[Critique] Wolverine: Saudade

Résumé: Avec Wolverine : Saudade, Morvan & Buchet s’inspirent de la dure réalité des quartiers populaires brésiliens et embarquent notre griffu dans une virée sauvage dont il ne sortira pas indemne. Entre des gamins des rues trop jeunes pour faire la loi, des bandes organisées surarmées, un redoutable guérisseur et une bien étrange divinité locale, Logan doit se rendre à l’évidence : au pays de la samba, la vie humaine n’a guère de prix mais la passion est à fleur de peau.


Wolverine: Saudade

Fiche technique:
Scénario : Jean-David Morvan
Dessin: Philippe Buchet
Editeurs: Panini Comics
Date de sortie: 26 octobre 2006


Saudade au pays de Marvel, le mélange improbable

Ce Wolverine: Saudade, je l’ai trouvé en me rendant dans mon magasin de seconde main préféré (d’ailleurs, si vous habitez à Namur ou ses environs, le Ramd’Âm est un endroit magique). Je cherchais l’un ou l’autre comics manquant à ma prestigieuse collection. En plus de trouver Old Man Logan (en Marvel Now, la critique ici), j’ai vu cet étrange comics dans un format de BD Franco-Belge. Intrigué mais sceptique, j’ai quand même décidé de me lancer dans cette lecture.

Le Brésil, terre d’accueil… 

Ce comics est issu de la volonté de Marvel d’étendre sa gamme en faisant participer des auteurs n’étant pas américains. Ici, ce sont deux français, enfin trois vu que je vais gentiment compter le coloriste aussi, pas de jaloux. Dans récit, nous allons retrouver notre griffu bougon en vacances. Où? Au Brésil, un pays dans lequel on ne l’attendait pas forcément. Mais pas de repos pour les braves, Wolverine va vite devoir reprendre du service lorsqu’il croisera le chemin d’un jeune mutant. Une aventure haute en couleurs dans un pays avec de nombreux problèmes, qui viennent naturellement montrer le bout de leur nez dans ce comics. Sans vous spoiler sur l’histoire, Logan va avoir fort à faire entre les gangs locaux et un jeune mutant à protéger, sans compter sur les étranges découvertes qu’il fera lors de son voyage.

Un début de vacances rock’n’roll pour le brave Logan

La France rencontre les USA au Brésil, et pourquoi pas?

Jean-David Morvan, qui est donc le scénariste, nous transmet l’amour qu’il a pour ce personnage, mais aussi pour le Brésil. Un récit avec une double lecture puisqu’en plus de nous offrir une histoire finalement assez classique de super-héros, nous nous retrouverons en face d’un pays qui n’a été que trop rarement exploité dans le monde du comics et qui dépeindra avec une certaine justesse les difficultés rencontrées par les habitants du Brésil. Mais, tout aussi justement, ce pays ne doit pas être résumé qu’à ça et Morvan nous montre également des aspects plus joyeux, comme une belle soirée durant laquelle Logan nous montrera un beau déhanché et sera initiée à la culture locale. C’est d’ailleurs intéressant de voir que Morvan introduira aussi un côté mystique et intriguant, également imbriqué dans le folklore brésilien.

Euh… snikt? 

Bref, je trouve que ce Wolverine: Saudade est vraiment un bon travail d’écriture et je tenais à le signaler. Bon, pour ce qui est du côté super-héroïque, on reste dans un schéma très classique avec un méchant très méchant qui servira de boss de fin de niveau. Mais ce comics offre plus que ce à quoi je m’attendais, avec une belle conclusion pleine de cette nostalgie de ce que la vie aurait pu être. Saudade.

Quand j’ai mal pour Wolverine, je dis oui à la vie

Quant à Philippe Buchet au dessin, on reconnait définitivement la patte franco-belge. Un style qui peut ne pas plaire, surtout pour un fan de comics. Et si finalement il reste assez classique sur le rendu des personnages, il y a quelques moments qui relèvent du génie. C’est assez rare pour être souligné, mais la violence de ce Wolverine: Saudade est très visuelle. Lors d’une fusillade, Logan va se voir cribler de balles (ce n’est pas la première fois pour lui, pauvre homme) mais Buchet va y ajouter quelques touches personnelles qui vous remettront en perspective la dureté de la scène.

La régénération pour les nuls

Ici, vous voyez très clairement les impacts de balles sur la peau du pauvre Logan, des morceaux de chairs arrachés de son corps et du sang. Et ensuite, alors que vous avez sincèrement mal pour lui, vous allez le voir se faire traîner derrière une voiture sur plusieurs centaines de mètre avant de le voir jeter à l’eau. Si les comics peuvent être violents, il est rare qu’on ressente la souffrance physique des personnages et, ici, j’avais quelques sueurs froides.

J’ai noté un travail assez exemplaire sur les paysages que Buchet nous proposera. On est réellement dépaysé ici, avec quelques magnifiques horizons et des retours nécessaires dans des villes alternant couleurs chaudes et joie de vivre, puis la dureté et la froideur des bidonvilles.

Nostalgie à l’Institut Xavier

Sambalelê

Puisqu’il me faut donner un verdict, je vais donc tâcher de vous donner mon ressenti sur Wolverine: Saudade. Ce n’est certainement pas le meilleur comics que j’ai pu lire, il y a bien des défauts mais je souhaite que vous lui laissiez sa chance. Au final, le récit est assez basique et n’apporte pas quelque chose de neuf sur Logan. Par contre, on voyage le temps d’une histoire, au Brésil ce qui est suffisamment rare que pour être un point positif. Surtout quand il va s’agir de s’éloigner des clichés qu’on peut avoir sur le dit pays. On pourra aussi manquer un petit manque d’inspiration sur le design des personnages, c’est assez classique, voir dans le cas de Logan pas toujours très sexy. Globalement, le niveau reste cependant très correct.

Objectivement, ce récit est donc bien, mais aurait pu être mieux. Bourré de bonnes intentions qui se ressentent, mais qui manque d’un vrai fond, ce comics reste dépaysant et viendra offrir une fin qui clôture parfaitement le récit. Cette histoire se suffit à elle-même, tout en venant un peu rajouter de contenu sur Logan. Loin d’être un indispensable, mais une bonne surprise, je vous invite donc à mettre la main sur ce récit.

Sir Didymus Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *