Power Girl – T02 : Sois belle et bats-toi

C’est sous ce titre d’une grande originalité qui a sûrement dû prendre des heures de brainstorm (*ironie*) qu’Urban baptise le tome 2 des aventures de Karen Starr, aka Power Girl. Humour, actions, situations what-the-fuckesques et chats délaissés : tous les ingrédients du premier tome sont à nouveau réunis ! Je vous en dis plus ci-dessous.

Résumé : Brillante businesswoman d’une part et protectrice de New York City de l’autre, Karen Starr, alias Power Girl, mène à la perfection sa double-vie mouvementée. Après avoir vaincu Ultra-Humanite, la jeune héroïne va à présent devoir affronter la colère de l’ex-petite-amie de ce dernier : Satanna. Bien déterminée à le venger, Satanna emploie tous les moyens à sa disposition pour arriver à ses fins : une arme kryptonnienne, et une armée des plus surprenantes. (Contient : Power Girl: Aliens and Apes – #7-12)


Power Girl – Tome 2

power-girl-tome-2Fiche technique :
Scénario : Amanda Conner, Jimmy Palmiotti
Dessin : Amanda Conner
Nombre de pages : 152 pages
Editeurs : Urban Comics – DC Classiques (VF) / DC Comics (VO)
Date de sortie : 12 septembre 2014


Des extra-terrestres, plein d’extra-terrestres, des animaux mignons – et parfois tout ça en même temps !

Cette fois-ci, pas de numéros bonus, le tome 2 se compose de deux récits assez denses, bien articulés, entrecalés de petites histoires du quotidien comme on les aime voir racontées par Conner et Palmiotti.

La première histoire narre l’arrivée de Vartox de la planète Valeron, extra-terrestre au style disco rappelant celui de l’inoubliable Sean Connery dans le film Zardoz (répétez après moi : « The Gun is good! The Penis is evil! »), dont le but est de rencontrer Power Girl et de s’accoupler (sic) avec elle afin de sauver sa race désormais stérile.

power_girl_vartox_1Et un râteau galactique, un !

A la base, je me méfiais un peu du concept du scénario, qui tourne encore autour de la sexualité de Power Girl, mais le ton est heureusement décalé et assez bon enfant, et Vartox est tellement ridiculement cliché que cela balaie toute lecture au premier degré.

La deuxième histoire marque le retour du grand méchant du premier tome, Ultra-Humanité (rappelez-vous, le grand méchant gorille mégalo), via les actions de sa complice, Satanna. Cette fois-ci, elle est aux commandes ! Épaulée de ses redoutables animhommes (des animaux humanoïdes dotés d’une intelligence humaine, à la fois classes et choupi), elle compte bien venger la disparition de son amant et acolyte.

power-girl-02-satanna-01On peut être fluffy et un peu timbré.

C’est aussi l’occasion de voir à l’œuvre une arme inédite (autre que la kryptonite), pour répondre au défi de dézinguer une kryptonnienne traditionnellement inbutable. Le combat s’avère plus ardu que prévu (vous verrez !), et on a même l’occasion de voir Power Girl « voir rouge » et pour une fois déroger à ses bons principes (pour la bonne cause ?).

power-girl-02-satanna-02Derrière toi ! Un tigre !

Conner et Palmiotti n’oublient pas de mettre en avant l’amitié de Power Girl et Terra/Atlee tout au long du tome, notamment par un twist scénaristique assez sympathique qui permet, d’une part de voir la réelle portée de pouvoirs de Terra (qui est bourrine quand elle veut), et d’autre part d’ouvrir une réflexion philosophique sur le bien et le mal (toujours intéressant dans les histoires de super-héros).

power-girl-02-terra-01Terra n’est pas super ravie qu’on ait touché à sa copine.

L’histoire se conclut par une petite visite dans la cité d’origine de Terra, au cœur de la Terre, et nous raconte un peu les origines d’Atlee.

Deux interludes particulièrement mignons : celui où Power Girl se fait menacer par un jeune maître-chanteur, et la scène où elle réfléchit au nom de son chat (qu’elle ne veut pas se résoudre à continuer à appeler « M. Chat »).

Les personnages masculins (Vartox et son concurrent extra-terrestre qui apparaît à la fin du tome) sont relativement caricaturaux en dragueurs lourds et macho, mais heureusement l’amitié naissante (et improbable) entre Vartox et Power Girl donne l’occasion de voir se développer avec plus de finesse la psychologie du célèbre extra-terrestre à moustache et mankini.

power_girl_vartox_2On sent la déception même dans l’attitude du slip.

Des couleurs plein les yeux, et surtout de l’amour

Les dessins sont toujours aussi plaisants (je ne me laisserai jamais du style chaleureux de Conner et de la colorisation de Paul Mounts). Les scènes d’action toujours aussi bien décrites.

Comme pour le tome 1, le style de la couverture dessinée par Adam Hughes est totalement différent de ce qu’on trouve à l’intérieur du bouquin, soyez-en prévenus, mais le look n’en est pas spécialement désagréable.

Niveaux costumes, j’ai un peu grogné avec le dérapage de la scène du maillot de bain chez Terra, que je trouve racoleuse. D’autre part, Terra me semble avoir gagné en tour de poitrine depuis le tome 1.

On a également l’occasion de voir Power Girl en tenue de soirée, lors de son rendez-vous galant (durement obtenu) avec Vartox. Cette tenue, comme le signale cet article (déjà cité à l’occasion de mon texte sur Power Girl et le féminisme), est d’ailleurs un clin d’œil à un célèbre poster d’Adam Hughes (tiens tiens, encore lui !) des héroïnes de DC.

power_girl_vartox_3Sur la planète Valeron, on aime bien le disco, mais aussi les discussions sérieuses.

Alors, on danse ?

Si vous avez aimé le tome 1, foncez lire le tome 2 sans hésitation ! Je trouve même qu’on y gagne en qualité narrative, car les histoires sont habilement entremêlées, et donnent moins cette impression de « monstre de la semaine » que le tome précédent. Il y a de l’action, de l’humour et de l’amitié, et les dessins sont chouettes.

power-girl-02-satanna-03Une soirée OKLM avant d’aller conquérir le monde.

Mon seul regret, c’est que les blagues graveleuses sur Power Girl sont toujours de mise – à croire que ça fait désormais partie du canon, même si souvent c’est bon enfant. Voyons les choses autrement : que donneraient les aventures de Power Girl sans toutes ces allusions sexuelles ? On aurait une girl-scout loyale blonde prêchant la bonne parole. Un récit tout à fait convenable pour les plus jeunes, au demeurant, mais peut-être un peu trop monolithique pour des lecteurs adultes en quête d’humour potache.

Pour se procurer le tome:

Power Girl – T02 : Sois belle et bats-toi

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*