The Autumnlands – T01: De Griffes et de Crocs

RésuméDans un monde divisé entre Ceux Qui Vivent Au-Dessus et les tribus plus sauvages de la Plaine, la magie, garante de l’équilibre, vacille. Pour la revitaliser, les plus grands mages se réunissent secrètement et, dans un dernier espoir, invoquent la prophétie du Sauveur. Malheureusement, la cérémonie provoque la chute de la cité et sa destruction. Réduits au niveau des peuples de la surface, à la merci des terribles bisons, la société se relève et découvre stupéfaite l’apparition de leur prophète. (Contient The Autumnlands Volume 1: Tooth and Claw (#1-6))


 The Autumnlands – Tome 1

autumnlands 1 coverFiche technique:
Scénario: Kurt Busiek
Dessin: Ben Dewey
Couleurs: Jordie Bellaire
Editeurs: Urban Comics (Vf) / Image Comics (Vo)
Pagination: 208 pages
Date de sortie:  06/05/2016


De Cape et de Crocs? De Griffes et de Crocs!

On démarre en présence de celui qu’on suppose être le héros de l’histoire, Dunstan Dourlainson a.k.a. Dusty, le bull terrier de la couverture et, très vite, on nous bombarde de renseignements sur cet univers avec lequel nous avons affaire. Des dieux nombreux, une société avec des castes (les Nuageois d’un côté qui vivent dans des cités volantes et de l’autre côté les Moindres qui arpentent les terres), de la magie omniprésente bien que sur le déclin, de la politique… le mélange est détonnant mais revenons-en au récit.

autumnlands 1 2

Qui n’a jamais fait une danse pour Petosh? Qui?

Afin de sauver la magie, des gens se réunissent en secret sur une des cités volantes afin d’invoquer le Champion, qui selon les prophéties anciennes, avait apporté la magie sur le monde. Petit problème et non des moindres, l’invocation se passe mal et la cité s’écrase, causant son lot de morts. Les habitants vont alors devoir s’unir pour faire face aux menaces qui vont leur tomber dessus. Fort heureusement, le sort d’invocation n’est pas un échec complet et ils vont recevoir une aide inattendue… (je ne spoile pas vraiment dans la mesure où c’est écrit dans le résumé de ce tome) On pourrait trouver un côté Game of Thrones à l’ensemble, sauf qu’ici nous sommes en présence d’animaux et, soyons honnête, le côté politique est quand même plus léger même si les personnages sont, dans l’ensemble, assez retords.

autumnlands 1 5

La torture n’était pas un bon moyen de sympathiser, semble-t-il

L’évolution du super-héros à l’animal, vive le darwinisme

Kurt Busiek est un habitué des super-héros, mais voilà qu’il a décidé de changer d’air et de style en s’attaquant à une oeuvre de fantasy avec des animaux anthropomorphes. La question est alors de savoir si il s’agit ici d’une réussite? Si le début de ce tome est très lent et m’a semblé relativement indigeste, je dois l’avouer, j’ai fini par me laisser emporter par l’histoire que propose Busiek. Certes toutes les idées ne sont pas neuves, mais le mélange fonctionne. J’aurais souhaité que plus de temps soit pris pour mettre en place cet univers, mais il faut se rappeler aussi que, si nous avons un format relié, à l’origine The Autumnlands est publié en format kiosque. Busiek doit donc faire au plus vite pour pouvoir lancer le récit, une nécessité pour assurer la pérennité de son oeuvre.

autumnlands 1 1

Ne sont-ils pas impressionnants les bisons? Un peu quand même

Au niveau des personnages mis en place, ils présentent tous un intérêt et semblent avoir des motivations qui leur sont propres, de la fanatique Gharta à l’arriviste Sandorst. On se prend vite au jeu d’aimer certains personnages et d’en détester d’autres, on arrive facilement à imaginer ce qui les anime et le tout semble très logique. Difficile de discerner un vrai héros, les personnages sont quelque part très humains et si ce n’est Dusty qui semble jouer le rôle du Candide, ils ont tous une part d’ombre qui vient ternir le tableau.

Des animaux encore et encore, c’est que le début d’accord

Ben Dewey, qui d’après le postface a facilement accepté la proposition de Busiek, se fait plaisir. Nous avons le droit à des animaux en tout genre (girafe, sanglier, bison, chien, chat, hibou, …), un régal pour les yeux. Ceux qui aiment Blacksad ou De Cape et de Crocs devraient facilement être séduits par les traits de Dewey. L’exercice de rendre des animaux expressifs est périlleux, mais par le jeu de regards nous comprenons facilement ce que ressentent les différents protagonistes. Notons aussi le travail de Jordie Bellaire à la colorisation. Tout est très vivant ici, plein de couleurs, la magie en plus d’avoir des incantations bénéficie d’un rendu visuel impressionnant. Graphiquement, c’est donc très beau, on peut ne pas aimer bien entendu mais c’est plus une question de gout qu’autre chose. Dewey, comme Bellaire, ne ménage pas ses efforts pour donner une identité visuelle forte à la série.

autumnlands 1 4

A l’avant on complote, à l’arrière on essaye d’aider son prochain

Changement de nom, pas de ton

Pour l’anecdote, la série s’appelait à l’origine Tooth & Claw lors de son lancement. Puis il s’avéra que le nom était déjà pris, « oups » comme le dira Busiek lui même:

“The launch of our new series has gone beautifully,” said Busiek. “We couldn’t be happier. Well, maybe just a little happier. I’m still not sure how we managed to screw up the trademark search. But as it turns out, the title we thought was clear for use is in fact registered to someone else, which is embarrassing as all hell. Oops.

Et nous voilà donc en face d’Autumnlands, un récit qui vient aborder différents thèmes tels que les inégalités sociales, la religion et le racisme (on a même le droit à un couple homosexuel sanglier – girafe). Nous n’avons pas de personnages manichéens, Busiek ne veut vraisemblablement pas d’un héros sans peur et sans reproche. Le rapprochement avec Game of Thrones comme je le soulignais plus haut est donc tout naturel.  Il faudra juste passer outre un début dont la lecture peut être fort poussive, le point noir de l’ensemble.

autumnlands 1 3

Dusty, héros malgré lui?

Pour se procurer le tome:

The Autumnlands – T01: De Griffes et de Crocs

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*