Wolverine et les X-Men – T04: La Saga des damnés

Résumé: Le directeur Logan et ses élèves subissent les assauts du nouveau Club des damnés depuis le jour de l’ouverture de l’Ecole Jean Grey. Le moment est venu de faire payer ses crimes à cette organisation. Découvrez également ce qu’il advient de Kid Gladiator depuis qu’il a quitté l’établissement (contient les épisodes 30 à 35 et 38 à 42 ainsi que l’annual (2011) Wolverine and the X-Men US)


Wolverine et les X-Men – Tome 4: La Saga des damnés

Fiche technique:
Scénario : Jason Aaron
Dessin :
 Nick Bradshaw Pepe Larraz
Editeurs: Marvel Comics (Vo) / Panini Comics (Vf)
Pagination : 288 pages
Date de sortie:
  12/01/2017


« Je croyais que nous étions amis, nous avons fait nos devoirs ensemble »

Les mutants, c’est et ça restera un des sujets les plus discutés avec Sir Didymus. On en est fan tous les deux, on n’est pas d’accord sur ce qui est bon ou ce qui ne l’est pas mais faut dire ce qui est vrai, on les adore. Rappelez-vous j’avais pris ma plume la première fois pour vous parler des «X-men» et son équipe de femmes ici dont je ne suis du reste toujours pas convaincu. Dans la constellation des parutions mutantes, il en est néanmoins une que j’affectionne, Wolverine et les X-Men (critique ici du tome 3).

Tout d’abord parce que ce comics met en avant la vie de l’école Jean Grey, brosse un portrait exhaustif des mutants qui la composent, arrive à dégager cette petite dose de moments poignants et surtout respire une joie de vivre contagieuse.

Broo le dit et nous le pensons!

Aussi, parce que c’est le dernier et qu’il en vaut la peine, je vous propose de m’accompagner dans ce voyage baptisé sobrement «La Saga des damnés» !

« Je vous conseille d’aller aux toilettes en mode défensif »

Tout d’abord allumons un cierge d’amour à Jason Aaron. Si les trois tomes précédents étaient déjà d’agréables moments récréatifs, le quatrième est une quintessence de ce qui fait le charme de la série.

Déjà Aaron nous avait habitué à un florilège de guest star. Le tome 4 décide de mettre la barre encore plus haute et c’est une quantité gastronomique de mutants à se mettre sous les dents ! (gastronomique c’est quand même plus beau qu’astronomique, non ?). Il n’oublie pas les habitués Kid Omega, Broo le brood, le Crapaud et Mudbug mais il y rajoute Madame Mondo (Mojo avec une paire de seins et ce n’est pas de moi, c’est sa description) entre autre, ramène des vieux de la vieille avec un Cyclope (oui, il fait une apparition bad ass ) en plein périple Uncanny X-Men, un Iceberg en mode robot géant et même des vilains de seconde zone comme Maître Pandémonium, un démoniste affublé de deux démons à la place de ses mains. Le tour de force d’Aaron étant d’offrir, en plus, à la plupart des protagonistes un moment « sous les projecteurs ».

Logan et les garçons, la nouvelle série AB Production

Ensuite, si le précédent tome pouvait parfois sembler décousu par son côté «histoire du jour », ici Aaron va prendre le soin de clore tous les arcs narratifs de la saga, offrant une histoire rythmée et prenante. Le ton étant toujours bon enfant, c’est aussi une histoire pleine d’humour et de tendresse pour ses protagonistes chacun étant soumis à rude épreuve et évoluant au travers du récit).

Et puisqu’on parle d’évolution, l’histoire s’intercale parfaitement entre les différentes itérations X-Men de Marvel Now. On y trouve des références aux « All New X-Men » et aux « Uncanny X-Men ». C’est très agréable de pouvoir profiter des rappels d’autres événements ou de simplement apprécier tel ou tel clin d’œil aux autres sagas. Pour les néophytes, pas d’inquiétudes cependant, Wolverine et les X-Men peut se lire indépendamment des autres gammes.

Mystique, la prof qu’on aurait tous voulu avoir (surtout moi)

Et finalement, hors du feu d’artifice, l’histoire centrée sur Kid Gladiator est à la hauteur du personnage. Relativement déjanté (Kid Gladiator approuve ce message), avec des morceaux de galactique, d’un moment familial avec son père (Imperator Gladiator lui-même) et bourré d’humour ! En plus, Aaron semble y faire un point d’honneur, c’est en relation avec les événements paru dans la saga des « Avengers » de Hickman !

« L’Ecole Grey me manque »

Niveau dessin c’est Bradshaw qui s’y colle. J’apprécie toujours autant son trait et ses personnages vraiment bien typés. C’est agréable à l’œil et il arrive presque à faire de Mudbug un homard anthropoïde inquiétant !

On peut être méchant et aller à l’école, si si

« Je suis Broo et je serais votre meilleur ami »

En bref, au cas vous en douteriez, c’est une excellente conclusion à une non moins excellente série, peut-être même ma préférée de l’ère « Pré Secret Wars ». Ça se déguste sincèrement et malgré l’apparent côté blockbuster (vu le casting on y est quand même), Aaron arrive à aérer l’histoire de très bonnes tranches de vies dont je suis particulièrement friand ! A lire sans modération !

Pour se procurer le tome:

Wolverine et les X-Men – T04: La Saga des damnés

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*