Secret Identities

Résumé: Derrière chaque masque se cache un secret… The Front Line est une équipe de super-héros chargée de maintenir l ordre et la justice. Mais son destin bascule le jour où elle intègre une nouvelle recrue : Crosswind. Car ce que les autres membres ne savent pas, c’est que Crosswind est une taupe, envoyée chez eux pour percer les secrets qu’ils dissimulent sous leurs costumes. Et la Front Line a beaucoup de secrets…


Secret Identities

secret-identities-cover

Fiche technique:
Scénario : Jay Faerber, Brian Joines
Dessin :  Ilias Kyriazis
Editeurs: Glenat Comics (Vf) Image (Vo)
Date de sortie:  07/09/2016
Nombre de pages : 208


Derrière le masque

On retrouve donc un groupe de super-héros, la Ligne de Front, groupe dont certains des membres ont des airs de déjà-vu avec Rundown qui ressemble à Flash, Vésuve à la Chose, d’autres sont de délicats mélanges (comme Helot et l’Ermite qui sont inspirés de Wonder Woman, Batman, Wolverine, …), mais revenons à notre histoire. La Ligne de Front est au prise avec un super-vilain et est sur le point de se faire battre, heureusement pour eux un super-héros les rejoint et va changer le cours de la bataille. Ce héros, c’est Crosswind et très vite nous allons nous apercevoir qu’il a son propre agenda.

secret-identities-3

Batman surveille Gotham… euh Toronto? Et c’est Crosswind, pas Batman

Mais il ne sera pas le seul à cacher de sombres et lourds secrets, ce qui explique en grande partie le titre du comics d’ailleurs. Dans ce récit, les identités secrètes de nos héros seront à l’honneur, parce que derrière leur masque et leur costume, il y a des hommes et des femmes qui ne sont peut-être pas aussi propres que ce qu’on attend d’eux. Pour les scénaristes Faerber et Joines, on veut clairement faire passer un message, ce qui est louable, mais est-ce que cela fonctionne?

Un héros

Comme je le disais, nous avons ici un duo de scénaristes, Jay Faerber et Brian Joines. Nul doute que l’alchimie a opéré entre les deux hommes (je pourrais même dire les trois hommes, nous sommes chez Image en VO et la politique de la maison donne une place importante au dessinateur également, mais je m’égare), le récit est fluide et on ne ressentira à aucun moment une séparation dans le ton. Deux scénaristes unis pour nous fournir un récit dont le propos va être de nous démontrer que les super-héros cachent de lourdes casseroles. Ce propos, ils ne sont pas les premiers à le tenir, d’autres scénaristes s’y sont essayés avant eux, il leur fallait donc se démarquer mais comment? Si certains auraient opté pour la surenchère (comme Warren Ellis dans le très bon No Hero et qui, pour l’anecdote, met en place un groupe avec le même nom… coïncidence?), ici on va rester relativement sage.

secret-identities-1

L’art de dessiner un speedster

Certes Rundown, l’équivalent de Flash, mène une triple vie avec trois femmes distinctes, utilisant sa super-vitesse pour l’aider à ne pas se faire remarquer, certes Gaijin a des contacts avec les yakuzas, mais aucun ne cherche à détruire le monde ou à contrôler les foules. Non, ils restent avant toute chose des héros et lorsque la nuit tombe, ils commettent peut-être des erreurs mais cela ne se fera jamais au détriment du sentiment altruiste qui font d’eux des super-héros. Et c’est en cela que Faerber et Joines se distinguent de ce que j’ai pu lire jusque-là, les personnages ont des vices mais gardent un sens moral fort. Je regrette cependant une chose, c’est la conclusion du récit. On finit par avoir toutes les cartes en main, au risque que le lecteur ne soit déçu et ce fut mon cas. Difficile de donner plus d’explications au risque de vous spoiler, mais je vais tenter d’expliciter mon ressenti. Comme je l’ai dit, nous sommes chez Image, une liberté importante est offerte aux artistes. Et la fin se trouve être très sage et la raison principale qui pousse le récit, la présence de Crosswind dans le groupe, tombe et sonne le glas. On sait qui il est et pourquoi il est là, et je n’étais pas convaincu alors que j’attendais cette révélation avec impatience. J’en attendais plus ou mieux.

secret-identities-2

Des scènes de combat dynamiques, dis-je

Ou un monstre

Au dessin, j’ai découvert Ilias Kyriazis. Son trait est parfait pour un récit de ce type, clair et net, rendant hommage aux super-héros dessinés. Notre troisième homme n’a pas été choisi pour rien, les scènes de combat sont dynamiques et ils gèrent sans mal le rythme de l’action. Dans les moments plus calmes, ça marche aussi et la colorisation de Kirchoff est un ajout idéal, offrant de très belles planches. Vésuve, notamment, bénéficie d’un trait bon traitement avec des effets de lumière et de fumée pour mettre en évidence que le bonhomme est composé de roche et de lave.

secret-identities-4

De Toronto aux Chutes du Niagara, on voyage en lisant

Juste un homme

Un bon récit que ce Secret Identities, voilà je pense mon ressenti à la fin de la lecture de ce tome. Certains personnages s’avèrent mieux écrits que d’autres, mais globalement tous ont droit à leur petit moment de gloire. On les voit évoluer et on aurait souhaité une suite, ce qui n’est d’ailleurs pas exclu mais seul l’avenir nous le dira. Il manque cependant une conclusion forte à l’oeuvre pour en faire quelque chose de marquant, du moins à mes yeux.

secret-identities-5

Rundown en plus d’être un speedster, est aussi un scientifique… s’appellerait-il Barry?

Je me suis retrouvé à fermer le comics et m’imaginer ce que j’aurais fait différemment, ce qui n’est pas un mauvais signe pour autant puisque cela m’aura fait réfléchir (et dieu seul sait que ça ne m’arrive pas souvent). Néanmoins Faerber et Joines parviennent à offrir un angle intéressant sur une réflexion déjà abordée par d’autres scénaristes, je salue donc l’effort et le résultat. On en revient à l’idée que ces héros nous fascinent, tels des dieux des temps modernes, au point parfois d’en oublier que toute lumière possède sa part d’ombre. La question est alors de savoir si ces surhommes méritent notre adoration, en dépit de leurs égarements… Quand je vous ai dit que ça m’avait fait réfléchir, je ne mentais pas.

Pour se procurer le tome:

Secret Identities

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*