Le mouvement LGBT et le monde du comics: Marvel (4/4)

Pour l’introduction de cette quatrième partie qui va donc parler de Marvel, je laisse la place à John Byrne, créateur de Northstar qui est le premier super-héros gay de Marvel.

– Pourquoi l’homosexualité doit-elle être présente dans les comics?

•••

John Byrne: Okay! En tant que créateur du premier super-héros Gay, je pense que je peux répondre à cette question.

Il y a besoin d’avoir des Gays dans les comics parce qu’il y a des Gays dans la vie réelle. Pas d’autre raison. De la même façon, en fait, qu’il y a des Noirs dans les comics. Des Asiatiques dans les comics. Des Femmes et des enfants dans les comics! La population du monde de fiction devrait représenter celle du monde réel.

C’est pour cette raison que j’ai créé Northstar — J’ai senti que l’Univers Marvel avait besoin d’un super-héros Gay (même si on ne me permettrait pas de le dire avec autant de mots dans les comics eux-mêmes) et j’ai senti que je devais en créer un, plutôt que de transformer un personnage déjà existant.

lgbt marvel byrne

C’est donc aussi simple que ça… en théorie. Car chez Marvel, tout n’a pas toujours été facile, nous allons voir cela plus en détail.


Les années 1980 et Jim Shooter, et plus si affinités

On a déjà parlé du CCA (Comics Code Authority), mais parfois il faut voir plus loin. Et en l’occurrence chez Marvel, lorsque l’influence du CCA avait déjà considérablement chuté, c’est l’éditeur en chef Jim Shooter qui a pris le relais. Il entre en fonction en 1978 et quelques années plus tard, en 1980 pour être précis, il écrira une histoire pour Hulk. Qu’écrira-t-il? Bruce Banner loge dans une auberge de jeunesse et alors qu’il est dans la douche, il se fera agresser par deux hommes. Il échappera de peu à ce qui aurait pu finir par un viol, parvenant à s’enfuir. Jim Shooter, accusé d’homophobie, se défendra en expliquant qu’il avait juste voulu mettre en scène l’histoire d’un ami qui avait vécu la même chose.

lgbt marvel hulk

It’s fun to stay at the Y…M…C…A

Si on peut difficilement le lui reprocher, il faut aussi remettre un contexte à tout ceci. Jusque là, chez Marvel, on respecte tant et si bien le CCA qu’il n’est que très rarement fait mention de la sexualité des héros. Et voilà que lorsque des homosexuels sont utilisés, c’est dans une scène les plaçant en tant que criminels. La polémique fait rage et Shooter décide de mettre en place la politique « Pas de Gays dans l’Univers Marvel », une façon de régler le problème qu’il a lui-même causé. Il sera licencié en 1987, mais les répercutions de ses actes se feront sentir (voir la politique gay/MAX détaillée plus bas). Mais tout ceci n’a pas empêché les artistes d’aborder des thématiques touchant le milieu LGBT ou de placer des personnages homosexuels.

DC a Extrano, Marvel a Northstar

Et pour preuve, prenons Northstar, Jean-Paul Baubier à la ville. Créé en 1979 par John Byrne, il fut décidé dès l’élaboration du personnage qu’il serait gay. Cependant vous aurez constaté que cette date coïncide avec l’arrivée de Jim Shooter et la sexualité du héros sera mise de côté. On lui donnera des origines féeriques pour meubler, ce qui fera réagir un journaliste: « Hé oui, Northstar n’est pas gay, c’est juste une fée… voilà qui est tellement mieux. »

lgbt marvel northstar

Gambit (bi), Northstar (gay), Iceberg (gay), Wolverine (bi dans un autre univers)… diversité!

Il faudra attendre 1992 pour qu’il fasse son coming out auprès des lecteurs, un grand pas pour Marvel, ce qui valut d’ailleurs au numéro Alpha Flight #106 de figurer dans le Hall of Fame des Gaylactic Spectrum Awards en 2002. Dans les faits, ça ne se verra que très peu et ce sera d’ailleurs reproché à Marvel. La seule histoire centrée sur lui et parlant de sa vie sentimentale se situera dans le passé avec une ex-petite amie. Il faudra attendre 2011 pour le voir embrasser un homme pour la première fois, son petit ami Kyle. Et histoire de bien marquer l’Univers Marvel, Northstar sera le premier super-héros gay à se marier, toujours avec Kyle, en 2012… et là vous croyez que tout va bien se passer? C’était sans compter sur l’intervention du groupe One Million Moms qui demanda d’envoyer des emails à l’éditeur pour lui demander de retirer tous les plans mettant en scène des super-héros homosexuels. Cette campagne n’aboutira pas, le mariage aura lieu et les ventes de Astonishing X-Men #51 dans lequel leur union a pris place dépassèrent les attentes de l’éditeur. Tout est bien qui finit bien pour Northstar, mais ce n’est pas le cas de tous les personnages.

lgbt marvel northstar 2

Un moment plein de tendresse et de personnages, on a du mal à tous les compter

Rawhide Kid, Shatterstar, Rictor et Hercules, la sexualité fluctuante de nos héros

Rawhide Kid n’est pas forcément le plus connu des héros, mais il existe depuis les années 1950. A l’origine, c’est un cow-boy, certes roux, et qui a connu son petit succès mais qui s’effaça au profit de l’ascension des super-héros qui se vendaient mieux. Dans les années 2000, il fut décidé de le sortir de l’ombre après quinze années d’absence. En 2003 pour la sortie des numéros d’avril et juin, il fut décidé que le personnage deviendrait gay, sous la plume de Ron Zimmerman qui voulait simplement jouer avec le genre Western. Mais ce ne fut pas du gout de tout le monde. Des groupes de conservateurs portèrent plainte, déclarant que ces histoires finiraient par corrompre les enfants. Le résultat ne se fit pas attendre et la série dût paraître sous le label MAX (qu’on peut traduire par « Pour adultes).

lgbt marvel rawhide kid

Il fait chaud dans l’ouest sauvage

On change de série et on passe chez le groupe X-Factor en 2009. C’est le scénariste Peter David qui est aux commandes et qui met en scène les mutants Shatterstar et Rictor dépossédés de leurs pouvoirs, les deux finissant par s’embrasser. Si des doutes existaient jusque là sur la sexualité de ces deux personnages, voilà qui est réglé: ils sont bisexuels. Et Hercules? Lors de Hercules: Fall of an Avenger #1, les auteurs Greg Pak et Fred Van Lente vont suggérer que Northstar fait partie des partenaires sexuels du dieu romain. Hercules est, lui aussi, bisexuel.

lgbt marvel rictor shatterstar

Guido est surpris, le lecteur aussi

Qu’est-ce que ces personnages ont en commun? D’abord le fait qu’on ait pris des héros déjà existants et qu’on leur ajoute une particularité, dans le cas présent le fait qu’ils soient gays ou bisexuels. Ensuite le fait que Rawhide Kid redevient hétérosexuel pour la suite de ses aventures, que Shatterstar et Rictor n’auraient jamais dû être bisexuels selon leur créateur Rob Liefeld et que la réponse à la question « Est-ce qu’un personnage bisexuel va avoir droit à sa propre série? » en référence à la série Hercules qui fut relancée en 2013 fut: « Non » (d’après Axel Alonso lors d’une session de Q&A). Leur sexualité change en fonction des scénaristes et des besoins éditoriaux, cela étant dû au fait qu’à leur création la sexualité de ces héros n’avaient pas été établie. Et on retombe ici dans un débat logique, que j’ai déjà abordé et que la réaction de John Byrne suggérait (voir plus haut), faut-il créer des personnages homosexuels de toute pièce ou faut-il faire changer l’orientation sexuelle d’un personnage (ou simplement lui donner une orientation sexuelle, pour la majorité leur vie sentimentale n’est jamais abordée)? C’est une question délicate et, personnellement, je dirais que cela dépend principalement de la finesse d’écriture.

lgbt marvel punisher

Hmmm… ‘kay… non franchement, c’est humiliant pour les deux

Prenons deux exemples distincts:

Punisher versus Iceberg

Garth Ennis est un auteur que je chéris, l’homme est irrévérencieux et ne connait que peu de limites. On lui doit d’excellentes histoires, entre autre son travail sur Constantine, The Boys ou The Punisher. Il est intéressant de noter que le scénariste aime se moquer des super-héros et pour le prouver une fois encore, il fait s’affronter le Punisher et Wolverine, en en profitant pour les humilier, le Punisher achevant son combat en roulant avec un rouleau compresseur sur Wolverine. Et en 2003, un autre auteur, Frank Tieri décide de mettre en place la revanche de Wolverine, et comment humilier encore plus le Punisher? Facile, en cherchant dans ses affaires, Wolverine tombera sur des magasines de bodybuilding et en déduira que le Punisher est gay. Cette histoire ne marquera pas les esprits et par la suite, on n’en fera plus jamais mention. De l’autre côté, nous avons Iceberg qui est membre des X-Men depuis leur création. Et lors de la parution des All-New X-Men, nous allons avoir une version jeune d’Iceberg qui se retrouve à notre époque.

lgbt marvel iceberg

Du Bendis, peu de mots et ça marche (ou pas selon les personnes)

Il va alors faire une remarque sur une femme qu’il trouve canon et Jean Grey, également une version plus jeune et ramenée dans le présent, va lui faire remarquer qu’elle ne comprend pas sa remarque, ou plutôt ses remarques, à l’égard des femmes car il est gay. Il s’en suivra des réflexions de la part du jeune Iceberg par rapport à sa version adulte qui, elle, n’a jamais fait son coming out. Une confrontation aura lieu et l’adulte dira simplement qu’il ne se voyait pas faire face et au fait d’être un mutant et au fait d’être gay, qu’il trouve que le jeune Iceberg est plus courageux qu’il ne l’est. Si cela n’a pas empêché la polémique d’avoir lieu, Brian M. Bendis, scénariste, aura livré une histoire à laquelle certains pourront s’identifier, bien plus marquante et qui sera officialisée par Joe Quesada, alors éditeur en chef chez Marvel.

Marvel et sa politique sur la représentation du milieu LGBT

Puisqu’on parle de Joe Quesada, revenons en février 2006 où il dira à propos du lancement d’un événement centré sur les héros de western de Marvel, et de l’absence du Rawhide Kid:

Si nous avions utilisé le gay Kid, nous aurions du mettre le label MAX aux livres et ce n’est pas ce que nous voulons pour cet événement. Donc, pour l’amélioration commerciale de ce mini événement Western, nous avons senti qu’il serait mieux de le garder en dehors du monde MAX pour le moment.

Est-ce que tout livre centré sur un personnage homosexuel devait porter le label MAX, peu importe le degré de violence ou de nudité? Le doute est permis mais ce qui était un soupçon fut plus tard confirmé par Quesada lors d’une convention.

lgbt marvel MAX

Le logo qui sent bon l’âge adulte

Il déclara qu’une série mettant en scène un personnage LGBT a d’office le label MAX, peu importe son contenu. Il s’excusa de cette directive et l’imputa aux retombées négatives suite à la publication de la mini-série de Rawhide Kid de 2003. La controverse prit de l’ampleur et seulement quelques semaines plus tard, Quesada annonça que la politique du gay/MAX était morte et enterrée. Elle n’avait plus de sens et n’était plus mis en pratique systématiquement, en citant le personnage de Freedom Ring qui avait droit au même moment à sa propre série et était homosexuel.

Mais si on danse?

On voit clairement que Marvel a plus de mal a trouvé une ligne de conduite claire. Non content de devoir faire face au CCA, la Maison des Idées s’est encombrée de règles maison venant encore compliquer le tout. Dans son livre Encyclopedia of Gay Histories and Cultures, l’auteur George Haggerty dit de Marvel: « [l’utilisation de personnages homosexuels] est moins prolifique mais plus délibérée. » Difficile d’ailleurs de ne pas voir une métaphore entre les mutants, victimes de discriminations, et le milieu LGBT. Le réalisateur du film X-Men 2, Bryan Singer, utilisera une scène dans laquelle Iceberg avouera à ses parents qu’il est un mutant, scène qui rappelle un coming out, exemple de la portée de l’analogie entre les mutants et, en fait, n’importe quelle minorité. Le problème étant que si Marvel avance dans la représentation du milieu LGBT, c’est pour, parfois, mieux reculer.

lgbt marvel allnew alldifferent

Ils sont beaux, ils sont nouveaux, ils sont différents

La nouvelle gamme All-New All-Different voit plusieurs personnages LGBT disparaître du devant de la scène: Prodigy, Karma, Anole, Rictor, Shatterstar, Benjamin Deeds, Daken, Moondragon, … Mais une rumeur annonce une série centrée sur Northstar. Difficile de savoir sur quel pied danser donc, il faudra attendre et se faire une idée. Le mot All-Different devrait avoir son importance et j’espère que Marvel en tiendra compte. Après tout DC avait souffert des mêmes critiques lors du lancement de la gamme New 52 et quand on regarde les séries et personnages proposés au final, on voit qu’ils ont su répondre aux attentes d’une partie de leur lectorat.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*