Comic Con Paris 2018 – Nos impressions

C’était le weekend dernier, c’est encore chaud dans les mémoires, cette Comic Con Paris 2018 se déroulait à la Grande Halle à Paris et nous y étions, toute la rédaction de Be Comics. Avec une arrivée sur Paris le vendredi après-midi et un petit détour par quelques boutiques comics, nous étions frais pour attaquer un samedi 27 octobre dans les allées de la convention qui a pris de l’ampleur au fil des années. Qu’en avons-nous pensé? Vous allez le savoir, tout de suite, si si… restez! Meilleur qu’en 2016? Très certainement.


Il est 5 heure, Paris s’éveille pour la Comic Con Paris 2018

Debout la rédaction, il est 7h00 et on doit se mettre en route. Nous étions quatre à y aller, dont 3 en cosplay avec des comics à faire signer, l’envie de rencontrer des artistes et de découvrir les choses promises par l’organisation, et les éditeurs. Mais quoi ou qui? Des noms, des grands noms et un peu de déception aussi, mais prévue. Car oui, Frank Miller était présent à la Comic Con Paris 2018… Mais… mais il n’y était que le vendredi et pour espérer avoir une signature, il fallait se lever tôt car il fallait participer à une loterie pour pouvoir avoir la chance de le rencontrer. Les premiers arrivés étant les premiers servis.

Nous avions dès lors pris le choix de nous rendre à la convention le samedi uniquement, par peur de ne pas avoir droit à rencontrer Miller même si nous nous y étions rendus. Pas de Miller donc, mais il restait quand même quelques noms comme Andy Kubert, Brian Steelfreeze, Neal Adams, Gail Simone, … Bref, il y avait de quoi rêver.

be comics comic con paris 2018 3Brian Steelfreeze (et nous)

Nous sommes arrivés devant les portes peu de temps après l’ouverture du salon et premier point positif, la file avançait bien, ce malgré un dispositif de sécurité renforcé. Une fois devant les portes, vous retrouviez les stands avec la nourriture, une distribution de sacs qui s’avéreront pratiques (mais pas assez solides malheureusement) et le vestiaire. Bon, pour le coup, je doute que ce soit judicieux de laisser le vestiaire à l’air libre… question de place sûrement. L’occasion pour nous de revêtir nos beaux costumes faits pour l’occasion, tous en orange chez Be Comics. Le cosplay, c’est amusant et cela fait partie des points qui m’ont fait fortement apprécier l’ambiance de la convention.

On rentre dans la Grande Halle et la magie opère vite. Plein de stands, des lumières, des musiques et des visiteurs en cosplay. On regrettera que la Paris Games Week se déroule en même temps, ce qui aura desservi la Comic Con Paris 2018. Mais les allées n’étaient pas vides pour autant. Juste que le constat était là, moins de visiteurs qu’attendus par les stands qui auraient aimé en avoir toujours plus.

be comics comic con paris 2018 1Neal Adams, un vétéran à l’écoute 

Pour les grands et les petits

Au niveau des éditeurs comics, c’était carton plein. Les gros étaient tous présents: Panini, Urban, Glénat et Bliss en tête. Mais aussi des plus petits tels que Hi Comics, Snorgleux, … Faire le tour des stands prenaient déjà un temps certain, surtout qu’il y avait beaucoup de choix et d’éditions spéciales de comics faites juste pour la Comic Con Paris. Autant vous dire que nous nous sommes faits un peu trop plaisir. On en a d’ailleurs profité pour participer aux concours chez Urban Comics (et je suis d’ailleurs l’heureux propriétaire d’un dessin de Freddie Williams) et pour faire le tour des goodies offerts sur les différents stands. Fort plaisant.

Il y avait également quelques boutiques qui revendaient des comics neufs ou d’occasion, des posters, des costumes, tout ce que vous pourriez imaginer. Je note d’ailleurs que par rapport aux précédentes éditions, on reste nettement plus dans une ambiance comics et c’est pour un mieux. Mais donc, vous aviez de quoi dépenser encore plus d’argent si cela s’était avéré nécessaire.

be comics comic con paris 2018 2Chez Glénat Comics, on ose les couleurs pour cette édition du Comic Con Paris 2018

L’Artist Alley se situait dans les hauteurs, à l’écart de la majorité de la foule. Les artistes étaient accessibles et les files n’étaient pas trop longues. Vous pouviez sans trop de mal obtenir les signatures de vos artistes favoris, voir leurs prints et discuter un peu avec eux. Pour certains, il fallait être un peu plus patient que pour d’autres, mais c’est toujours le cas. Je note d’ailleurs que la gestion de l’Artist Alley était plus claire et plus facile que celle des artistes invités par les éditeurs et stands. J’ai, avec grand regret, raté par exemple Olivier Coipel parce qu’il n’était pas toujours disponible et que les heures auxquelles il signait, j’étais plus qu’occupé. Peut-être que c’est quelque chose qui mériterait d’être plus évidente, mettre plus clairement les différentes heures de signature afin de plus facilement prévoir son programme personnel à la Comic Con Paris 2018.

Disneyland, mais sans les attractions?

Autre petit point négatif, la gestion des files pour les acteurs et les sessions de photos. Vu l’endroit, il est difficile de gérer cela autrement, je m’en doute. Mais le fait est que ces files rendent certains endroits de la convention difficilement praticables. C’est un peu regrettable, mais pas dramatique. Toutefois, cela permet aussi de se rendre compte que les invités ont la côte. Shannen Doherty et Dean Cain peuvent donc être fiers (et les autres aussi, ils étaient nombreux).

Et le dernier point noir classique mais que je trouve dommageable, c’est que la sortie soit définitive. Alors j’imagine bien qu’il s’agit d’un impératif pour assurer aux restaurateurs un flux de clients. Mais dans l’absolu, les conventions qui ne permettent pas de sortir se font rares (en Belgique du moins). Pour nous, par exemple, c’était embêtant de devoir nous promener avec notre matériel pour les interviews et nous avons donc du faire des aller-retour au vestiaire. Sans compter que nous avons eu un soucis de piles pour le micro pour lequel il nous a été impossible de trouver une solution. Dommage.

be comics comic con paris 2018 4La rédaction de Be Comics, la fierté belge… ou presque

Mais d’un point de vue qualitatif et quantitatif, la Comic Con Paris fait pencher la balance vers le positif et si je souligne les points qui m’ont dérangé, c’est pour être le plus complet possible. Il faut bien se l’avouer, notre rédaction en garde un bon souvenir et Be Comics reviendra l’année prochaine.

Comic Con Paris 2018, c’est fini

Nous n’y avons été qu’une seule journée, d’autant plus regrettable pour nous que nos accès presse ne nous permettaient de nous y rendre que le dimanche. Mais on en garde un sentiment de trop peu, ce qui est une bonne chose. On a même hésité à y retourner le dimanche matin, mais les obligations familiales et le manque de sommeil nous ont forcé à reprendre la route vers notre Belgique natale.

Le verdict est donc sans appel, ce fut une bien belle expérience et on espère encore mieux pour l’année prochaine. Alors espoir vain ou réalité? L’avenir nous le dira, et Be Comics vous le dira aussi avec un article encore mieux que celui-ci… ce qui sera compliqué, non?

Sir Didymus Écrit par :

2 Comments

  1. 30 octobre 2018
    Reply

    C’était une sacré aventure pour l’équipe mais une aventure qui va en appeler d’autres \o/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.