Avengers Arena – T01: Alliés mortels

Résumé: De jeunes super-héros dont X-23 des X-Men, Nico Minoru des Fugitifs et Darkhawk se réveillent sur une île. Ils ont en fait été kidnappés par le super-vilain Arcade qui compte les faire participer à l’un de ses tournois. Hélas, seul le vainqueur pourra sortir vivant de l’arène. (Contient les épisodes US Avengers Arena 1-12, publiés précédemment dans les revues UNCANNY AVENGERS 1-10)


Avengers Arena – Tome 1

avengers-arena-1-cover

Fiche technique:
Scénario : Dennis Hopeless
Dessin : Kev Walker
Editeurs: Panini Comics (Vf) / Marvel (Vo)
Date de sortie:  07/09/2016


Bienvenue à Murder World !

Ma première rencontre avec Avenger Arena, c’était une couverture qui me rappelait Battle Royale. Battle Royale que j’ai tout d’abord découvert en tant que film, puis en roman dont est d’ailleurs tiré le film  et que finalement j’ai en manga.

Pour résumé Battle, c’est une dystopie (oui je le place souvent) où pour résoudre la violence et la désobéissance adolescente, on les envoie sur une île pour s’entretuer, une solution totalement raisonnable, vous en conviendrez. Le film (et encore plus le manga) m’avait mis mal à l’aise, c’était un condensé de cruauté inhumaine et d’absurdité sanglante qui gangrenaient les pages de l’œuvre.

battleroyale-avengersarena1

Un joli clin d’œil non?

Quand j’ai vu la couverture d’Avengers Arena, j’ai donc eu une Madeleine de Proust et j’ai été directement conquis avant même de le lire tout en réalisant que je voulais lire un comics tiré d’une histoire malsaine et que quelque part j’étais masochiste.

De plus, et là on sombre dans l’anecdote douteuse, Dennis Hopeless avait quelque part un nom porteur pour un thème pareil. (Ndlr : Hopeless peut vaguement se traduire dans un esprit de Kerym tordu par « Sans espoir » en français. Nous nous désengageons donc de cette blague pourrie).

avengers-arena-1-2

Maman, tu m’avais dit qu’on allait à Disneyland!

Arcade c’est le roi du flipper !

Avengers Arena, c’est l’ histoire de 16 jeunes adolescents dotés de super pouvoirs  transférés sur une île « Murder World » coupé du monde extérieur sous le regard malveillant d’Arcade (attention il y a des spoils dans sa biographie) et dont l’unique porte de sortie est d’être le dernier survivant.

Si je viens de vous résumer l’intrigue, attention que le comics lui ne vous donne pas de contexte. Il commence le jour 29 sur des gens qui s’entretuent et c’est tout. C’est abrupt, c’est sans concession et,  selon moi, c’est tant mieux. Soyez prévenu le récit ne va jamais vous prendre par la main et c’est d’ailleurs  une des qualités que je lui trouve.

avengers-arena-1-3

On se croirait dans Koh Lanta mais avec un Denis Brogniart roux

Alors oui on revient, bien sûr, au jour 1 (rassurez-vous) mais les personnages, eux, sont jetés dans la mêlée directement, sans beaucoup de préambule et ça donne au récit ce côté implacable. Après Hopeless va utiliser la même technique que dans Battle Royale pour étoffer les protagonistes.  Il va parsemer le récit de flashback afin de nous apporter les explications sur le  « Comment on en est arrivé là » et sur « Qui sont les personnages ». Ça permet de garder ses coups de théâtre (puisque que quand trahison, généralement c’est là qu’on lance le flashback sur le traître, pas avant) et apporte à Arcade l’épaisseur d’un méchant qu’on ne peut que haïr

Pour ce qui est d’Arcade, puisque je le mentionne, on en revient de loin. Lui qui avant Murder World, concevait des jeux mortels pour super-héros et que… bah il n’a jamais réussi à en tuer un seul, faisant de lui un vilain de seconde zone. De ce postulat Hopeless arrive à en faire un bon sociopathe qui s’attaque aux faibles, ne pouvant vaincre les forts.  C’est sale et ça fait d’Arcade un parfait enfoiré.

avengers-arena-1-4

Debout les morts, il est l’heure de tuer votre prochain

Pour ce qui est du roster des adolescents (car ce sont quand même eux les « stars » du récit), Hopeless pioche dans divers groupes de teenagers (Young Avengers, Académie Excalibur et outsiders en tout genre) tout en ne cherchant pas à ne mettre que des têtes connues (X-23 étant l’exception que je connaissais d’avant). Hopeless va réussir (et c’est un des points forts d’un récit pareil) à nous les rendre attachant dans leurs doutes, dans leurs tiraillement ; à nouveau le rapprochement avec Battle Royale est faisable. Dans le manga, chaque lycéen est détaillé au fur et à mesure de l’histoire et chaque mort est bien plus qu’un nom dans l’esprit du lecteur.

Le fait d’avoir pris des héros peu connus est, pour moi,  un autre point fort du récit. Ne m’étant pas renseigné sur les protagonistes avant, je les ai découvert avec le récit et impossible donc de prévoir ce qui va se passer. Sincèrement je conseille de faire pareil, ça maintient le suspens et on s’attache parfois aux mauvaises personnes ! (C’est mon côté masochiste mentionné plus haut)

avengers-arena-1-5

Sympa les colliers fluos, hihi

« Allons mourir debout »

Côté du dessin, Kev Walker s’en sort avec les honneurs. J’aime bien son style et ces personnages sont tous différents et bien distincts. Côté ambiance, on a du paradisiaque, de la neige, de la violence et chaque planche retranscrit bien son paysage. Un chouette dessinateur que je n’avais pas eu l’occasion de connaître.

avengers-arena-1-6

C’est le bingo des morts

« Faisons en sorte que mes jolies courbes ne te donnent pas un cancer du cerveau »

En définitive une très bonne histoire donc qui n’attend que son tome suivant pour avancer et se rajouter à ma collection de comics. L’hommage à Battle Royale est évident mais pour les plus jeunes (en gros plus jeune que moi) on peut aussi y voir le passage de Hunger Game (alors j’avoue directement, je n’ai pas vu mais le quatrième de couverture s’y réfère pleinement et les thèmes ont des similitudes). On peut aussi y voir le « Seigneur des mouches » pour ce qui est de la réflexion sur les adolescents laissés à eux même. Pour autant les influences sont bien digérés et ne tournent jamais à la caricature.

Hopeless m’a fait passer un excellent moment et je vous recommande chaudement la lecture de Avengers Arena (et de Battle Royale et du Seigneur des mouches aussi, tant qu’à rester dans le thème) !

Pour se procurer le tome:

Avengers Arena – T01: Alliés mortels

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*