Suicide Squad – T02: La loi de la jungle

Résumé: Depuis sa dernière mission désastreuse, le doute plane dans les rangs de la Suicide Squad : un traître, surentrainé par le leader de l’organisation Basilisk lui-même, aurait infiltré l’équipe de super-criminels dans le but d’éliminer Amanda Waller. S’agit-il d’Harley Quinn, déjà très perturbée par la mort de son poussin, Monsieur J ? Ou bien de Deadshot, dont le désir de sacrifice aurait pu être utilisé à d’autres fins ? Sur le terrain, la tension s’intensifie. (Contient : Suicide Squad vol2 : Basilisk Rising (#8-13))


Suicide Squad – Tome 2

sucide squad 2 coverFiche technique:
Scénario : Adam Glass
Dessin : Federico Dalloccio
Editeurs: Urban comics (Vf) / DC(Vo)
Date de sortie:  01 Juillet 2016


« Tu savais que King Shark m’avait mangé ! »

En ce début de Juillet j’étais bien ennuyé. J’avais écumé mes divers comics que je m’étais promis de chroniqué (enfin presque, il me reste toujours Nova ou Flash, mais le premier date un peu et je n’ai que deux tomes du second), lorsque j’ai réalisé que mon calendrier n’étais pas à jour. Suicide Squad sortait le premier juillet et ce qui tombait parfaitement bien pour ma dernière chronique avant nos vacances d’été (je ferai quand même des chroniques mais avec un rythme moins soutenu). Voici donc la suite des aventures vitriol de nos vilains toujours autant barrés (Team King Shark present) !

sucide squad 2 1Une équipe composée de gens sympathiques

«  Ce n’est plus Harley Quinn mais Harley Quinzel qui vous parle »

Le tome commence par la fin du précédent. Notre bonne Harley, dévastée par la mort de monsieur Jo, s’était enfuie de Belle Rive en provoquant une émeute. Elle avait volé la peau du visage du Joker et accroché celle-ci au casque de Deadshot pour une dernière scène hautement romantique avec son poussin. C’était un final bien sale qui mettait en scène une Harley aussi malsaine que dangereuse, un vrai plaisir.

On replonge directement dans l’action avec un Deadshot qui finit par mettre hors d’état de nuire Harley avant de la ramener à Belle Rive. L’occasion pour Glass de nous montrer une Amanda Waller furieuse qui se venge sur les membres de la Suicide Squad et de nous rappeler le ton du comics ; il n’y a pas de héros que des vilains.

sucide squad 2 2Quoi de mieux qu’embrasser la peau de votre être aimé sur le visage d’un autre?

La partie suivante est un crossover avec la série Ressurection Man. Waller envoie la Suicide Squad pour retrouver et tuer un certain Mitch Shelley (notre Ressurection man). On y retrouve les classiques de la Suicide Squad, Waller oublie de prévenir que Mitch est immortel, une autre agence est sur l’affaire et à la fin de l’histoire difficile de dire qui a gagné et qui n’a pas été trahi. Récit assez classique qui permet de donner le sentiment d’univers partagé avec en guest star les doublures qui travaille pour le Lab (Je vous mets les liens parce que sinon, vous risquez de décrocher du récit à vous demander qui est qui. La plupart des protagonistes venant de la série Ressurection Man. )

Une fois cet arc clos, on peut enfin attaquer le plat principal: Le combat contre l’organisation Basilisk. Cette secte (plus qu’organisation) est convaincue de l’imminence d’une guerre entre métas humains et humains. Ils étaient déjà apparus dans le précédent tome, l’occasion d’ailleurs pour Deadshot de trahir Captain Boomerang et de le leur livrer (des gens charmants je vous dis).

sucide squad 2 3On avait dit d’être discret… raté

L’histoire est dense, entre le retour de Yoyo (anciennement dans l’estomac de Shark), une secte maya sur une île paradisiaque (le moment « wtf » de ce comics) avec ses pratiques douteuses, encore plus de rebondissements et de trahisons (après tout le résumé du tome parle d’un traître) et un final en cliffhanger, pas le temps de souffler. Glass nous sert un récit agréable dont on peut regretter le peu de charisme du méchant (Regulus dont je trouve le costume affreusement kitsch) mais qui se laisse lire avec plaisir. Mention spéciale au passage avec Amanda Waller qui nous montre que notre tant haïe directrice en a dans le ventre.

On clôturera ce tome par un numéro zéro qui revient sur les motivations d’Amanda Waller et les raisons du retour de la Suicide Squad. L’histoire est convenue, cherchant à humaniser Waller (c’est louable même si, personnellement, elle me suffit en bureaucrate inhumaine) et montrant les prémices du conflit Basilisk qu’on a lu juste avant.

sucide squad 2 4Au Mexique, on aime la chair de requin

« Elle fait ça à tout le monde, tu sais » Captain Boomerang parlant de Waller

Niveau dessin, c’est agréable. Je pourrais copier/coller mon avis du tome 1. Des scènes de combat bien rendues et des visages parfois inégaux. Rien de gênant dans la lecture sans pour autant marquer suffisamment.

« Je veux utiliser de soldats sacrifiables que personne ne regrettera »

Le tome 2 ne démérite pas de son prédécesseur. L’histoire est toujours aussi dense et tortueuse et on est toujours aussi content de retrouver nos vilains. Et quand on sait que le Joker va bientôt revenir, vous comprenez sa poussinette flirte avec un autre, ce serait dommage de ne pas avoir pris le train dès le début non ?

sucide squad 2 5Suicide Squad Tome 2? Je cours l’acheter

Pour se procurer le tome:

Suicide Squad – T02: La loi de la jungle

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*