[Critique] Batman Metal – T01

Résumé de Batman MetalEnquêtant sur l’existence et les propriétés de différents métaux disséminés à travers la planète depuis des millénaires, Batman découvre un portail ouvrant sur un Multivers Noir : des dimensions parallèles où l’Histoire a déraillé et où les membres de la Ligue de Justice ont été supprimés par des Chevaliers Noirs terrifiants. Aujourd’hui, ces derniers décident d’envahir notre dimension.


Batman Metal – Tome 1

Fiche technique:
Scénario : Scott Snyder
Dessin: Greg Capullo
Editeurs: Urban Comics
Date de sortie: 25 mai 2018


L’essayer, c’est l’approuver

Vous le savez ou non, mais je préfère de loin Marvel à DC. Il faut avouer que dans l’immense galerie de personnages DC, je ne me sens proche que de quelques uns. Et j’ai donc toujours un peu de mal à me lancer dans une lecture de cette écurie. Cependant le brave Kerym m’a tendu ce tome de Batman Metal en me faisant des yeux de biche et me suppliant de donner sa chance à ce cette belle histoire. Difficile de le lui refuser, j’ai donc pris le dit comics et j’ai attendu le soir, seul dans mon lit, avec l’éclairage de ma bougie pour enfin ouvrir le tome. Oui, oui, j’ai des rituels fort étranges lorsqu’il s’agit de comics.

Une version gladiateur de nos héros, plutôt badass

Un métal, des métaux?

Batman Metal, c’est quoi? C’est un gros événement prenant place dans l’univers Batman, et impliquant les personnages DC. Batman va se retrouver au centre d’une prophétie qui amènera son lot de super-vilains vraiment très vilains. Il va enquêter sur les propriétés de différents métaux disséminer à travers le monde, utilisant ses dons de détective et va se retrouver piéger et manipuler. Sur sa route, il va croiser plusieurs personnages de l’univers DC l’aidant ou se retrouvant contre lui. Un bon gros crossover, donc, mettant en place la Bat-Family, mais pas uniquement. Une course poursuite va donc s’enclencher pour prévenir de la catastrophe à venir. Un récit haletant, et c’est peu dire.

Mais qui sont ces personnages à l’air sympathique?

Un Batman, des Bat-Métaux? (#nomorejoke)

Scott Snyder, familier de Batman, est ici notre scénariste en chef. On le sent très à l’aise avec Bruce Wayne et son entourage, mais en plus de cela, on peut profiter de la présence de nombreux autres personnages. L’occasion nous est offerte par lui de voir Batman se confronter aux autres personnages de la Justice League. Snyder vient donc mettre en avant le génie de l’Homme Chauve-Souris pour arriver à contrer les super-pouvoirs de ses alliés, pour mieux les piéger. Si j’aime l’idée, elle a déjà été exploitée de nombreuses fois. Et je dois dire que ce n’est pas le morceau du récit qui m’aura convaincu.

Les voilà, et putain qu’ils sont classes dans leur costume respectif

Il est presque bien trop facile pour Batman de faire ce qu’il veut et cette façon de le rendre tout puissant par son intellect est un poil irritant. Mais heureusement, Batman va se faire piéger et va amener une galerie de super-vilains qui sont pour l’ensemble fort charismatiques. Et ceci va très vite devenir pour le moins divertissant. J’ai donc clairement préféré la deuxième partie de ce tome traitant de l’arriver de ces personnages qui mélangent des aspects rappelant Batman et ceux des héros traditionnels de DC.

Duo Dynamique, Snyder et Capullo

Visuellement, DC oblige, c’est splendide. On va du bon au très bon, Greg Capullo est en grande forme et cela se sent. Parcourir les pages est un plaisir, ainsi qu’admirer le style caractéristique du dessinateur. L’homme a l’habitude de travailler avec Snyder et de mettre en image ses scénarios, cela se ressent. On en voudrait plus, et on en aura plus puisque plusieurs tomes sont prévus. Un duo qui marche assurément.

Megazord, en avant… euh je lis quoi là?

Encooooore, on en veut plus

Pour ce qui est de mon verdict, comme je le dis, j’ai démarré difficilement. J’ai eu peur au début du récit, normal en même temps puisqu’on y voit Green Lantern. Mais lorsqu’enfin les choses se mettent en place, j’étais bien plus captivé. Même si le pitch de base fait très fort série B (uh uh, les métaux précieux disséminés aux quatre coins du globe et qui ouvre un portail magique…), les super-vilains ont une putain de gueule qui, à eux seuls, donnent envie de lire le comics. Rajoutons à cela quelques passages qui m’ont fait plaisir, comme celui qui voit nos héros assembler un robot géant tel des personnages de Sentaï. Franchement, en terme de crossover, j’ai été convaincu et j’ai finalement assez hâte de lire la suite. Snyder s’en sort très largement avec les honneurs et fait de cet événement un succès. Batman, c’est trop métal quoi.

Sir Didymus Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.