[Critique] Secret Empire

Voici venu le temps des rires et des chants. Sur l’Île aux enfants, c’est tous les jours le printemps… jusqu’à ce que Secret Empire se pointe et mette une baffe à l’univers Marvel. Certains ont aimé Secret Empire, d’autres l’ont détesté, mais il laissera difficilement indifférent car, et Kerym vous en parlera tout le long de sa critique, ce comics a un propos et ça fait du bien, même si ça fait un peu de mal quand même.


Secret Empire

Fiche technique:
Scénario : Nick Spencer
Dessin: Andrea Sorrentino
Editeurs: Panini Comics
Date de sortie: 5 septembre 2018

RésuméCaptain America est devenu un agent de l’Hydra. Malheureusement, il est aussi à la tête des États-Unis. Trahis par leur plus fin stratège, les Avengers ont perdu la guerre avant même qu’elle ait commencé. Dans une Amérique dirigée par la haine et les super-vilains, les héros encore libres tentent de résister…


Hail Hydra!

Secret Empire, c’est l’aboutissement d’une, trop courte, période de folie où les personnages iconiques étaient remplacés par des femmes, des gens de couleurs voir même non hétéro. C’était la période « All-new All-different » ! J’aime cette période. j’aime Sam « Captain America » Wilson en, je ne renierai jamais Jane « Thor » Foster et je souris quand je lis les frasques de  Nadia « The Wasp » Van Dyke. Toute la production n’est pas parfaite hein mais si une Riri « Ironheart » Williams peut inspirer des filles alors l’univers ne s’en portera pas plus mal.

Un discours que personne n’oubliera

Et là vous allez vous demander ce que vient faire « Secret Empire » la dedans et où je veux en venir. Et bien tout simplement parce que la période « All New All-Different » me rappelle, en sage, la période de la république de Wermarcht en Allemagne et que, hasard je pense, l’Hydra (qui est quand même le symbole du nazisme chez Marvel) gagne au début du comics et vient sonner la fin du vent de folie exactement comme Hitler avec la Wermarcht. Voilà c’est tout et ma comparaison s’arrêtera là (Et mes analogies aussi mais ça me trotte la tête).

Plus sérieusement lisez le, lisez ce comics et si je ne vous ai pas convaincu d’aller le lire, allez le lire quand même. Secret Empire c’est bon, c’est un reflet étrange de notre société pas mal engagé et surtout Secret Empire c’est la chute du plus lumineux des héros… Et la suite je vais sans doute spoiler… Oh et avant de lire Secret Empire aller lire le run « Captain America: Sam Wilson » et le run « Captain America: Steve Rogers » parce que Secret Empire c’est aussi de Nick Spencer (comme les deux runs précédents) et que le tout fait l’œuvre au grand complet.

De la couverture de compétition pour ce Secret Empire

Un petit résumé du pourquoi c’est bon et pourquoi c’est pas parfait !

Secret Empire, c’est la convergence des deux runs des Captain (Sam Wilson et Steve Rogers). D’un côté un Captain noir qui tente de faire le bien là où il peut et surtout qui ne la ferme pas, malgré un #Notmycaptain sur les réseaux sociaux du monde de Marvel (Mais tristement aussi sur nos réseaux à nous) et un Captain réécrit version nazie que tout le monde aime mais dont on nous montre tous les artifices.

Et ce point d’orgue c’est Captain, le blond, l’originel, qui va prendre le pouvoir sans que personne ne puisse le voir venir et installer une dictature avec l’aide des pires gaillards de l’Hydra. Le propos n’est pas de pointer un quelconque discours racial mais nous raconte comment nous pouvons nous fourvoyer dans nos jugements et comment nous pouvons sacrifier nos acquis démocratiques sans même le réaliser. Voilà je viens de vous résumer sans trop vous spoiler les bons deux tiers du récit.

Le chemin vers la maison? 3e à gauche au fond du couloir

Ensuite viendra quand même la défaite de l’Hydra dans un final en demi-teinte parce qu’avec un récit aussi fort jusque-là, c’est difficile de finir sur une note heureuse. Sincèrement c’est pas mauvais mais après une telle montée en puissance, difficile de redescendre dans la normalité. L’auteur ne dit pas que tout va aller mais comme il n’écrira pas seul la suite et que l’histoire va donc partir sur d’autres directions… dommage. Du coup, dans Marvel, quand une grande ville se fait raser, quand tes enfants ont appris que l’Allemagne nazie en fait elle a gagnée, et bien tu prends ton manteau et tu vas travailler sans y repenser. Le civil dans l’univers Marvel, il est quand même parfois sacrément résilient.

Et pour le reste

Pour le reste Secret Empire c’est aussi des dessins bien gaulés, des touches d’aquarelle dans des séances oniriques et on voit que Marvel voulait du lourd pour son récit iconique. C’est aussi une série de récits intéressants que Panini a choisi pour étayer le récit principal avec les Champions et la Veuve Noire et un Pym/Ultron au Brésil ; tout n’y est pas mais on en a pour son argent.

Voilà..

Secret Empire c’est aussi ça mais c’est plus court, enfin dans mon ressenti. Parce que dans notre époque, un récit qui parle de fascisme et du comment ça arrive, ça fait du bien. Et que cette période de Marvel que je vois vilipendé par des commentaires de Facebook, c’est une période que moi j’ai aimé.

Des graines de Champions

Tout n’est pas bon certes mais il fallait le faire que de proposer des variantes des héros non cis genre hétéro et c’est sans doute vrai que c’était pour vendre et que parfois il n’y avait pas de propos réels derrière mais pour le même pris, d’autres récits eux décolleront. Et au final Sam Wilson sera pour longtemps mon Captain, m’ayant convaincu encore qu’un costume c’est aussi des valeurs que celui qui le porte doit savoir porter et les transcender.

Du coup allez l’acheter, sérieusement, gardez le lui et les runs qui le précèdent et vous ne le regretterez sans doute pas ! Parole de moi 😊

Kerym Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.