A Train Called Love – T01

Résumé: Valérie tombe follement amoureuse de Myles qui essaie d’échapper à deux mercenaires. Penny, la sœur de Valérie, sort avec un loser, Marv. Les deux amis de ce dernier, Chip et Jev, essaient de convaincre un autre ami, Mike, de participer à une course de voitures pour devenir riches. Mais Mike fait désormais partie du Ku Klux Klan. Il y a des chances pour que cette histoire finisse mal… (Contient les épisodes US A train Called Love 1-5, inédits)


A Train Called Love – Tome 1

train-called-love-1-cover

Fiche technique:
Scénario : Garth Ennis
Dessin : Mark Dos Santos
Editeurs: Panini Comics (Vf) / Dynamite Entertainment (Vo)
Pagination : 128 pages
Date de sortie:  21/09/2016


A Streetcar Named Desire

Ici nous allons suivre les aventures d’un groupe d’amis et de leur entourage, ce qui ferait un très bon début pour un film d’auteur français. Mike donne des cours de rattrapage à une fille dont les parents sont membres du Ku Klux Klan, Marv est un bon gars mais n’a pas grand chose pour lui, sauf sa femme Penny, Chip et Jev, les deux derniers de la bande, ont eu un plan génial: revendre de la drogue sur laquelle ils ont mis la main un peu malgré eux. Et les voilà assis autour d’une table à discuter de leur journée, et le rythme de l’aventure va aller en s’accélérant. Notons aussi la présence de Valérie, la sœur de Penny, qui va s’enamourer d’un tueur à gages.

train-called-love-1-1

Il y a parfois des moments gênants dans une vie

Leur destin est lié et, même si on est très loin d’un Crash (ce film en patchwork qui relie les personnages entre eux, qui date un peu et qui a mal vieilli mais reste une valeur sûre), on retrouve cette idée que tous les personnages du récit vont finir par se croiser et sont connectés à un degré ou un autre. Cela étant, ça reste du Garth Ennis, donc attendez-vous à un ton qui lui est propre et que je rapprocherais dans le cas présent d’un film de Quentin Tarantino, sans doute pour le côté pulp et barré de l’histoire. Quand j’ai acheté le comics, je ne savais pas dans quel train (jeu de mot subtil) j’allais embarquer, mais avec la quasi certitude que je ne serais pas déçu. Le voyage fut-il intéressant?

train-called-love-1-2

Z’est un zcandale! 

L’hymne à l’amour

Clairement ce comics de Garth Ennis vient d’une volonté pour lui de prouver qu’il peut écrire un récit parlant d’amour, mais dans un style lui étant propre. Et de ce côté-là, on est servi. Tous ces personnages ont des relations ou vont en avoir pendant l’histoire, vont faire des découvertes sur eux-mêmes et sur les autres. Le tout aurait pu avoir un côté guimauve, presque, mais non, Ennis fait du Ennis. On aura donc droit à des pervers, un petit bout de zoophilie (très drôle cela dit, mais peut-être pas à mettre entre toutes les mains du coup), une scène de sexe devant un cadavre, des allemands au look improbable et faisant penser à de petits nazillons (surtout qu’on a droit au Ku Klux Klan peu de temps avant), … Il ne faut pas être facilement choqué pour pouvoir apprécier l’ensemble donc, mais il fallait s’en douter vu l’auteur.

train-called-love-1-3

Quand je parlais de moments gênants… Oups

C’est toutefois regrettable qu’Ennis aie autant de mal à se renouveler, j’en arriverais presque à deviner ce qu’il va se passer. Toutefois on le sentirait presque plus sage, ce qui est perturbant et c’est en grande partie dû au fait que ce comics est un exercice de style. Je crois sincèrement que pour comprendre ce comics, il faut se mettre en tête que c’est une comédie romantique, ce qui implique un ton léger et amusant. Du coup, on a un Garth Ennis bien moins sombre et qui doit certainement se réfréner de placer de multiples horreurs pour nous choquer. Ce qui est d’autant plus fort, c’est qu’il ne faut y voir aucune pression éditoriale puisque Ennis est publié en V.O. chez Dynamite Entertainment, qui laisse toute liberté aux auteurs quant au contenu de leurs comics.

train-called-love-1-5

Mister Fluffy, le vrai héros de l’histoire

Mon verdict sur le scénario est le suivant, à mes yeux Ennis a déjà fait nettement mieux et je ne peux pas dire que A Train Called Love est le meilleur de sa création, toutefois je m’incline devant le résultat qui me fait dire que l’auteur est vraiment talentueux. En voulant faire de la comédie romantique, il ne pouvait donner le meilleur de lui-même, mais il parvient à respecter le thème, tout en ne dénaturant pas (trop) son style. Bravo Garth!

Mark Dos Santos, choc des cultures?

Le dessin, parlons-en. Je n’étais pas convaincu du choix effectué pour le récit. J’aime beaucoup le style de Mark Dos Santos, mais je le voyais mal collaboré avec Ennis. Et à la lecture du tome, je pense qu’en temps normal, ce ne serait pas un choix judicieux.

train-called-love-1-4C’est ce qui s’appelle se prendre un vent

C’est édulcoré, des scènes de morts hors-champ, des scènes de sexe suggérées, le tout a un rendu assez cartoon et donnerait presque l’impression que les images sont tirées d’un dessin animé. Cela étant, le choix de Dos Santos s’avère judicieux compte tenu du fait que le ton se veut plus léger qu’à l’accoutumée. Si je n’ai pas été convaincu tout le long de ma lecture par le parti pris graphique, c’est à posteriori que j’ai compris ce choix et que j’ai commencé à entrevoir les réels enjeux de ce comics, tout ici est fait pour respecter le principe de comédie romantique. Scénario, dialogues et dessin, un ensemble harmonieux et homogène.

train-called-love-1-6

A la guerre comme à la guerre

Everywhere you look

A Train Called Love est un O.V.N.I., mélange de comédie romantique et de récit mafieux, issu de la volonté de Garth Ennis de prouver qu’il était capable d’écrire ce type de récit. Si c’est très clairement une réussite de ce côté-là, on reste loin de son style habituel et j’aurais tendance à recommander d’autres comics pour appréhender l’auteur (The Boys par exemple, son run sur The Punisher, Crossed – mais pas à tout le monde parce que là on atteint les limites du mauvais gout -, …). Et pour un comics indépendant, cela reste relativement sage. Bref j’aurais tendance à dire qu’on peut trouver autre chose et que ce comics n’est pas forcément des plus accessibles.

train-called-love-1-7

Comment refuser une demande pareille?

Mais par contre, et c’est un grand mais, pour les habitués de l’auteur, c’est un must read. Garth Ennis nous prouve qu’il est capable de se transformer pour nous offrir un récit enjoué, avec une chorale de personnages qui ont tous un rôle à jouer, une action débridée, je comparais ce comics à du Tarantino et je pense que c’est une bonne comparaison, tant au niveau des dialogues que du style. Alors pour qui est fait ce comics? Les fans d’Ennis comme je le disais, ceux qui cherchent à s’éloigner des productions classiques (DC et Marvel), ceux qui veulent une petite bouffée d’air frais, … Un choix audacieux de la part de Panini, que je soutiens (et oui, j’ai acheté le comics) et que je salue.

Pour se  procurer le tome:

A Train Called Love – T01

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*