La mort de Wolverine

Résumé: Wolverine a perdu son facteur auto-guérisseur. Désormais mortel, chaque combat est une souffrance. Les super-vilains pensant tous avoir une chance de l’abattre, mais le super-héros se défend toutes griffes dehors. Alors que Logan trouve la paix à l’approche d’une mort qui lui était jusqu’alors inaccessible, une ultime mission très personnelle le pousse à rassembler ses dernières forces.


La mort de Wolverine

Fiche technique:
Scénario : Charles Soule
Dessin : Steve Mc Niven
Encreur : Jay Lesten
Editeurs: Marvel Comics (Vo) / Panini Comics (Vf)
Date de sortie: 01/03/2017


« Tant que c’est américain… »

Wolvie est à l’honneur cette année entre un film franchement réussi et un comics au titre aussi évocateur que sa propre mort, il ne manquerait plus qu’une chaîne de restaurant « Les délices du Glouton » (ndlr : Kerym est fier de vous présenter ses connaissances sur les noms francisés des super-héros.. La rédaction, elle, se désengage de toute filiation avec le dit chroniqueur) pour que la consécration soit complète !

Mais revenons donc à nos gloutons (oui, promis, c’est ma dernière) et à la mort du plus célèbre de ceux-ci, Logan himself !

On sent la douleur dans son visage, Logan est sur sa fin

« Tous les personnages de Comics sont comme des requins… »

Tout d’abord mettons les choses à plat, un seul comics pour tuer le griffu le plus classe de l’univers Marvel, c’est et cela restera trop court; surtout que la moitié du tome est composé d’hommages post-mortem. On a donc qu’une moitié de Deluxe pour en finir avec lui et ça peut paraître abrupt.

Néanmoins, après quelques recherches et réflexions, ce Deluxe s’avère quand même exhaustif.

D’une part, ça fait quelques temps que Logan ne va pas bien. Son pouvoir était de moins en moins efficace et le message a été distillé dans divers comics (de mémoire et de lecture au moins dans le dernier Wolverine et les X-Men). Ce n’est donc pas une surprise que d’imaginer qu’il puisse passer l’arme à gauche. Niveau continuité check !

USA! USA! USA!

Ensuite la moitié du tome qui comprend la mort de Wolvie revient sur les lieux iconiques de notre héros. Le Japon (là où Wolvie a passé des années et qui l’a marqué durablement), Madripoor  (ville du crime, du stupre par excellence où notre griffu a longuement roulé sa bosse), un des complexes de l’arme X (chargé de souvenirs à base d’expériences militaires interdites) et le Canada (la Colombie-Britannique pour être exact, lieu de l’enfance de Logan). Excepté l’Ecole Jean Grey, je pense que la plupart des lieux y sont. Lieux iconiques du griffu check !

Et qui dit lieux iconiques, dits méchants iconiques. Dent de sabre (sans doute la némésis par excellence de Logan), Madame Vipère (dont j’ai appris qu’elle avait épousé Wolvie… je ne sais pas qui est le plus à plaindre en fait), Lady Deathstrike (une sacré épine dans les pieds de tout bon mutant qui se respecte et une fana d’adamantium), Ogun (un esprit qui affronte occasionnellement Logan depuis presqu’un siècle)  pour les plus connus. Mais aussi Nuke (dont je suis totalement fan du look redneck patriote) et un caméo de Cyber (lui aussi a vécu soixante histoires d’amour avec Logan sur près de soixante ans). Un sacré panel de vilains venus marquer une dernière fois la vie de ce bon vieux Wolverine. Casting check !

Il fait bon d’avoir un fantastique Docteur dans ses amis pour ses problèmes de santé

Et parce qu’on parle de méchants, comment ne pas citer la présence de Kitty Pride qui a toujours eu une relation particulière avec ce bon Wolvie. Seul petit bémol, Kitty ne reste pas longtemps à l’écran… La faute au peu d’espace disponible pour chaque protagoniste mais… Casting héros check !

Et enfin rien à faire mais à l’instar du film « Logan », Soule arrive à nous transmettre toute la souffrance d’un corps vieillissant luttant contre lui-même. Pas rien dans un récit aussi dense et court à la fois. Ambiance check !

Ça, c’était donc pour la partie « Mort de Wolverine ». Un train qui traverse les pages sans laisser le temps de souffler aux lecteurs et qui aurait mérité presque un numéro par lieu et adversaire rencontré.

Un petit air de Logan le film ou bien… l’inverse?

Il y a ensuite la partie hommage qui vient compléter le comics avec trois personnages bien différent. En premier et c’est sans doute le meilleur (à mon goût), il y a Cyclope. La relation entre Scott et Logan a toujours été au mieux conflictuel mais depuis la mort de Charles Xavier plus rien n’est possible. C’est pourtant chez lui que les mots vont sonner le plus juste et permettre aux lecteurs de retracer les hauts et bas de leur relation. Ensuite viendra une courte nouvelle où Diablo et Colossus vont rendre un dernier service à Logan en allant au Japon. C’est court, drôle moins profond que celui de Cyclope mais c’est l’occasion de revoir une des femmes de bon vieux Logan. Enfin, pour clôturer Soule ressort Hisako une élève de l’école Jean Grey afin de souligner l’évolution de Wolverine dans son dernier rôle, celui de porteur de l’héritage de Charles Xavier et de directeur d’école.

« … S’ils arrêtent de bouger, ils sont morts »

La citation (dans le titre) est de Mc Niven, le dessinateur, et représente bien son travail sur le comics. J’avais déjà eu l’occasion de le voir à l’œuvre dans Civil War et son trait est vraiment beau. Le soin apporté à Wolverine est juste impressionnant. Que ce soit dans l’expression de sa déchéance physique ou dans les épreuves qu’il endure, le dessin magnifie le personnage. Et certain des paysages sont vraiment superbes, par exemple le jardin de Koishikawa Korakuen (bon l’endroit est déjà magique à l’origine mais le dessin lui rend sacrément hommage).

Petite pause publicité offerte par l’office du tourisme du Japon, le pays où il fait bon vivre

« Sniiiikt »

En résumé donc un très bon comics bien que, je me répète, un chouia trop court pour être vraiment parfait. L’histoire ne laisse que peu de répit, les hommages parfois inégaux mais tous intéressants dans le contexte et l’occasion de clôturer la vie d’un des mutants les plus célèbres ! (depuis 2014, notre bon Wolvie est resté mort !).

Pour se procurer le tome:

La mort de Wolverine

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*