Injustice: Les dieux sont parmi nous – Année 3 2e partie

Contre les attaques répétées du tyran Superman, Batman et les forces de la résistance ne peuvent rien. Dos au mur, le justicier de Gotham ne voit plus qu’une seule solution : faire appel à celui en qui il n’a pourtant pas la moindre confiance, John Constantine. Mais la puissance de la magie noire sera-t-elle suffisante pour venir à bout de celui que même les plus grands héros de la Terre ne semblent pouvoir arrêter ? (Contient : Injustice Gods Among Us Year Three (#7-12 + Annual #1))


Injustice: Les dieux sont parmi nous – Année 3 2e partie

injustice 3 partie 2 cover

 Scénario : Tom Taylor, Brian Buccellato
Dessin : Bruno Redondo Mike S.Miler
Editeurs: Urban Comics (Vf) DC Comics (Vo)
Date de sortie:  08 Juillet 2016
Pagination : 184 pages


« Capable de bondir au-dessus d’un immeuble mais pas de faire rendormir un bébé »

« En fait Injustice, ça devrait être l’univers principal de DC » Cette réflexion, c’est un ami avec qui je ne suis pas souvent d’accord en matière de comics qui me l’a dit. On était dans une après-midi ensoleillée à parler de nos lectures du mois de juillet et il me lâche ça comme ça, sans préparation, mettant fin à nos désaccords habituels. Alors certes, je ne pense pas qu’à froid il assumera jusqu’au bout mais quelque part c’était un fond de vérité, Injustice est un bon comics qui déroule un univers cohérent et qui change de l’habitude. Une excellente lecture estivale donc, surtout que l’année trois nous parle magie,  Constantine et démons, un cocktail destructeur pour notre tyran kryptonnien. Le dernier tome s’offrait même le luxe d’un cliffhanger où Superman finissait vaincu, plongé dans un sommeil sans fin.

injustice 3 partie 2 1

Lois et Clark, ça pourrait presque faire une bonne série… non?

« Combien de temps avons-nous avons que Superman débarque ? »

Et bien au moins le temps d’un dernier chapitre de Taylor avant qu’il ne passe la main à Brian Buccellato (que pour information j’avais déjà eu l’occasion de lire sur les aventures New 52 de Flash).  C’est d’ailleurs un excellent début de comics qui met en scène les rêves de Superman, une bulle hors du  temps qui revisite les prémices d’Injustice.

Les thèmes abordés sont la mort de Lois Lane, son amitié telle qu’elle aurait dû être avec Batman, la paternité qu’il n’a pas eu. Autant de sujets qui font de cet aparté un moment fort de la série, réussissant à étayer la psychologie de Superman, voir même le rendre un bref instant touchant.

injustice 3 partie 2 2

Constantine, transpirant la classe et Superman à terre, une sorte de poésie urbaine

Buccellato reprend la main pour nous ramener à la réalité. A lui la tâche de redonner vie au camp de Superman (celui-ci étant hs et ses principaux alliés emprisonnés par Batman). D’un coup de magie divine (Arès en armure intimidante), le kryptonnien est réveillé et le combat peut reprendre. C’est d’ailleurs un peu la règle, pour vaincre le camps de Superman il faut simplement vaincre Superman, ce qui réduit les coups de théâtre. Pourtant, sans rentrer dans les détails, Constantine a prévu même sa défaite et sort de sa manche un des pontes occultes, Trigon. A partir de là, le récit nous enchaîne des combats violents (et encore des morts à déplorer), des guest stars (la rencontre Swamp Thing et Poison Ivy, Mxyzptlk sous hormone… Oui on parle bien d’un gnome au look improbable comme pointure… C’est comme détective Chimp, on ne se lasse pas du bestiaire DC) pour finir sur une scène entre Constantine et Batman qui finit sur ces mots : « Ta seule erreur c’est d’avoir cru que j’étais un héros, je ne suis qu’un père avec un gosse ». Raaah Constantine.. Je l’adore !

injustice 3 partie 2 3

Yamateeeeeee!

On finit le tome 6 par deux numéros annual. Le premier revient sur les motivations de l’écossais fumeur de cigarette (Constantine) et l’autre sur la raison de l’absence des Titans dans la chronologie d’Injustice. Comme bien souvent avec les annual, ce sont des récits accessoires et dispensables. Pas de mauvais récits mais rien d’inoubliables.

Côté des dessins Redondo et Miller continue le travail avec la même qualité. Les personnages sont globalement bien dessinés et les scènes de combat bien mis en scène. Ce n’est pas transcendant tout en restant de bonne qualité.

injustice 3 partie 2 4

Ils ont bien changé les Chevaliers de la Table Ronde

« Je suis désolé mais j’ai un monde à sauver… Pour Lois »

Un bon tome donc qui clôture l’arc magique d’Injustice. Alors effectivement ça ne devrait pas être l’univers principal de DC mais les personnages sont crédibles et, quelque part, on les imagine sans peine mal tournés comme dans Injustice. C’est et ça restera j’espère la force d’Injustice, une dystopie explorant des aspects peu mis en avant de l’univers DC. Et puis les deux tomes ont fait la part belle à Constantine, lui rendant un magnifique hommage, et ça, ça ne se refuse pas !

Pour se procurer le tome:

Injustice: Les dieux sont parmi nous – Année 3 2e partie

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*