Dossier: Miss Marvel – De ses origines à nos jours

En voilà une super-héroïne et qu’elle est intéressante cette Miss Marvel, non? Me doutant que certains ne la connaissent pas ou que d’autres soient sceptiques, voici venu le temps d’un nouveau dossier pour Be Comics. Oui, oui, je l’avais dit, on attaque la rentrée dans de bonnes conditions. Et pourquoi ne pas commencer par ce personnage qui a fait l’actualité et qui, je l’espère, continuera longtemps à le faire.

Coucou vous


Aux origines des origines de Miss Marvel

Miss Marvel va faire sa première apparition en 2013, dans Captain Marvel #14 et il ne faudra pas longtemps pour qu’on lui propose un titre solo. En effet, elle est apparue en aout 2013 et bien, nous la retrouverons dès février 2014 dans Miss Marvel #1. Mais son existence n’est pas le fruit du hasard, mais est bien le résultat d’une réflexion intéressante entre Sana Amanat, actuellement directrice du contenu et du développement des personnages chez Marvel, et Stephen Wacker, éditeur pour Marvel.

“Je lui racontais des anecdotes un peu folles à propos de mon enfance, ayant grandie en tant que musulmane et américaine. Il a trouvé ça hilarant. » – Amanat

Les deux sont alors allés trouver G. Willow Wilson, qui deviendra scénariste sur la série, pour lui parler du concept et il ne fallut pas attendre longtemps pour la voir accepter. L’idée de Sana Amanat était la suivante:

« Cette série est venue du désir d’explorer la diaspora Americano-Musulmane en lui offrant une perspective authentique. » – Amanat

Si Miss Marvel, Kamala Khan étant son nom de ville, n’est pas la première héroïne musulmane, elle prend par contre la première place du podium en ce qui concerne le fait qu’elle possède son propre titre solo, de 2014 (sa création) jusque maintenant, sans interruption. Un succès donc, mais qui n’est pas uniquement dû à sa religion:

Même si l’Islam est une partie de l’identité de Kamala, ce comics n’est pas là pour prêcher pour une religion ou pour la foi islamique en particulier. Il parle de ce qu’il se passe quand vous devez vous battre contre les étiquettes qu’on vous impose, et comment cela vous construit. C’est une lutte à laquelle nous avons tous fait face d’une façon ou d’une autre, et n’est pas propre à Kamala du fait qu’elle soit musulmane. Sa religion n’est qu’un des multiples aspects qui définit ce qu’elle est. – Amanat

Une mise en contexte qu’il me semblait important de faire et qui prouve déjà l’intelligence dans l’écriture de ce personnage. Nous avions abordé le sujet lors des articles sur les comics et le milieu LGBT, mais pour avoir un personnage réussi, il ne faut pas qu’un seul trait soit tout ce qui le caractérise. Ici le fait que Miss Marvel soit musulmane, pour d’autres le fait qu’ils soient gays, lesbiennes, ou autres.

LockJaw, ce bon gros toutou bizarre et Inhumain

La carrière en solo et la réussite

Une jeune Kamala Khan va être témoin d’une scène où Captain Marvel va protéger des civils de Yon-Rogg, un super-vilain, dans Captain Marvel #14. Ceci va poser les bases pour le personnage.

Captain Marvel représente un idéal auquel Kamala va s’accrocher. Elle est forte, belle et n’est pas encombrée par le fait d’être Pakistanaise et « différente ». – Wilson

C’est donc en février 2014, dans Miss Marvel #1, qu’on découvrira Kamala Khan sous sa nouvelle identité. Grâce à ses pouvoirs de métamorphes, elle adoptera un costume similaire à celui de Captain Marvel, mais en les réadaptant à son identité culturelle. L’inspiration de ce dernier est donc un mélange entre le costume super-héroïque et le salwar kameez, porté au Pakistan. Pas question de lui faire porter le hijab par contre, trop remarquables pour les auteurs. Ici, on se veut discret et, encore une fois, c’est payant puisque le costume de Miss Marvel évoque mais ne montre pas tout.

Kamala Khan et sa famille aimante, on ne peut que les aimer

Métamorphe donc, oui mais pourquoi? C’est traditionnel dans le monde des super-héros, mais les pouvoirs ont souvent une origine. On va simplement justifier tout ceci par un arc narratif, alors en cours de parution: Inhumanity. Les Inhumains, alors pressentis pour remplacer les X-Men dans le cœur des lecteurs, sont mis en avant et pour les rendre plus présents, on fait exploser Attilan, leur capitale, au-dessus de New York. Le résultat de tout ça? Un nuage de Brumes Terrigènes s’étend d’abord sur New York puis dans le reste du monde. Ces Brumes Terrigènes ont comme effet de révéler les pouvoirs chez les Inhumains qui jusque-là vivaient une vie normale, voir banale.

Devinez d’où est originaire Miss Marvel? De Jersey City. Et où se situe le Jersey City? Juste en face de New York. C’est donc dans son tout premier comics que Kamala Khan va entrer en contact avec la Brume Terrigène, révélant au grand jour le fait qu’elle soit Inhumaine et aussi ses pouvoirs. Pas d’inquiétude pour ceux qui, comme moi, sont allergiques aux Inhumains. Si elle en est bien une, ils n’occuperont pas une place trop importante dans ses aventures. Surtout suite au fait que les ventes des Inhumains n’égaleront jamais celles des X-Men, et que leur série TV rencontrera un destin tragique.

Première ébauche de costume pour Miss Marvel, qu’elle ne gardera pas

Ce premier numéro est une réussite critique et les ventes suivent. Et non content d’assurer des chiffres qui vont faire plaisir à Marvel, le comics se voit aussi attribué des prix: Hugo Award en 2015, le prix d’Angoulême en 2016. Un magnifique destin pour cette héroïne hors du commun.

Seul puis des milliers, nous serons des Champions

Mais revenons sur son parcours. En plus de son titre en solo, Miss Marvel va également rejoindre brièvement les Avengers lors de la période All-New All-Different, mais le caractère bien trempé du personnage et son éternel optimisme ne va pas lui donner un autre choix que de les quitter. Son départ coïncidera avec la création des Champions, équipe composée de Cyclope (le jeune), Nova (Sam Alexander), Spiderman (Miles Morales), Hulk (Amadeus Cho) et Viv Vision (fille de Vision). L’occasion de faire se confronter ce groupe de jeunes idéalistes et optimistes, face à une gamme Marvel plus sombre et plus mature. Encore une excellente idée, pour ce groupe qui au départ était composé de seconds couteaux, et qui maintenant occupe une place importante. De ses aventures en solo, à celles en équipe, c’est encore un sans faute pour Kamala Khan. Mais pourquoi?

Le succès a ses raisons?

Plusieurs pistes peuvent être explorées à ce sujet, je vais donc élaborer. D’abord et surtout, Kamala Khan est un symbole, et un bon symbole qui plus est. Elle est caractérisée par ses origines, mais elle va décider de vouloir s’en affranchir. Oui, mais dans quel but? Si au départ, il va s’agir pour elle de ne pas être ce qu’on attend d’elle, elle va devoir aller plus loin. Alors qu’elle faisait le mur pour participer à une soirée avec des camarades de classes, elle va entrer en contact avec la Brume Terrigène. Lors de sa transformation, elle va rêver de Captain Marvel qui lui dira ceci:

Tu vois ce que tu as besoin de voir. Là, tu te trouves à un croisement dans ta vie. Tu pensais qu’en désobéissant à tes parents – ta culture, ta religion – tes camarades de classes finiraient par t’accepter. Mais que s’est-il passé à la place?

Se rebeller, oui, mais cela la rend-il heureuse? Kamala Khan tente de se fondre dans la masse, tout en vivant sa foi et elle essaye aussi de combattre le crime du mieux qu’elle peut. Et c’est en essayant de faire cela, en se forçant à être ce qu’elle n’est pas, qu’elle va finir par se trouver réellement et s’accepter telle qu’elle est. Kamala Khan fait de la diversité une force, sa force. En s’acceptant comme américaine et musulmane, elle montre aux lecteurs qu’ils ne doivent pas avoir honte de qui ils sont, et qu’abandonner son identité pour se fondre dans la masse n’en vaut pas la peine. Une belle leçon de vie, bien dans l’air du temps.

Un hommage appuyé  à une autre super-héroïne, je vous laisse deviner qui

L’autre grosse qualité qui fait écho auprès des lecteurs, c’est la passion de Kamala Khan pour les super-héros et la culture geek. Elle réagit finalement comme nous le ferions dans un monde où tous ces super-humains existent. Lorsqu’elle rencontre Wolverine, elle va vouloir faire un selfie avec par exemple. Elle veut absolument avoir droit à son team-up, et elle en parle. Elle écrit des fanfictions sur les personnages qu’elle aime, elle fait des recherches sur les super-héroïnes les plus fortes, elle s’extasie et est pleine de vie. Tout ceci la rend très humaine et proche de nous, lecteurs.

Et dernière petite touche qui je pense à son importance, elle est une femme. Une super-héroïne, mais pas uniquement. Elle est aussi nerd et geek, un milieu traditionnellement masculin et dans lequel il est sans doute difficile d’imaginer une femme justement. Et pourtant, elle est tout ça et même plus. Miss Marvel pousse toutes les barrières, y comprit celle de l’égalité des sexes et c’est tant mieux. Elle le fait à nouveau d’une manière subtile qui n’ira pas agresser les lecteurs, tout simplement en assumant ce qu’elle est et en se battant pour ce qu’elle estime juste.

Difficile de ne pas l’aimer? Pour moi et malgré des couvertures de comics qui au départ n’attiraient pas trop mon regard, Miss Marvel fait désormais partie des super-héros chers à mon cœur et qui défendent des valeurs que j’estime positive. Elle se bat pour améliorer le monde dans lequel elle vit, quand bien même elle n’arrive pas à voir le résultat de ses actions. De plus, elle ne se laisse pas abattre quand les adultes vont estimer que son discours est irréaliste et est celui d’un enfant. Elle lancera d’ailleurs une magnifique phrase sur laquelle je vous laisserai brièvement méditer.

Je comprends. Vraiment. Les médias nous détestent parce qu’on lit sur nos smartphones. Les économistes nous détestent parce qu’on échange des objets au lieu de les acheter. Mais juste le fait que ces gens soient vieux ne signifient pas qu’ils ont raison. Nous ne sommes pas ceux qui avons foutu en l’air l’économie du monde. Peut-être qu’ils nous voient comme des parasites, mais ce n’est pas eux qui vont devoir vivre dans tout ce bordel.

Alors même qu’une plus jeune génération se sent impuissante, parfois maltraitée par les générations précédentes parce qu’elle rejette leur style de vie et le patriarcat, Miss Marvel se lève, se bat et ne baisse pas les bras.

Elle est un symbole d’espoir et inspire les gens, pour faire du futur un meilleur endroit pour vivre. On peut d’ailleurs noter que dans un univers alternatif, situé dans le futur, on retrouvera Kamala Khan en tant que Présidente des USA, représentant alors un Président qui est à la fois une femme et une musulmane comme étant une éventualité possible.

Sir Didymus Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.