Bloodshot Reborn – T01: Colorado

Résumé: Bloodshot était une machine à tuer, infusé de millions de nanites lui donnant une force, une endurance et une vitesse hors-du-commun, en plus de pouvoirs auto-guérisseurs. Il était une arme parfaite, une marionnette au service de ses maîtres, l’organisation paramilitaire Projet Rising Spirit. Désormais, Bloodshot est libre de ses anciens maîtres, mais l’ombre de son passé le suit toujours. Sous le choc des conséquences de sa vie antérieure et de récents évènements qui l’ont presque rendu fou, il vit caché. Mais lorsque survient une vague de fusillades impliquant des hommes ressemblant comme deux gouttes d’eau à Bloodshot, sa culpabilité le pousse à l’action. Il fera tout pour arrêter les tueurs, même si cela signifie replonger dans la violence qui lui avait auparavant presque coûté la vie.


Bloodshot Reborn – Tome 1

bloodshot reborn 1 cover
Fiche technique:

Scénario : Jeff Lemire
Dessin : Mico Suayan, Raul Allen et Patricia Martin
Editeurs: Valiant (Vo) / Bliss Comics Vf
Date de sortie: 28/04/201


A little point in the sky

Bloodshot, je l’ai découvert en Mars lorsque Bliss Comics publia une partie du catalogue Valiant en numérique (ma critique disponible ici). J’avais été directement conquis par ce personnage dont l’univers graphique était aussi violent que son destin jonché de cadavre. En soit l’univers des comics nous a déjà donné de nombreux personnages similaires (je pense à l’Arme X chez Marvel) mais le ton était ici juste exsudant une noirceur palpable tout en dégageant une certaine compassion dans la lutte de Bloodshot afin de se libérer de sa condition de machine meurtrière sans âme.

bloodshot reborn 1 1De la drogue, un appartement en désordre, et de l’alcool… sympa la soirée

Ensuite vint the Valiant (comics regroupant tous les super-héros Valiant dans un combat titanesque) où à la fin de l’histoire notre héros redevient humain et peut vivre en paix, le prix fut lourd mais Bloodshot peut dorénavant vivre dans l’anonymat.

A bullet for me, a bullet for you !

Vous vous doutez que l’histoire ne va pas être aussi simple et qu’on appelle pas le comics «Bloodshot Reborn » si ce n’est pas pour nous raconter que Bloodshot ne pourra pas toujours échapper à son destin. Lemire commence par nous brosser en quelques pages le quotidien de Raymond Garrisson (puisque c’est ainsi que Bloodshot se fait appeler maintenant) dans une vie triste mais dont il se contente. La journée il vit de petits boulots et la nuit il fuit ses propres démons dans l’alcool. Rien que ce début est parfait, le ton oscille entre le cynisme et cette sorte de paix triste et malsaine dont Bloodshot aime se contenter. En tant que lecteur la sympathie est palpable et, un bref instant, on oublie le tragique du propos pour s’asseoir à côté de lui et apprécier cette pause salvatrice avant que le destin, pardon ses nanites ne réapparaissent dans des événements aussi violents que dignes de notre héros.

bloodshot reborn 1 3Raymond et ses démons, ça rime et c’est… l’histoire qui veut ça

Happy Valentine day Blood Skirt

La suite s’enchaîne alors impeccablement pour nous dérouler une histoire haute en couleurs avec des pointes d’humour noir. Entre Diane Festival l’agent spécial surdoué du Fbi aux airs de Frank Black, les hallucinations de Garrisson aux allures de mauvais cartoons et des tueurs fous à la peau blanche et aux ronds rouges tracés sur le ventre dignes héritiers du passé de Bloodshot, Lemire aligne une galerie de personnages qui vont venir compléter le nouveau périple de son héros pour le pire et rien que le pire, mais ,soyons honnêtes, quelque part on est là pour ça.

bloodshot reborn 1 4Ou la réussite de rendre un visage triste. C’est qu’on nous ferait verser une larme

Et le dessin n’a pas à rougir. Mico Suayan retranscrit un réalisme poisseux, des personnages aux traits tirés (je crois qu’excepté les hallucinations de Bloodshot personne ne sourit jamais dans ce tome) qui rajoute à l’ambiance poisseuse. Quant à la partie dessinée par Raul Allen et Patricia Martin, bien que le trait change, il s’adapte parfaitement au récit et ne choque pas (après je suis plus fan du style de Suayan mais c’est personnel).

With love and violence

Pour ma part, en lisant Reborn, j’ai redécouvert à quel point j’avais bien aimé le premier arc et j’ai d’autant plus apprécié ce nouvel opus.  Bloodshot, c’est un peu l’enfant bâtard de Jean Racine  et Christopher Nolan.  L’histoire décline une tragédie classique, rongée de culpabilité, maudite par le destin qui s’offre en même temps le luxe de transformer les trois Érinyes antiques en un horrible sidekick de dessin animé du nom de Bloodskirt et en un fantôme de son aimée, et d’enrober le tout d’un personnage à la psychologie complexe et réaliste.

bloodshot reborn 1 2A l’avant, on souffre et derrière, on fait la fête. Contraste d’une vie pas toujours facile

J’ai vraiment apprécié le voyage et je vous conseille vivement de vous lancer dans l’aventure, Bloodshot en vaut vraiment la peine et au pire vous risquez juste d’être séduit par le catalogue à venir de chez Bliss Comics ! (Quantum et Woody par exemple qui sort le mois prochain ou Faith que Karlaschrey aime déjà)

Pour se procurer le tome:

Bloodshot Reborn – Tome 1

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*