Croquemitaines – T02

Résumé: Passionné de lecture, Elliott a toujours eu une préférence pour les histoires de Croquemitaines, ces créatures monstrueuses qui, la nuit, se cachent dans l’ombre ou sous le lit pour effrayer les petits enfants. Il n’imagine pas à quel point elles vont changer sa vie… Témoin du meurtre sanglant de ses parents, il va découvrir qu’en réalité, les Croquemitaines existent bel et bien et que des codes très précis régissent leur existence. Lorsque l’un des plus puissants d’entre eux, le « Père-la-mort », se met en tête de le protéger, Elliott va se retrouver plongé dans un terrible conflit au cœur d’un univers aussi terrifiant que fascinant et dont il devient l’enjeu principal. Par une sombre nuit orageuse, le destin d’Elliott va s’accomplir…


Croquemitaines – Tome 2

Fiche technique:
Scénario : Mathieu Salvia
Dessin: Djet
Editeurs: Glénat Comics
Date de sortie: 31 mai 2017


Croquemitaines, plus qu’un comics, une passion

Croquemitaines, c’est avant tout une histoire d’amour pour une couverture que je trouvais juste magnifique. Mon œil d’expert comics (uh uh uh…) fut directement attiré et intrigué, il me fallait le premier tome! J’ai rapidement lu le résumé de l’histoire qui me parlait suffisamment pour que je craque. Et hop, je repartais de chez mon libraire avec un achat non prévu. Et une lecture plus tard, je ne regrettais absolument pas ma compulsivité et j’avais hâte de mettre la main sur la suite. Et nous y voilà, avec ce second  tome de Croquemitaines qui vient apporter une conclusion au récit… le Père-la-mort est de sortie, gardez vos enfants bien à l’abri…

Cours petit garçon, cours…

Stand by Père-la-mort

Nous avions laissé le petit Elliott, seul, en fuite, après que ses parents se soient faits tuer par des Croquemitaines. Heureusement pour lui, le Père-la-mort était intervenu et avait sauvé le jeune enfant. Mais ils étaient traqués car en plus de vouloir mettre la main sur Elliott, les autres Croquemitaines étaient aussi motivés à mettre la main sur le bon Père. Et cette fois-ci, la folle course va devenir encore plus compliquée… si bien que notre duo (enfin trio si on compte l’énorme chien qui accompagne le Père-la-mort) va devoir aller chercher des anciens alliés, dans l’espoir de simplement pouvoir survivre un peu plus longtemps. Un récit prenant et poignant, dans lequel un enfant va rapidement devoir grandir et perdre l’innocence qui aurait dû encore le suivre pendant plusieurs années, ce deuxième tome de Croquemitaines est dans la ligne droite du précédent.

Coucou, tu veux voir ma hyène?

Père-la-mort et Elliott, le dragon

Mathieu Salvia continue a nous nourrir de détails rendant l’univers de ce comics presque réaliste. Les monstres se cachant en-dessous du lit, dans le placard ou autres variantes de notre enfance prennent vie devant nos yeux, avec toute l’horreur nécessaire. Du sang et des morts, oui, mais uniquement? Si effectivement ce Croquemitaines est très sombre, c’est aussi par les thèmes qui sont développés. Déjà nous avons Elliott qui est un enfant et qui va se retrouver seul, sans parent, … mais pas exactement puisque le Père-la-mort fera office de figure paternelle et fraternelle, oui tout ça en même temps.

 

Développons un peu! Le Père-la-mort était un monstre comme tous les autre croquemitaines, se nourrissant de la peur et de l’horreur (et surtout des autres croquemitaines d’ailleurs), mais alors qu’il hantait une maison, les habitants ont eu un enfant, Elliott. Dès lors le Père-la-mort a décidé de se racheter une conduite, devenir quelqu’un d’autre, quelqu’un de meilleur et…. en fait, c’est une belle métaphore sur la paternité. Il n’avait rien pour faire un bon père, mais la présence de cet enfant lui a montré qu’on est finalement jamais prêt. Et de voir les deux personnages circuler côte à côté est, je trouve, un beau voyage initiatique pour les deux: un enfant devenant adulte, et un adulte apprenant à devenir un parent.

Il est trop mignon le tout petit Elliott

Autre thème fort dont parle ce comics, c’est la solitude. Et de la solitude, vous allez en avoir puisque le petit Elliott ne trouvera pas facilement des gens qui accepteront de l’aider. Il fuit et chercher à échapper au danger, sans que personne ne s’arrête pour lui porter un coup de main. Il faudra attendre bien longtemps avant qu’enfin on puisse se sentir un peu soulagé pour Elliott qui aura gagné un sentiment de sécurité. En plus de ça, vous pouvez rajouter le sacrifice, l’importance des valeurs qui nous animent… bref dois-je vous dire à quel point j’ai trouvé l’écriture de Mathieu Salvia intelligente et belle? Beaucoup de sujets abordés, de manière volontaire ou non, font qu’au-delà d’un récit que je trouvais sympathique (l’idée de ces Croquemitaines qui hantent notre monde), je me suis retrouvé avec bien plus que ce que j’avais pu espérer.

Il est mignon le… euh… ouais, enfin pas trop

Macabre moderne

Au dessins, c’est Djet (que je ne connaissais pas du tout), qui a un style définitivement moderne. Les apparences qu’il a trouvé pour les différents croquemitaines sont juste magiques, tous sont intrigants et inquiétants. Je comparerais son style avec celui de Bressan Andrei que j’avais apprécié dans Birthright, plus sombre vu les thèmes de Croquemitaines. C’est vraiment très beau, les scènes de combat sont pêchues, je ne trouve pas grand chose à reprocher aux dessins.

Les oiseaux – Hitchcock

De l’horreur nait la beauté

Un seul regret, c’est de savoir qu’il n’y aura pas de suite (à priori). Le récit se termine, on ferme son comics et on aurait tellement envie d’en avoir une suite. Le tout donne parfois un peu une impression de fouillis, tout va très vite, parfois trop. On sent la limitation et l’empressement qui sont dus au fait que le récit était prévu sur ces deux tomes. Je trouve qu’on aurait gagné à aérer un peu plus le récit, mais ç’aurait été au détriment de la pression ressentie sur les jeunes et frêles épaules d’Elliott. Mais en dehors de ce petit problème, je trouve une réelle poésie à l’ouvrage que ce soit un premier tome plus brutal (même si souvent dans la suggestion), ou dans ce second tome plus dans l’impression de voyage initiatique et de fuite. La fin d’ailleurs est d’ailleurs presque parfaite, une conclusion plus douce mais nécessaire, et très mélancolique, avec l’idée de cette perte de l’innocence à l’âge adulte… Je vous invite donc chaleureusement à lire les deux tomes de Croquemitaines, le premier étant nécessaire à la bonne compréhension de ce second tome.

La note On a kiffé On espérait mieux
9/10
  • Une histoire riche par les thèmes abordés, un conte moderne
  • Le Père-la-mort et Elliott forme un duo parfait
  • Visuellement très beau et rempli de références
  • On aurait apprécié de pouvoir passer plus de temps dans cet univers

Pour se procurer le tome:

Croquemitaines – Tome 2

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*