Rat Queens – T02: Quatre filles et un poulpe

Résumé: Une menace rôde au coeur de la ville de Palissade. Et même ses protecteurs, les Rat Queens, pourtant habituées au massacre, ne sont pas au bout de leur surprise… Cette menace porte le nom de N’Rygoth. Dieu sanguinaire s’il en est, celui-ci n’a rien à envier aux entités divines de l’univers de Lovecraft, et accompagné de ses enfants, il n’a de cesse de semer le trouble. La question est maintenant de savoir comment Dee et ses jeunes amies effrontées, toutes aussi ingérables que casse-cou, vont réussir à faire face à ce nouveau monstre… (Contenu : #6-10 Rat Queens US)


Rat Queens – Tome 2 : Quatre filles et un poulpe

Fiche technique:
Scénario : Kurtis J. Wiebe
Dessin :
 Stjepan Sejic et Roc Upchurch
Editeurs: Urban Comics (VF) / Image Comics (Vo)
Pagination : 136 pages
Date de sortie:
  21/04/2017


« La fin du monde ? Un jour normal à Palissade »

J’ai hésité entre cette phrase et une citation du célèbre Baldur’s Gate de la non moins célèbre Imoen (qui a donc une page Wikipedia, grande découverte pour ma part)  « Heureuse de vous revoir » ; parce que sincèrement retrouver les Rat Queens c’est que du bonheur ! Mais reprenons donc depuis le début pour ceux qui débarqueraient en chemin.

Les Rat Queens, c’est un comics Image basé sur un univers médiéval fantastique à mi-chemin (et je cite Urban) entre le Seigneur des Anneaux et une partie de Donjons et Dragons entre amis. J’aurais sans doute reformulé en « rave party écrite par Tolkien et une partie de Donjons et Dragons en full HD ! » mais ce serait pinailler. L’histoire se passe à Palissade, une ville au bord de la destruction continuellement  (comme Metropolis dans l’univers DC parce que sinon on s’ennuierait) et où pour faire office de Superman on retrouve une équipe de quatre aventurières ; les Rat Queens !

Ben quoi, vous n’avez jamais pris de la drogue au matin?

Le tome 1 avait fait l’effet d’une bombe sur moi. Le rôliste en moi avait dévoré chaque page des histoires de l’équipe pour en décortiquer chaque référence aux jeux de rôle, chaque irrévérence à l’univers classique heroic fantasy et surtout j’étais tombé amoureux de chacune des Rat Queens. Que ce soit Hannah, Violet, Dee ou Betty, toutes étaient juste magnifiques et le fait que ce soit une équipe uniquement composée de femmes badass mérite la peine d’être plus que souligné.

Voilà pour le résumé non pas de l’intrigue mais du plaisir d’avoir parcouru le tome 1. Revenons maintenant au tome 2 !

Un médiateur aux compétences… discutable

« Vaut mieux que ce soit toi qu’elle mâchouille et non un illustre inconnu »

Déjà, on ouvre son comics, et on tombe en guise de préambule sur les fiches de personnages des quatre héroïnes. C’est peut être un petit détail mais moi j’étais enchanté. Elles étaient toutes là, alignements et compétences offerts au regard du lecteur. Ça valait bien toutes les introductions du monde à mon sens, le rapport aux jeux de rôle (et particulièrement à Donjons et Dragons) était clairement établi. Ensuite, ou plutôt avant, il y avait le titre.. Quatre filles et un poulpe.. Là on touche carrément à la culture geek. (Avouez quand même que des tentacules et des écolières c’est dans l’imaginaire collectif, non ?) Je voyais donc venir la vague de bonheur s’abattre sur la grisaille de mon quotidien et je n’ai pas été déçu !

Et qui reçoit les coups avec panache

Nous retrouvons Palissade menacée par des cultes très anciens (quand je parle de référence geek hein.. Lovecraft est notre père à tous) avec comme seul rempart une clique de héros hétéroclites qui sera mise en avant au fur et à mesure du récit. Car même si l’histoire vaut son paquet de popcorn, Wiebe l’utilise principalement pour mettre en avant ses personnages. Entre flash-back savoureux (on peut enfin voir Violet avec une barbe, la mère d’Hannah en guest star), discussions endiablées et punchlines bien pensées, tout est là pour que chaque héros ait son moment de gloire ! (Même Dave.. Oui Dave des Daves.. l’orc druide avec une superbe barbe que je jalouse).

Devine à quoi je pense?

Le rythme ne s’essouffle jamais, les scènes de combat sont tonitruantes (on entend presque les dés être jetés et la voix d’un maître du jeu décrire la scène), sincèrement on n’a pas le temps de se reposer et, à la fin du voyage, on voudrait ne pas l’avoir fini. Si je devais le comparer à un film (car faisons du cross média), je le comparerais aux Gardien de la Galaxie made James Gunn, un florilège de personnages pour une histoire popcorn bourrée d’humour

« Sur une échelle de un à dix, vous êtes condamnée »

Roc Upchurch est toujours aux commandes et son style est toujours aussi agréable. Chaque personnage est un petit plaisir pour les yeux, chaque scène d’action est dans le pur style heroic fantasy pour un résultat vraiment bien sympa… Violet portant la barbe (oui je le répète) est féminine dans sa nanité et elle définit impeccablement ce que j’apprécie dans ce comics. Regardez la couverture, si vous en voulez un exemple, avec Violet (toujours) mais Dave en avant dans une pose « Warrior in da hood » (j’improvise, je sais)  et un choix de colorisation (oui parce qu’en plus la colorisation mérite le détour) impeccable (du sépia et un oiseau mauve je dis c’est beau)

On choisit ses amis, pas sa famille

« J’ai trouvé mon barda et Betty dedans qui semble l’avoir pris pour un donjon »

En conclusion, foncez y et achetez le ! Je l’ai déjà offert (le tome 1) à mes amis rôlistes et je continuerai de prêcher pour la série tant le tome 2 m’a autant plu que le tome 1 ! Je n’ai qu’une attente c’est le tome 3, parce qu’en plus les Rat Queens s’offrent le luxe du cliffhanger de fin de saison pour nous tenir en haleine !

Pour se procurer le tome:

Rat Queens – T02: Quatre filles et un poulpe

Et le précédent:

Rat Queens – T01: Donjons et draguons

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*