Panthère Noire – T01

Résumé: T’Challa est un des plus grands scientifiques de l’univers Marvel et un des Avengers le plus célèbre du monde : la Panthère Noire. Son pays subit une grave crise économique et politique, orchestrée dans l’ombre par de nouveaux adversaires. Le héros réussira-t-il à sauver sa patrie ?


La Panthère Noire – Tome 1

Fiche technique:
Scénario : Ta-Nehisi Coates
Dessin: Brian Steelfreeze
Editeurs: Panini Comics
Date de sortie: 08 février 2017


Le Wakanda, un pays qui vous fait vibrer

Le royaume du Wakanda a souffert des derniers événements: Namor, alors sous l’influence du Phénix Noir, l’avait proprement et simplement inondé, puis Thanos avait cherché à le conquérir en utilisant la force brute. Mais encore et toujours, le Wakanda finissait par se relever. A quel prix? T’Challa, la Panthère Noire, roi du Wakanda, a perdu sa sœur et se trouve désormais seul pour diriger son royaume. Seul, pas vraiment puisqu’il pourra compter sur l’aide de sa mère et de ses anciens alliés… ce qui ne sera pas de trop car le Wakanda s’apprête à affronter une crise sans précédent. La menace ne vient plus de l’extérieur, mais provient directement des habitants qui visiblement veulent mettre un terme au règne de leur roi. Que faire alors pour T’Challa? Jusqu’où doit-il aller pour rétablir le calme sur son pays? Le scénariste Ta-Nehisi Coates, qui fait ses débuts en tant que scénariste sur ce tome, dépasse le cadre du récit de super-héros et insuffle une dimension politique importante dans son récit, au risque de faire fuir le lecteur?

T’Challa à la rescousse

Etre roi est un fardeau

Nous avons donc ici un journaliste, Ta-Nehisi Coates, fan du personnage et militant engagé, qui se voit confier la charge de scénariser les nouvelles aventures de T’Challa. Du coup, il se risque à nous offrir un récit qui se veut être le reflet de celui d’une Afrique entre tradition et modernisation. T’Challa va donc devoir faire face à un conflit politique, avec des enjeux nationaux et internationaux. Il fait face à un groupe armé qui se nomme très justement et simplement le Peuple, qui a décidé de renverser le pouvoir en place pour le remettre dans les mains des citoyens les plus démunis.

Pas d’Alzheimer précoce pour notre bon roi

La cause qui peut sembler juste va très vite tourner vers le terrorisme et nous verrons que tous les dirigeant et alliés du Peuple ne sont pas bien intentionnés. Et T’Challa se verra de plus en plus isolé, devant prendre des mesures allant à l’encontre de ses principes pour le bien de sa nation, mais pas forcément de la population… conflit éthique, la fin justifie-t-elle les moyens? Est-ce qu’un dirigeant peut tout se permettre pour le bien de ceux qui sont sous sa surveillance? Beaucoup de questionnements nous parviennent lorsqu’on parcourt ce premier tome des aventures de la Panthère Noire. On dépasse le simple récit de super-héros pour avoir en face de nous un récit engagé sur la place du pouvoir et le poids de ce dernier.

Le noir lui va si bien

Petit bonus intéressant, Coates remet aussi les femmes en avant dans une société où l’homme dirige, la Panthère Noire ayant toujours été masculin. Mais habilement, plusieurs chapitres se déroulent sans même que la présence de T’Challa soit nécessaire. Il sert parfois simplement de narrateur et on voit ces femmes, par exemple, sa mère, d’autres femmes plus ou moins influentes, des femmes du peuple, bref tout ce que le monde pourrait compter comme diversité, évoluer entre elles et remettre en cause la place de l’homme. Sont-ils nécessaires à la société? Visiblement pour Coates la réponse est non et, personnellement, je trouve qu’il est difficile de lui donner tort. Est-ce que j’avais déjà souligné le fait que le récit était engagé?

To War!

Entre nature sauvage et modernité, le Wakanda

Brian Steelfreeze, dessinateur, vient apporter sa touche à l’ensemble. Et… là où je critiquais Nighthawk pour son esthétisme dérangeant, ici c’est le contraire. Nous avons de belles scènes d’action, T’Challa n’hésitant pas à partir au combat, mais surtout des scènes plus intimistes qui sont presque poétiques. Par exemple lorsque deux des gardes du corps de la Reine Mère, les Dora Milaje, se retrouvent ensemble et que seules quelques couleurs subsistent dans tout le jeu d’ombre pour souligner leurs expressions et leurs émotions… De toute beauté. De même, Steelfreeze respecte bien le background du Wakanda en nous offrant des paysages entre technologie et nature sauvage, impressionnant. Et cerise sur le gâteau, il a fait un travail de fou sur les costumes et les habits pour facilité la reconnaissance de chacun des personnages tout en assurant une cohérence à l’ouvrage. Du très bon boulot de la part de Steelfreeze qui, en bonus de cet album, nous livre son expérience de travail avec Coates, avec quelques anecdotes. Personnellement, j’apprécie toujours ce genre d’ajouts qui nous permet d’en apprendre plus sur l’ouvrage.

No one man !

Ils se soulèveront et tu ne seras plus que T’Challa

Le Wakanda n’aura jamais été aussi vrai, et ce sera ma conclusion sur l’ouvrage. Si on part d’un lointain royaume d’Afrique qui a vécu en autarcie et dont la technologie surpasse le reste du monde grâce au vibranium dont leur sol en est rempli, on arrive ici sur un récit beaucoup plus terre à terre sur des conflits armés, sur la signification du pouvoir, sur la lutte des classes, les discriminations entre les hommes et les femmes, … On est loin d’un récit feelgood, on attaque des sujets lourds de sens qui dépassent le cadre d’un simple combat entre super-héros. On notera quand-même un petit soucis de rythme qui laisse un peu l’impression qu’on assiste ici principalement à la mise en place d’événements qui ne vont trouver une solution que dans la suite, une sorte d’avant-goût de ce qui nous attend. Mais ce problème de rythme est très facilement pardonnable puisque Coates signe ici son premier comics. Bref du très bon comics, avec de réelles intentions.

La note On a kiffé On espérait mieux
9/10
  • Une histoire qui dépasse largement le cadre des super-héros en abordant des conflits politiques
  • Les débuts de Ta-Nehisi Coates en tant que scénariste de comics
  • Un Wakanda plus vrai que nature
  • Un problème de rythme qui donne l’impression d’une introduction

Pour se procurer le tome:

Panthère Noire – T01

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*