Superior Iron Man

Superior Iron Man Header

Résumé: Toujours perturbé par les événements d’AXIS, Tony Stark s’installe à San Francisco pour renouer avec son passé d’entrepreneur. Mais lorsqu’Iron Man rend son premier logiciel public, Daredevil se rend compte des risques qu’il comporte et s’inquiète : il ne peut plus faire confiance à son ancien ami.


Superior Iron Man

Fiche technique:
Scénario : Tom Taylor
Dessin :
  Yildiray Cinar
Editeurs: Marvel Comics (Vo) / Panini Comics (Vf)
Pagination : 208 pages
Date de sortie:
  03/05/2017


Le Loup de Wall Street

Cette version supérieure d’Iron Man fait la suite directe avec Axis où Tony Stark (ainsi que d’autres personnages) était passé du côté des méchants. A la fin d’Axis, la grande majorité des victimes étaient retournée à leur état d’origine, mais le bon Tony était resté du côté du mauvais côté de la barrière. Nous nous trouvons donc en face d’un Iron Man décomplexé, dénué de morale (enfin presque), qui retourne à San Francisco dans le but simple de faire du profit… mais tous les coups seront permis.

It’s time to party!

Seulement les agissements de Stark vont attirer des regards désapprobateurs, dont celui de Daredevil. Définitivement jouissif, peut-être utilisant un peu trop de certains raccourcis, ce récit va nous mettre en face d’un magnat de la finance prêt à tout pour un peu plus d’argent, par exemple en dotant le commun des mortels d’une santé parfaite gratuitement grâce à la technologie Extremis, avant de leur facturer cette forme de soin de santé sous forme d’abonnement mensuel. Le problème étant qu’ayant goûté à la perfection, les gens seront prêts à tout pour parvenir à payer le prix pour avoir accès à la technologie Extremis… y compris à commettre des crimes.

Une armure  symbiotique, on n’arrête pas le progrès

L’Axis du mal et l’Axis du pas trop mal

Et on avance dans ce comics écrit par Tom Taylor en admirant un Tony Stark mettant en place des mesures allant de pire en pire pour s’assurer que ses plans se passent sans accro. Des crimes sont commis? Pas de problème, on met en place des drones qui surveilleront les faits et gestes de tout le monde et qui rapporteront le moindre crime. Cette mesure déplaît? Pas de problème, on rachète les journaux et on contrôle ce qui est publié dans les médias pour s’assurer d’avoir une bonne publicité. Et ce n’est pas tout, je vous en laisse un petit peu, même beaucoup car ce tome qui reprend les aventures du Superior Iron Man de #1 à #9 vous réserve plus d’une surprise.

Petit cours de capitalisme par Mister Stark

Taylor a le bon gout de ne pas nous vendre uniquement une ordure, Stark garde encore quelques bons côtés, ou en tout cas il a encore un fond de moralité. Du coup, c’est plus digeste et ça évite qu’on tombe dans la haine pure et simple envers cette version d’Iron Man. Si le ton n’est définitivement pas à la joie, on arrive à comprendre les ambitions de Stark qui cherche « simplement » à se faire aduler par les hommes en jouant à Dieu, tout en s’assurant un gain parce que bon l’argent ne fait pas le bonheur, mais quand on a le train de vie de Tony Stark, il faut quand-même en avoir sous le coude. Si Axis ne m’avait pas trop convaincu, il avait laissé quelques pistes qui donnaient envie d’être explorées, ce Superior Iron Man répond parfaitement à nos attentes de ce côté-là (même si on se doute que cela ne durera pas éternellement). Comme quoi un crossover événementiel peut apporter du bon… même si c’est souvent laborieux.

Je suis un dieu, non en fait je suis Dieu!

Avec Dash, votre armure sera plus blanche que blanche

Taylor est ici assisté par Yildiray Cinar qui s’occupe de mettre tout ce petit monde en scène. C’est très joli, un très bon choix assurément. On reconnait assez bien San Francisco au travers des différentes planches qui nous sont proposées, avec quelques lieux phares comme l’ancienne prison d’Alcatraz et le pont Golden Gate. Cela étant dit, le gros point fort de Cinar est clairement l’expression des visages et il faut avouer que ce Tony Stark ne nous laisse pas en reste avec ses sourires en coin et un visage arrogant au possible, un régal pour les yeux. Quelques petites faiblesses par moment, par exemple quand le récit montre le retour à la normale pour les gens qui ont goûté à la technologie Extremis, un peu trop caricatural. Mais c’est loin d’être dramatique. Notons aussi qu’Iron Man a une nouvelle armure, se rapprochant du symbiote de Spider-Man, qui lui donne un aspect plus humain, laissant la part belle aux émotions et les expressions de son visage, un peu tape-à-l’œil dans son gris métallique. Je la trouve en adéquation avec le récit, mais rien qui ne devrait rester dans les esprits.

Quand tu assortis la couleur des flammes de tes réacteurs à ton armure, tu deviens swag

Le mal vous va si bien

Je note dans ce récit quelques soucis que j’aurais aimé ne pas retrouver. Notamment le fait qu’on prenne le temps de mettre en place des événements qui n’apporteront strictement rien à la suite. Pour illustrer mon propos, je parle du duel Daredevil face à Iron Man, qui n’amènera à rien (mais je vais éviter de trop en dire). Un arc qui dure sur plusieurs chapitres, qui aide un peu à donner de l’ampleur à ce Superior Iron Man mais qui n’apporte pas grand chose au final, surtout qu’on se doute que cette version de Tony Stark ne durera pas éternellement. La même chose pourrait être dite de l’arc avec le Teen Abomination, qui aide à avoir un minimum d’empathie pour Superior Stark, mais qui n’amène pas à grand chose… bref on sent que Taylor a vite été limité par le format et la durée totale de l’arc Superior Iron Man. Il fallait lui donner du corps (ce qui a été fait), au détriment d’une histoire qui avance et qui apporte son lot de nouveautés. Mais cela dit, en ces temps où Marvel pousse à ce que tout avance trop vite, on aurait tendance à se dire que Taylor a fait le bon choix en approfondissant sa version d’Iron Man et en nous offrant ce Stark atteint d’un complexe de Dieu, ce qui lui va si bien.

La note On a kiffé On espérait mieux
8/10
  • Un Stark adorablement détestable
  • Une nouvelle armure symbiotique et sympathique
  • Les personnages sont bien travaillés
  • Un récit très expressif grâce aux dessins de Yildiray Cinar
  • Une histoire qui peine à se développer
  • Peu de pistes ajoutées, on tourne un peu en rond

Pour se procurer le tome:

Superior Iron Man

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*