House of M

Résumé (?)Bienvenue dans la réalité alternative de House of M où tous vos souhaits se réalisent ! (Re)découvrez lévénement Marvel de lannée 2005, scénarisé par Brian M. Bendis et illustré par Olivier Coipel, dans une version en noir et blanc.


House of M

Fiche technique:
Scénario : Brian M. Bendis
Dessin: Olivier Coipel
Editeurs: Panini Comics
Date de sortie: 21 mars 2018


C’est une maison bleue

House of M a fait son grand retour chez Panini dans une splendide édition en noir et blanc. Une occasion sournoise pour moi de revenir sur un récit iconique de la Maison des Idées. Et qui date quand même de quelques années puisqu’il avait vu le jour en 2005, sous la plume fortement inspirée de Brian M. Bendis (qui est parti travailler chez la concurrence, pour ceux qui suivent). Plus de 10 ans donc, et finalement qu’en ai-je pensé? C’est parti pour une critique nostalgique, puisque le récit, je l’avais lu à sa sortie.

Emma Frost, toujours aussi pragmatique

Nous sommes peu de temps après des événements tragiques qui ont vu la Sorcière Rouge perdre la raison. Celles-ci est désormais hors de contrôle et c’est le bon Professeur Xavier qui tente de limiter la casse, l’empêchant d’utiliser ses pouvoirs pour altérer la réalité et causer des dégats. Mais il le sait, il ne pourra plus le faire pour longtemps… il va alors falloir choisir que faire d’elle, pour les héros Marvel. Une intervention va s’avérer nécessaire, mais tout ne se passera pas comme prévu… Bendis nous fait alors arriver dans un univers parallèle dans lequel Magneto dirige une nation, avec sa famille. Voici venu le règne de la maison Magnus (House of M donc, subtil hein?). Seulement, tout n’en restera pas là car certains de nos héros vont voir d’anciens souvenirs émergés et une lutte va alors commencer entre ceux qui souhaitent le retour à la normale, et la maison Magnus. Un bon gros crossover donc, mais que vaut-il?

Ouistitiiiiiii

Quand Bendis travaillait chez la concurrence

Bon, avec Bendis au scénario, j’avais de bons espoirs. Et le scénario de ce House of M, loin d’être parfait certes, est vraiment très bon. Nous avons de nombreux personnages qui vont venir agir dans ce récit qui met en avant la famille de Magnéto, et les mutants. Une époque bénie où Marvel se souciait encore de ceux qui ont risqué de se faire mettre de côté au profit des Inhumains, pour de sombres droits d’adaptation cinématographique… quoique… Et sans spoil aucun, ce crossover réussit à avoir des retombées qui marqueront pour de longs moments l’univers Marvel. Le genre de choses qui le rend pertinent et qui le rend intéressant à lire… (contrairement à Age of Ultron que je n’ai pas du tout apprécié). Force est de constater que ce récit vieillit bien, puisque cette nouvelle lecture était toujours très agréable même si j’en connaissais déjà la fin, cette fois. Bendis aura vraiment marqué le coup et, même si je suis certain qu’il est possible de ne pas l’apprécier, House of M aura marqué son temps avec une scène finale magistrale.

Un usage, fort à propos, des 4 Fantastiques

C’est beau, c’est chaud, c’est du Coipel et on aime

Olivier Coipel nous accompagnera au dessin tout au long de ce House of M, et il a fait un travail incroyable. Ce comics est juste magnifique, sans baisse de qualité notable. Quelques tentatives de mise en scène ont un rendu visuel très intéressant, notamment lorsque Vif-Argent parle à son père et nous le voyons, agité, bougeant rapidement (c’est un peu son pouvoir en même temps), mais de ce fait, étant totalement incompréhensible. Les personnages sont tous bien expressifs, ils sont nombreux, détaillés, un régal pour les yeux. Et je l’ai déjà abordé, mais la scène finale imaginée par Bendis atteint ici une forme de perfection par le rendu visuel que vient lui donner Coipel. Mais en même temps, pouvions-nous en espérer moins de lui?

Quelqu’un a dit qu’il fallait faire une intervention?

Un récit qui vieillit mal?

Et le verdict final dans tout ça? En matière de gros événements Marvel, on se trouve clairement dans le haut du panier. Bien sûr, il y a beaucoup de choses à critiquer mais il faut se dire qu’on est ici dans un blockbuster et qu’il faut revoir nos attentes en fonction du type de récits qu’on lit. On pourra lui reprocher de ne pas suffisamment développer l’univers qu’il nous propose, et pourtant ce n’est pas l’envie qui nous manque. Le postulat de départ est osé et intéressant, et j’aurais aimé en savoir plus. On se trouve également en face d’un récit qui propose peu de ramifications, l’ensemble est finalement assez simple et semble creux. Tout est ici mis au service de l’histoire de Magnéto et de la maison M, au détriment du reste. Mais le pire, c’est que finalement nous allons suivre Wolverine, plutôt que Magnéto lui-même et, à nouveau, on aurait souhaité en apprendre plus. Bref un goût de trop peu, que viennent compléter des récits annexes mais qui ne sont pas tous proposés dans la version proposée par Panini en Deluxe, ou dans le format Noir et Blanc.

Quand Wolverine bombe le torse le temps d’une illustration… on aime

Mais au-delà de ce défaut clair que l’univers de House of M aurait mérité plus et mieux, que nous propose ce comics? Déjà, il inverse la dynamique classique qui place les mutants en tant que parias. Ici, ce sont les humains qui sont vus comme une aberration et cela donne lieu à quelques échanges plutôt sympathiques. Ensuite, il a un impact réel dans la continuité Marvel et c’est ce qu’on est en droit d’attendre d’un événement d’une telle envergure, mais qu’on ne reçoit pas toujours. Chose amusante aussi, on sent fort que le récit parle des mutants, mais ne place pas ceux-ci au premier plan. Les personnages qui recevront les meilleurs traitements ne sont pas forcément ceux pour qui nous nous y attendions. Ainsi Spider-Man, le Docteur Strange, Luke Cage, Captain America se verront imbriquer dans le récit. Certains auront d’ailleurs des rôles importants. Un parti pris qui peut s’expliquer par le désamour de Marvel pour les X-Men, mais qui devrait tout doucement arriver à son terme, et qui s’exprimera de la bouche même de la Sorcière Rouge, pour une scène finale qui marquera les esprits et l’univers Marvel. Un récit à lire, assurément.

Sir Didymus Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *