Les Gardiens de la Galaxie – T03: La fin des Gardiens

Résumé: L’agent Venom et Captain Marvel rejoignent l’équipe des Gardiens de la Galaxie, alors que le groupe vole en éclats. Star-Lord est capturé par son père, tandis que Drax doit affronter le terrible Gladiator. (Contient les épisodes US Guardians of the Galaxy (2013) 14-1, Annual 1 et FCBD GotG 2014, publiés précédemment dans les revues LES GARDIENS DE LA GALAXIE 1-3 et IRON MAN (V4) 17)


 Les Gardiens de la Galaxie – Tome 3

gotg coverFiche technique:
Scénario : Brian M. Bendis
Dessin : Nick Bradshaw
Editeurs: Panini France (Vf) Marvel Comics (Vo)
Pagination: 144 pages
Date de sortie: 04/05/2016


Je suis Groot

Il y a du changement dans l’air pour ceux qui n’auraient vu que le film puisque notre groupe a vu sa composition se modifier au cours du temps. Le premier tome voyait Iron Man les rejoindre, le deuxième Angela et dans ce troisième tome, on va retrouver l’Agent Venom et Captain Marvel. Et au passage, on ne retrouve plus Iron Man vu qu’il est de nouveau sur Terre, mais le début de ce troisième tome vous remet tout ça en contexte, donc vous ne risquez pas de vous perdre longtemps.

gotg 5Venom est dans la place, ouh ouh!

Une fois l’introduction placée, nous voilà directement replongé dans le feu de l’action, reprenant la suite du tome précédent, le calme avant la tempête en somme. Tous les membres du groupe sont en bien fâcheuse posture, Peter Quill (Starlord) fait face à son père qui visiblement a décidé de mettre un terme aux Gardiens. L’occasion de voir chacun des personnages s’illustrer aux quatre coins de la galaxie: Drax se retrouve face à Gladiator pour un combat à mort, Rocket est disséqué par les Krees, Groot est en présence des Broods, Gamora des Badoons, … Ça fait beaucoup, mais connaître tout ce petit monde n’est pas nécessaire pour apprécier les différentes scènes. Vont-ils tous en réchapper? La réponse vous est offerte, avec quelques rebondissements en prime.

Je suis Groot!

Bendis semble se concentrer principalement sur Starlord pour ce qui est de l’intrigue. Certes, tous nos personnages ont droit à leur segment attitré, mais c’est principalement le face à face de Starlord avec son père qui donne lieu à une réelle histoire, l’occasion de faire intervenir Captain Marvel et de parler politique intergalactique. J’aurais souhaité plus, même si Bendis reste fidèle à chacun des personnages et se permet même de glisser quelques subtils clins d’œil au passé des Gardiens. Pour citer un exemple, lorsque Drax se retrouve enfermé en prison, il va mentionner le nom de sa femme, Yvette.

gotg 4Drax tente la prison, mais pour combien de temps?

Une façon de nous montrer qu’il connait bien le groupe et ses membres, mais l’intérêt est ici très limité… un peu dommage. Contrairement à mon habitude, j’irais dire qu’ici Bendis parviendrait à séduire ses détracteurs habituels, puisqu’on a beaucoup plus de scènes d’action et moins de paroles. D’un autre côté, faut-il attendre des Gardiens de la Galaxie de la profondeur? Non, mais Bendis parvient qu’en même à glisser quelques moments intenses de discussion et quelque part, je lui en suis reconnaissant.

Nous sommes Groot?

Du point de vue des dessins, c’est plus compliqué. Nick Bradshaw n’est pas le seul a avoir travaillé sur ce tome, logique en même temps puisqu’on retrouve des récits issus du Free Comic Book Day et, aussi, d’un Annual. Mais ce ne sont pas ces récits qui m’ont choqué, non il s’agit du chapitre 17 où Bradshaw se fait aider par Michael Avon Oeming. Déjà, je dois confesser ne pas être un fan du dessinateur mais je pourrais m’en accommoder, mais le soucis principal est que leur style respectif est trop tranché par rapport à celui de l’autre. Et on passe son temps à constater qu’on passe d’un artiste à l’autre, ce qui tend à gâcher le plaisir de lecture. A mon sens, il aurait fallu garder une certaine homogénéité graphique au risque de se perdre.

gotg 1Rocket s’essaye à la poésie

Nous sommes Groot? Et plus encore

Ce que je retire de ce tome, c’est qu’on finit par passer un bon moment à lire les aventures des Gardiens de la Galaxie. D’accord, le scénario n’est pas le point fort, mais les personnages dégagent un charisme immédiat. Après tout, ils ont été choisi pour faire partie du groupe et c’est dans le choix de sa composition qu’on voit l’intelligence de Bendis.

gotg 3Angela et Gamora, on aimerait tellement une sérié dédiée…

Un premier point fort, le casting féminin est constitué de femmes fortes uniquement (mention particulière au duo formé par Gamora et Angela). Ensuite, on a Groot et Rocket qui sont là pour alléger le ton, un ajout de qualité. Et globalement, on se laisse facilement embarquer dans cette aventure cosmique. J’émets quelques réserves cependant sur le fait qu’il devient parfois difficile de replacer une chronologie correcte des événements (un moment, on retrouve Angela et à la fin du tome… où est-elle?) et aussi sur le choix des dessinateurs. Une dernière note pour finir, la partie finale de ce tome retrace les origines de Groot et, je n’arrive toujours pas à comprendre comment, ce chapitre est rempli d’émotions. Pourtant, l’essentiel du dialogue, tradition oblige, sera composé de: Je suis Groot. Une belle façon de conclure ce tome. Ah et pour l’anecdote, si vous lisez l’arrière de ce troisième tome, vous verrez que pour l’occasion, Carole Danvers est appelée Captain America, donc ne vous étonnez pas de ne pas retrouver ce bon vieux Steve Rogers dans le tome.

gotg 2Un agréable moment

Pour se procurer le tome:

Les Gardiens de la Galaxie – Tome 3

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*