Jem & les Hologrammes – T02: En route vers la gloire

RésuméJerrica et ses sœurs font maintenant face à leur plus grand défi : le succès ! Mais les Misfits n’ont pas l intention de laisser ces débutantes marcher sur leurs plates-bandes et décident de faire appel à un nouveau manager. En coulisses, le chroniqueur musical Rio Pacheco nous permet de découvrir d’une toute autre perspective les rivalités entre les Hologrammes et les Misfits !


Jem & les Hologrammes – Tome 2: En route vers la gloire

Fiche technique:
Scénario : Kelly Thompson
Dessin: Emma Vieceli, Corin Howel
Editeurs: Glénat Comics
Date de sortie: 10 mai 2017


Quelque part au-dessus de l’arc-en-ciel

Tout d’abord, je tiens à parler d’une chose qui m’est très importante (si si), le premier tome était tout rose et je trouvais que le choix de cette couleur était regrettable parce qu’il cataloguait d’emblée le comics comme étant pour les filles (et franchement, le rose est super genré). Voilà que le second tome arrive et… miracle… il est bleu, enfin violet, enfin… d’une autre couleur. Nous partons donc sur le principe que chaque tome aura sa couleur. Bon, ça fera bizarre dans ma bibliothèque mais j’apprécierai d’avoir enfin un peu de couleurs dans cet océan de noir et blanc. Que ce soit dit!

Synergy, ou la version moderne du génie de la lampe

La rançon de la gloire

Les tensions sont à leur comble entre le groupe de Jem & les Hologrammes (composé de Jerrica, Kimber, Aja et Shana) et celui des Misfits (Pizzazz, Stormer, Roxy et Jetta). Pizzazz, la chanteuse des Misfits, se fait rappeler à l’ordre par sa maison de disques, lui demandant de se tenir à carreau après l’accident ayant eu lieu dans le premier tome. Les Misfits vont d’ailleurs être surveillées par un agent qui leur sera assigné. Qui est cet agent? Eric Raymond, oui oui ça doit rappeler quelque chose aux plus vieux d’entre vous. Cependant Eric ne va pas chercher à calmer les Misfits, contrairement à la volonté de la maison de disques; il va attiser leur haine envers le groupe de Jem & les Hologrammes.

Rio, journaliste, qui se déguise en… journaliste. On dirait presque Clark Kent

De leur côté, le groupe des Hologrammes fait face à plusieurs dilemmes: la relation compliquée entre Jerrica et Rio, celle encore plus compliquée entre Kimber et Stormer, la solitude de Jerrica en tant que manager de leur groupe, et ce ne sera pas tout. Un récit riche, qui vient apporter pas mal de nouvelles pistes pour les aventures de notre groupe de musique favori. On retrouvera en plus de l’histoire principale, plusieurs petites histoires courtes qui ne sont pas liées au récit. Par exemple, une version Jemifiée du Teen Wolf, ainsi que Mad Max et Star Wars, entre autre chose. Bref, c’est drôle mais c’est principalement pour meubler.

Toi aussi n’attire pas l’attention en te déguisant en douche

Tout le monde est le héros chanteur de sa propre histoire

Kelly Thompson prend le parti dans ce second tome d’approfondir notre connaissance des Misfits, vous l’aurez compris rien qu’en lisant le paragraphe précédent. Il est difficile de ne pas parler d’elles quand on parle de ce deuxième tome. Ce qui est très intéressant, c’est ce qui va nous être raconté. On s’éloigne des méchants hyper-caricaturaux du dessin animé, pour venir donner de réelles motivations aux Misfits. On finit par s’attacher à elles, on ressent de l’empathie pour ce groupe et c’est très ingénieux. Du coup, on ne sait plus qui on doit plaindre. Rio a lui aussi droit à un peu plus de profondeur, on le voit devoir choisir entre son métier et ses principes, pour rappel l’homme est journaliste. Restera-t-il un homme intègre ou succombera-t-il à la célébrité facile? Et si ce n’était pas encore assez, Kelly Thompson en profite pour mettre en place un début d’intrigue qui concernera Synergy et qu’il me tarde de voir. Sur une note très personnelle, je tiens à dire que je trouve le couple Kimber et Stormer juste trop mignon et que j’aimerais les voir pouvoir être ensemble plus que le temps d’une scène.

Un petit air de Où est Charlie, non?

De la diversité naît la beauté, et parfois une pointe de déception

Petit point noir sur les dessins, on voit Corin Howel prendre le relais en cours de tome, pour le quatrième chapitre et… aïe. Je trouve que le style de la dessinatrice est semblable à la précédente, Emma Vieceli, mais qu’elle fait la même chose en moins bien. Du coup, au départ je me disais que la dessinatrice fatiguait vachement sur ce chapitre et qu’elle avait besoin de souffler… en fait non, c’était une toute nouvelle toute belle dessinatrice mais que j’aime moins. Le gros problème pour moi, c’est la grossièreté des traits et le manque de soins apporté aux détails, qui me donnent l’impression qu’elle bâcle son travail. Sinon dans les histoires annexes, il y a de biens jolies choses à voir puisque chaque histoire a son dessinateur attitré et, franchement, c’est très joli.

Rio et Stormer dans un remake de Grey’s Anatomy?

Du bonheur, comme s’il en pleuvait

Ce deuxième tome ne démérite pas, loin de là. Il y a quelques points faibles que j’ai souligné et encore, il s’agit de principalement d’une affaire de goûts puisque c’est simplement que le style de Corin Howel me laisse perplexe. Et d’après les discussions que j’ai eu avec plusieurs personnes (si si, on peut discuter de Jem & les Hologrammes en publique), certains pensent tout le contraire. Mais ce tome est une réussite, transformant des personnages qui étaient bien trop caricaturaux dans le dessin animé, Rio en tête, pour leur donner une réelle profondeur.

Le couple le plus mignon de toute la galaxie… roooh je fonds 

On s’éloigne de cette version de Ken et Barbie font de la musique, pour quelque chose qui véhicule des idées et le récit reste accessible. Petite mise en garde quand même, il faut penser ce comics comme étant adressé aux enfants donc n’attendez pas non plus une histoire sombre et torturée. Mais on se retrouve en face de personnages qui s’aiment, qui se soutiennent, qui ont des rêves et qui travaillent pour y parvenir, qui ont des faiblesses (ce qui me donnent presque constamment l’envie de les prendre dans mes bras pour les rassurer), bref Jem & les Hologrammes est un comics qui fait du bien (et qui parle à mon âme d’enfant, doux rêveur que j’étais).

La note On a kiffé On espérait mieux
8/10
  • Kimber et Stormer, juste trop kawaii
  • Une bouffée de fraicheur qui fait du bien
  • Un exemple à suivre, on modernise le dessin animé, on en garde les bases et on en fait un récit intelligent
  • Pas fan du style de Howel

Pour se procurer le tome:

Jem & les Hologrammes – T02

Pour se procurer le tome précédent:

Jem & les Hologrammes – T01

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*