerveux et sert bien cet univers violent, bien que moins gore que Bloodshot. Ce dernier fait d’ailleurs une apparition dans le Tome 3, en bonne arme de destruction massive.

La conclusion du récit, en demi-teinte, est un peu frustrante à la première lecture, mais finalement assez adulte, à l’image de ces jeunes gens qui, par leurs choix ou par la force des choses, prennent leurs responsabilités face à leurs idéaux.

En bref, c’est un bon divertissement, et une introduction plaisante à l’univers de Valiant.

1 Trackback / Pingback

  1. Fin de la semaine Bliss Comics – Be Comics

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*